1
Des Hommes
Prêtre, bertsulari et journaliste : la forte personnalité d’Emile Larre
Prêtre, bertsulari et journaliste : la forte personnalité d’Emile Larre

| Alexandre de La Cerda

Prêtre, bertsulari et journaliste : la forte personnalité d’Emile Larre

L’Académie de la langue basque – Euskaltzaindia vient d’éditer « Emil Larre - 1926-2015 - Lekukotasun, kantu eta idazki », un livre de Peio Jorajuria qui sélectionne une centaine d'éditoriaux écrits par Emile Larre dans l'hebdomadaire Herria, ainsi que plusieurs chants religieux qu'il avait composés pour la messe et ses contributions comme bertsulari.  
La présentation de l’ouvrage est bien maintenue ce jeudi 29 octobre à 18h à l’OPLB (2, allée des Platanes à Bayonne), salle Orhi avec pour intervenants Peio Jorajuria (l’auteur du livre), Jean-Michel Barbier et le bertsulari Jean-Louis Laka (inscription obligatoire : baionaordez@euskaltzaindia.eus / tél. 05 59 25 64 26).

L’occasion de revenir sur la forte personnalité de ce prêtre extraordinaire, doublé d’un écrivain-journaliste talentueux, qui avait alors retrouvé sa terre natale de Baigorri au terme de près de 90 ans d’une véritable course à perdre haleine au service de l’Eglise et de son Euskal Herri. 
Trente ans après le départ du chanoine Pierre Lafitte avec qui il formait un véritable tandem au service de la culture basque. 

Je l’entends encore, lors de ces déjeuners des mardis de l’hebdomadaire « Herria » dont il fut pendant 40 ans la cheville ouvrière, débiter à toute allure à mon micro la chronique en basque qui annonçait en avant-première le thème des articles à paraître dans l’hebdomadaire. C’était à la fin des années soixante-dix, je venais de fonder Radio-Adour-Navarre et je m’efforçais de faire de mon micro « un instrument basque ».

Acteur « multicarte » et fin observateur de l’évolution de son diocèse, le baïgorriar Emile Larre cumulait avec une incroyable disponibilité sa charge de curé de paroisse - expérience à l’origine de son livre « Aiherra, Nafarroaren leihoa » (Ayherre, fenêtre sur la Navarre) - avec la rédaction de « Herria » qu’il a portée à bout de bras pendant des décennies.

Je me souviens en particulier d’un entretien avec lui sur le thème de la Nativité : originaire du quartier de la Bastide, vers Urdos, qui avait sa chapelle (réservée aux jours ordinaires), l’abbé Larre avait alors évoqué un Noël par temps exécrable où il représentait la famille avec son père à la messe de minuit à l’église du bourg dont la fréquentation aux habitants des quartiers excentrés se limitait aux grandes fêtes comme Noël. « On prenait du chocolat au lait juste avant, car le jeûne s’arrêtait et on avait le droit de communier après minuit. C’est curieux comme cette messe de minuit (qui a souvent lieu plus tôt, maintenant) a gardé jusqu’à ce jour la faveur des croyants. Pour beaucoup et, à fortiori pour moi qui suis prêtre, l’attachement religieux à cette fête demeure, sentimentalement, davantage ancré même que Pâques, en gardant sa signification profonde, la naissance du Sauveur. Nous avons un répertoire de chants de Noël plus riche qu’à aucun autre moment de l’année et c’est l’heure des bilans, liés au Premier de l’An : du point de vue familial, on compte ceux qui ont disparu. Car, Noël - en basque - Eguberri -, n’est-ce pas le « jour 
nouveau » ?

Sa charge spirituelle et journalistique (avec « Herria ») ne l’empêchait guère de mener des joutes de bertsularis à ses rares moments de loisir ou de participer aux activités d’Euskaltzaindia, l’Académie de la langue basque ! Il aura formé la génération d'improvisateurs des années 70 : Arrosagaray, Mihura, Alkhat, Esponda, Laka et Mendiburu, ces poètes authentiques à la verve d'autant plus extraordinaire qu'ils sont soumis à des règles de versification très exigeantes et une interprétation chantée sur des airs souvent fournis (ainsi que les sujets, dans les tournois) par un « arbitre-animateur ». Qui n'a pas entendu dans ce rôle l'abbé Emile Larre, il y a encore quelques années, aura quelque difficulté à appréhender cet art incomparable…

Nous apprenons avec plaisir que l’Académie de la langue basque – Euskaltzaindia maintient bien la présentation de l’ouvrage « Emil Larre 1926-2015, Lekukotasun, kantu eta idazki » ce jeudi 29 octobre prochain à 18h à l’OPLB (2, allée des Platanes à Bayonne), salle Orhi avec pour intervenants Peio Jorajuria (l’auteur du livre), Jean-Michel Barbier et le bertsulari Jean-Louis Laka (inscription obligatoire : baionaordez@euskaltzaindia.eus / tél. 05 59 25 64 26).

Emile Larre 29 octo 20.jpeg
Emile Larre 29 octo 20.jpeg ©
Emile Larre 29 octo 20.jpeg
emil_larreren_omenez.jpg
Emil Larreren omenez ©
emil_larreren_omenez.jpg

Répondre à () :


Captcha
Jasone Iroz | 27/10/2020 10:00

Egun on, Bonjour, Je voulais d'abord vous remercier pour cet article concernant Emile Larre ainsi que pour l'annonce de la soirée organisée par Euskaltzaindia ce jeudi 29 octobre àBayonne. Je dois cependant vous informer que notre soirée est MAINTENUE ce jeudi à 18:00 à la salle Orhi de l'OPLB, dans le respect des mesures sanitaires. Nous n'avons d'ailleurs rien communiqué en ce sens. Je vous remercie donc de rectifier le dernier passage de votre parution afin d'en informer vos lectrices et lecteurs. Attention les inscriptions sont obligatoires (ouvertes jusqu'à mercredi 28.10). Je me tiens à votre disposition pour plus de renseignements. Adeitasunez, Cordialement Jasone Iroz Komunikazioa - Communication Euskaltzaindia Baiona.

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription