0
Exposition
Félix Arnaudin : l’âme d’un poète gascon ! © Félix Arnaudin

| Anne de Miller-La Cerda

Félix Arnaudin : l’âme d’un poète gascon !

Prêtée par le Musée d’Aquitaine de Bordeaux et le Parc naturel régional des Landes  de  Gascogne, l’exposition de photographies de Félix Arnaudin (1857-1921), apporte une vision historique extrêmement précise des Landes de la fin du XIXème siècle.
Au milieu du XIXème siècle, par une loi de 1857, le Second Empire métamorphose le paysage local des Landes de Gascogne, alors une des régions de France parmi les plus à l’écart du « progrès », pays de landes et de marais, pour y planter des pins maritimes.
Amoureux du passé, écologiste avant la lettre, Félix Arnaudin s’insurgera contre cette loi qui transformait le paysage naturel.
Issu d'une famille de petits propriétaires terriens, Simon Arnaudin - dit Félix Arnaudin - est né en 1844 à Labouheyre et étudia au collège de Mont-de-Marsan. À l’âge de trente ans, également poète, il se consacra entièrement à sa passion : témoigner de la culture pastorale de la Haute-Lande, que les changements économiques font disparaître inexorablement. Nommé député en 1874, il poursuivra son travail jusqu’à sa mort, en 1921.
Pour lutter contre cet inévitable bouleversement et conserver le souvenir des sites de son enfance, Félix Arnaudin explora - tout en les photographiant - les sites typiquement landais composés de marais, lagunes, étangs et lacs, prairies et vieux chênes, jusqu’aux vestiges de mottes féodales, les ponts, etc. Tous ces éléments forment les sujets de son étude.
Aujourd’hui, l’ensemble constitué de plus de 3 000 plaques de verre et près de 2 500 tirages originaux – conservé au musée d’Aquitaine, à Bordeaux, et par le Parc naturel régional des  Landes de Gascogne, fait partie du patrimoine historique landais. Une partie de cet immense fonds est présentée tout l’été à  Anglet.
A l’image d’un  « paradis perdu » d’une grand richesse géographique, historique et esthétique, Félix Arnaudin a souhaité immortaliser ce monde d’antan : témoignage inestimable d’une époque ! Pourtant, Napoléon III en asséchant les marais, épargna la propagation de maladies et a permis d’augmenter les terres cultivables dans ce terroir assez pauvre.

Jusqu’au 22 septembre exposition « Félix Arnaudin » au Centre culturel Tivoli, 27, rue d’Euskadi à Anglet – Entrée libre du lundi au vendredi de 15h à 18h.

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| Connexion | Inscription