0
Critique
Basques d’ici et d’ailleurs : Miguel Etxebarria, artiste à facettes multiples
Basques d’ici et d’ailleurs : Miguel Etxebarria, artiste à facettes multiples
© DR

| La Rédaction

Basques d’ici et d’ailleurs : Miguel Etxebarria, artiste à facettes multiples

On a apprécié la belle voix de Miguel Etxebarria accompagnée par la chorale Chantadour et l’Orchestre russe « Les Cordes d’Argent » ou dans des concerts et des festivals d’art lyrique, le ténor ayant toujours chanté, selon la coutume basque, en chœur mixte ou masculin, avant de rencontrer au hasard d’un vernissage le baryton à l’Opéra de Paris Michel Philippe, dont il suivra les cours assidument, le travail de la voix lui procurant « des sensations semblables à celles que lui apporte la peinture ». L’occasion de découvrir la riche palette colorée de l’artiste peintre qui réside sur la côte landaise et participe aux activités des Amis du Lac d’Hossegor dont la très documentée « lettre » hebdomadaire - rédigée et éditée de main de maître par le président de l’association Eric Gildard – nous renseigne sur sa présence en Argentine.

Ainsi, jusqu'au 12 novembre, Miguel Etxebarria expose ses œuvres sous le titre de « VASCOS de ALLÁ, VASCOS de ACÁ » (Basques de là-bas. Basques d'ici) pendant la semaine des Basques d'Argentine à San Nicolas de los Arroyos, avant de les montrer dans le hall d'honneur du magnifique Palais de la Legislatura de Buenos Aires. Edifice remarquable (avec quelques similitudes avec le Palais Royal à Paris) dont la construction avait été décidée en 1911 à l'initiative de deux Basques d'Argentine, l'Intendente Joaquín de Anchorena et le président Hipólito Yrigoyen, dont la famille était originaire de Sare.

Comme Miguel Etxebarria l'a expliqué à EuskalKultura.com, il est descendant de ces émigrants basques qui ont dû quitter le pays pendant la guerre d’Espagne en 1936 ; sa famille réfugiée en France, elle n’a pas oublié sa langue ni ses racines, au point que l’amour de l’artiste pour la culture basque se reflète dans toute son œuvre. Inspiré par l'impressionnisme, il peint avec une technique huile-toile et le fait souvent sur des sujets d'Euskal Herria : la côte et les montagnes, la mer et les baserri (fermes basques), les fêtes typiques, les mythes, la vie quotidienne... Et conscient du fait de la diaspora basque aux quatre coins de l’univers, Miguel Etxebarria aborde également dans ses travaux la présence basque dans d'autres endroits du globe, comme l'Argentine. En fait, plusieurs de ses peintures, qui incluent les tuer, le tango et les gauchos, forment la série « Basques de Patagonie. Ce n'est pas la première fois que le peintre basque traverse l'Atlantique avec ses peintures. Il y a dix ans, en 2007, il s'était déjà rendu à Buenos Aires par l'intermédiaire du Groupement Euskal Argentina.

Dans une lettre parvenue aux Amis du Lac, Miguel Etxebarria relate son expérience « vraiment très enrichissante ; mais l'Argentine, pays magnifique, a énormément à faire dans beaucoup de secteurs. Pas d'inquiétude sur la com, tout le monde dans la rue a son portable dans les mains et son coca providence… Ceci est navrant car les bonjours ou au-revoir sont rares tellement l'intérêt se trouve ailleurs, dans le virtuel. Comme chez nous du reste.

Je vais faire paraître une grande partie de ma production sur Facebook. Séchage et première expo le 6novembre pour la semaine des Basques d'Argentine (plus de 4 millions de descendants), à suivre le Centre Culturel Basque de Buenos Aires et pour finir le top : Legislatura Hall d'Honneur ce qui correspond (un peu à notre Assemblée Nationale) pour une exposition désignée d'intérêt culturel compte tenu de la présence et de l'impact que les Basques ont laissé dans ce pays. J'ai également noté beaucoup de noms gascons et probablement béarnais, ce qui fait bien sûr chaud au cœur !

Amitiés et mon salut aux Amis. Miguel

La Rédaction

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription