0
Histoire
Les adieux du Pays Basque à son cardinal © DR

| Rédaction

Les adieux du Pays Basque à son cardinal

Les obsèques du cardinal Roger Etchegaray, décédé la semaine dernière à l'âge de 96 ans, ont été célébrées lundi matin devant une nombreuse assemblée de fidèles et de figures politiques et religieuses réunie dans la cathédrale de Bayonne au cours d’une messe introduite par Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, qui a lu le message du Pape François, et présidée par le cardinal Dominique Mamberti, envoyé par le Vatican, qui a célébré en ce proche de Jean Paul II un "ambassadeur infatigable de la paix" qui a "profondément marqué l'histoire de l'Eglise". Parmi les personnalités présentes figuraient le cardinal Philippe Barbarin et le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur Laurent Nunez, ancien sous-préfet de Bayonne qui a salué, au pupitre, sa "lueur de paix (…) Vous inspirez le respect car votre engagement est d'une sincérité sans commune mesure".

Pour l’adjoint à la Culture bayonnais Yves Ugalde, « c'est sûrement le très brillant membre de l’Académie des Sciences morales et politiques dont le cardinal Etchegaray faisait partie depuis 1994, Philippe Levillain, qui, sans l'aide d'une note, comme les vrais amis qui n'ont qu'à ouvrir leur cœur, en étant, il est vrai, certain de pouvoir bénéficier d'une excellence d'expression orale de plus en plus inédite, aura trouvé la formule la plus pertinente, en ces termes : "les honneurs, le cardinal Etchegaray ne les cherchait pas, il les acceptait par respect du statut auquel il avait accédé". L'immortel faisait là allusion à l'entrée du cardinal, plébiscitée elle, sous la coupole de l'Académie des Sciences morales et politiques, vite après le décès du grand rabbin Jacob Kaplan. "Nous avions besoin de spiritualité"...

De nombreux élus basques ont assisté à la cérémonie, dont le lehendakari (président) du gouvernement basque Iñigo Urkullu, les députés Vincent Bru et Florence Lasserre, Jean-René Etchegaray, maire de Bayonne et président de l’agglomération Pays Basque, ainsi que son prédécesseur Jean Grenet et le préfet Eric Spitz.

L’après-midi, en présence du curé de la paroisse, l'abbé Joachim Jauregui, eut lieu l’adieu de ses compatriotes ezpeletar dans la belle église Saint-Etienne, au son de l’orgue tenu par Alexandre Aguerre qui avait dirigé la chorale pendant la cérémonie à la cathédrale. « Nous rendons cet enfant de Dieu à sa terre maternelle » a indiqué dans son homélie Mgr Aillet, exhortant les participants à préserver comme le cardinal Etchegaray « notre esprit d'enfance, notre foi d'enfance ». Le maire d'Espelette Jean-Marie Ipucha a également rendu hommage au cardinal. Un fervent Agur Jaunak suivi d’un Auresku devant le cercueil du cardinal ont précédé l’inhumation dans le caveau familial au cimetière près de l’église.

A ce propos, l’abbé Esponde ne manque pas de rappeler que « trois cardinaux avaient coutume de passer quelques jours de vacances en terre basque, le cardinal Suquia, basque d’origine et archevêque de Madrid, le cardinal Lustiger - chez des amis à Larressore - et le cardinal  Etchegaray à Espelette. Tous trois se retrouvaient dans le restaurant San Miguel tenu par les époux du même nom et situé la rue Sainte Catherine à Bayonne. De quoi parlait-on au cours de ces dîners discrets et amicaux ? Nul ne le saura car tous les trois aujourd’hui disparus occupaient des fonctions importantes dans l’Eglise et se rencontraient pendant leurs vacances estivales. Les temps étaient rudes, la paix un sujet sensible, et les rivalités passionnelles des deux côtés des Pyrénées. On disait que les trois invités à la table bayonnaise partageaient un goût affiché pour les plats régionaux que la cuisinière au fourneau préparait en les « concluant » d’un fromage de brebis basque porté depuis la ferme de Jaxu Bonebelxenia. La tradition se pratiqua des années durant au su du regard des passants qui voyaient et reconnaissaient ces visiteurs du quartier Saint-Esprit de Bayonne »...
Et d’observer encore qu’étaient rares les cardinaux enterrés dans le diocèse de Bayonne qui sera réuni avec ceux de Lescar et d’Oloron : « on cite un évêque Pierre Bertrand d’Espelette originaire de cette commune, évêque autour de 1170 mais non cardinal. Dans le diocèse de Lescar, plusieurs cardinaux dont Pierre de Foix, le Vieux, cardinal mort en 1422, Pierre de Foix, le Jeune, mort en 1453, Amandieu d’Albret cardinal mort en 1515, Georges d’Armagnac cardinal mort en 1555, et à Oloron autre cathédrale de l’ancien diocèse du lieu, Amanieu d’Albret cardinal administrateur du diocèse de 1500 à 1502, Jean II Salviati enfin cardinal mort en 1523.
Roger Marie Elie Etchegaray semble être le seul cardinal dont les obsèques aient été célébrées en la cathédrale de Bayonne, dans son diocèse d’origine, et l’inhumation à Espelette dans son caveau familial, selon ses volontés. Il y avait conduit sa soeur Maité lors de ses funérailles et béni la sépulture depuis son fauteuil.
Qu’en feront les amis et tous ceux qui un jour à venir se rendront en ce lieu mémoriel pour lui témoigner leur gratitude ? Nul ne le sait aujourd’hui. La tradition dans le pays voulant que l’on honore les hommes avant leur disparition et bien davantage après leur décès, il est probable que les visiteurs viendront nombreux du monde entier lui témoigner leur reconnaissance dans le futur.
Jainkoak bakarrik badaki ! Dieu seul le sait » !

Par ailleurs, titulaire de nombreux ordres (Grand Croix de la Légion d’Honneur, Ordre National du Mérite et Grand Croix de l’Ordre du Mérite Hongrois), son buste en terre glaise avait été réalisé par le sculpteur Daniell Druet, il se trouve au Musée Grévin à Paris.

Rédaction et abbé F.-X. Esponde

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| Connexion | Inscription