0
Tourisme
Les tribulations d'un Biarrot dans l'Empire du Milieu : un pays qui fascine
Les tribulations d'un Biarrot dans l'Empire du Milieu : un pays qui fascine
© Le Temple du Ciel

| Manex Barace

Les tribulations d'un Biarrot dans l'Empire du Milieu : un pays qui fascine

zVoyage1 2_arrête faitière.JPG
Arrête faîtière ©
zVoyage1 2_arrête faitière.JPG
zVoyage1 3_tous les spectacles sont époustouflants.JPG
Tous les spectacles sont époustouflants.JPG ©
zVoyage1 3_tous les spectacles sont époustouflants.JPG

La Chine est un pays qui fascine mais dont la simple évocation fait peur depuis quelques mois. A défaut de pouvoir nous y rendre actuellement, ouvrons un album photos et parcourons quelques notes d'un carnet de voyage.

Découvrir et essayer de connaître (un peu) la Chine en parcourant cet immense pays en deux petites semaines, c’était une gageure, un pari avec moi-même, mais une envie qui datait de plusieurs années. Découverte rapide néanmoins réalisable, quelques-unes des facettes de hauts lieux incontournables, de Beijing (Pékin) à Hong Kong, en passant par Suzhou, Shanghai, Xi’An, Guilin, Guangzhou (Canton), une approche possible avec un circuit bien rodé par un bon Tour Operator – Salaun Holidays en l’occurrence - les voyages individuels avec sac à dos n’étant ni recommandés ni très permissifs par les autorités… Et pour certaines destinations – la Chine en fait partie - les conseils et l’expérience d’un professionnel du voyage – le Tourisme Basque, bien implanté à Biarritz et donc choisi pour cette aventure - sont très importants. Plutôt adepte de la découverte/aventure en solo, ce sera donc un voyage que j’effectuerai en me joignant à un groupe constitué principalement de personnes venues de Bretagne, avec hélas le sentiment d’avoir manqué de temps ici et là et de devoir suivre mon groupe, parmi un milliard quatre cent millions de Chinois (au moins, les chiffres officiels du dernier recensement connu étant forcément déjà caducs) et moi, et moi, et moi (comme chantait Dutronc avec les chiffres de l’époque).

La Chine, pays qui fascine, qui fait peur aussi par bien des aspects. Pays très peuplé, 1,4 milliard d’habitants, environ un sixième de la population mondiale, elle compte huit agglomérations de plus de dix millions d’habitants, dont Pékin, la capitale administrative, Shanghai la capitale économique, Canton, Shenzhen, plus d’une trentaine de villes de plus de deux millions d’habitants. Sa superficie en fait le troisième ou quatrième plus grand pays du monde : 22 provinces totalisent 9.600.000 km2 selon l’ONU (hors territoires de Hong Kong, Macao et la « province rebelle » Taiwan), de toute façon le plus grand pays d’Asie orientale. La Chine s'étend des côtes de l'océan Pacifique au Pamir et aux Tian Shan, et du désert de Gobi à l'Himalaya et au nord de la péninsule indochinoise. Son territoire immense présente des paysages variés : prairies, déserts, montagnes, lacs, rivières et plus de 14.000 km de littoral. Pékin, la capitale à l’architecture moderne et aux centaines de kilomètres d’autoroutes urbaines, conserve heureusement des sites historiques qui ont échappé aux bulldozers, comme le palais de la Cité interdite et la place Tian An Men voisine (lors d’un séjour en 2004, j’avais vu disparaître un quartier ancien en moins d’une semaine).

La Chine est l'un des cinq membres permanents des Nations Unies. Elle est le premier exportateur mondial et dispose de l'arme nucléaire, de la plus grande armée du monde et du deuxième plus grand budget militaire. Gouvernée par le Parti communiste chinois depuis 1949, la Chine a adopté une « économie socialiste de marché » où capitalisme et contrôle politique autoritaire se côtoient en une formule spécifique. Le credo des pouvoirs publics est depuis longtemps maintenant : « travaillez et enrichissez-vous ! ». La Constitution de la république populaire de Chine la définit comme « un État socialiste de dictature démocratique populaire, dirigé par la classe ouvrière et basé sur l'alliance des ouvriers et des paysans ». Suivant le mode de calcul retenu – produit intérieur brut nominal ou produit intérieur brut à parité de pouvoir d’achat (!) - la Chine est le deuxième ou le premier pays du monde en termes économiques, avant ou après les Etats-Unis d’Amérique.

La population active du pays compte 800 millions de personnes. L'agriculture occupe 33,6 % de la main d'œuvre (en 2012) mais ne représente que 10 % du PIB. L'industrie a en revanche une place prépondérante : elle emploie environ 30,3 % de la population active et est le secteur le plus productif, avec près de 47 % du PIB. Tout le monde le sait, la Chine est le pays fournisseur du monde entier… Le secteur public continue à tenir une importante place dans la vie économique mais les entreprises privées y jouent un rôle croissant et le pays s'est fortement intégré dans le système économique mondial.

Des dizaines d’ethnies, autant de langues et de coutumes, pas toutes sur le même pied d’égalité. Un seul parti politique, un système pyramidal : Beijing « irrigue » le pays tout entier de haut en bas et inversement tout (absolument tout) « remonte » depuis les villes et villages de toutes les provinces jusqu’à la capitale.

Déjeuner chinois au Temple du Ciel

 La Chine s’est réveillée depuis belle lurette (officiellement depuis la révolution de 1949 comme le racontent les guides) et les changements perçus depuis des précédents voyages à Hong Kong (1973) et Beijing (2004) sont visibles comme le nez au milieu de la figure. Mais, curieusement l’eau du robinet n’est toujours pas déclarée « potable » dans les hôtels. Parmi les économies préconisées, l’eau, l’énergie électrique et le PQ ! Tri sélectif dans toutes les poubelles disposées dans les espaces publics… Pour faciliter les déplacements intérieurs de ce voyage effectué en 2017, Airbus A320 et TGV (dont la propreté est à signaler) permettent gain de temps et relative approche de la population, souvent jeune et « branchée », réservée, voire distante, mais souriante en général. Pour ce voyage, tout a débuté à Biarritz le 27 avril, en prenant – on n’est jamais trop prudent – le vol Hop ! Air France AF 7657 vers CDG2 la veille du départ pour Beijing, prévu le 28 en début d’après-midi.

28 avril : réveillé tôt. Navette gratuite Pink entre l’hôtel Première Classe (pour une nuit, ça passe) et l’aéroport. Une fois la valise enregistrée, tours et détours dans l’aérogare en attendant l’heure. L’Airbus A330 effectuant le vol sans escale Paris-Pékin AF128 décolle à l’heure (13h55) et se pose également à l’heure prévue (05h45 J+1HL) après un voyage sans histoire d’une dizaine d’heures, le lendemain matin.

29 avril : le petit groupe Salaun Holidays, composé de gens qui ne se connaissent pour la plupart que depuis l’enregistrement du vol à Paris, est quelque peu consterné dans l’aéroport de Beijing qui se vide petit à petit. Bagages récupérés, formalités d’entrée effectuées, les passagers des autres vols sont partis. Restent 20 personnes, un groupe de Français, quelque peu désorientés. A priori il manquerait un passager et surtout le guide accompagnateur local sensé nous accueillir à l’arrivée… Je prends l’initiative de demander à tout le monde de ne pas s’éparpiller et pars en quête de nouvelles. Guère d’explications de Mister Fan Sim lorsqu’il arrive enfin, un large sourire aux lèvres… Après une courte nuit dans l’avion, les valises rangées dans les soutes de notre autocar, pas de perte de temps et début des opérations sur le terrain, avec les premières visites dans la capitale. Découverte des autoroutes plus que chargées (tiens, il y a des péages de temps à autre !) et embrumées (ou plutôt de la pollution ?). Premier arrêt, premières images colorées, celles de danseurs de minorités ethniques chinoises devant un musée ethnographique proche d’un des sites des jeux olympiques de 2008. Premier changement de programme – il y en aura d’autres – les chambres de notre hôtel sont exceptionnellement à notre disposition dès le matin, ce qui permet à la troupe de récupérer le passager manquant qui était arrivé de Belgique sur un autre vol et attendait patiemment son heure dans le hall en sirotant une bière…

Premier déjeuner chinois à 11h30 (!) dans l’enceinte du Temple du Ciel avant la découverte détaillée du site, lieu sacré des anciens empereurs. Nous découvrons à l’occasion de ce premier repas que les tables des restaurants sont rondes, prévues pour dix convives, tous les plats y sont déposés en même temps sur une plaque de verre centrale tournante (astucieux !). Boisson comprise par repas et personne : un verre de bière ou un verre d’eau de source (outre le thé), les amateurs de bière se font connaître en déposant leur verre sur le plateau de verre ! En général les bouteilles de bières chinoises contiennent 60 centilitres = une bouteille pour six ! Tout le monde comprendra très vite que c’est un peu la « foire d’Empogne » lors des repas : faire tourner la table et vite se servir, la règle pour goûter à tout. La cuisine chinoise est réputée mais à part lors de certains repas « spéciaux » (canard laqué, ravioles, et lors d’un unique dîner buffet !) je n’ai guère ressenti de différence entre les différents menus, mais cela est personnel…

Autocar pour les déplacements d’un site à un autre. Une petite balade en cyclo-pousse à proximité d’un lac et de vieux quartiers est prévue (pourboire obligatoire, 20 Yuans par véhicule, c’est indiqué en Anglais !) avant le dîner à 18 heures (!) dans un restaurant semble-t-il tenu par des Chinois musulmans (?) – pas de porc dans les plats - et retour à l’hôtel dès 19h30. Après la (courte) nuit dans l’avion, les émotions à l’arrivée et une (longue) première journée de visites, cela est bienvenu.

Jeudi 30 : excursion vers la Grande Muraille à la passe de Juyongguan (combien de marches montées et descendues : 1000 ? notre accompagnateur ne sait pas. De toute façon, il attend près de l’autocar, « la visite est libre », après celle d’un atelier de fabrication de cloisonnés et sa boutique. L’établissement propose également un restaurant, nous y reviendrons au retour de la Grande Muraille avant de poursuivre en direction de la voie sacrée et de tombes impériales de la dynastie Ming. Ravioles au menu du dîner et beau spectacle Kung Fu.

(à suivre)

Légendes : photos de Manex Barace
1. Le Temple du Ciel
2. Arrête faîtière
3. Tous les spectacles sont époustouflants !

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription