0
Cinéma
De riches et intenses soirées du cinéma russe à Bordeaux © DR – Clôture avec Daria Tsoukanova, Dimitri Illarionov, le consul, A.Tolstoï et L. d’Arcangues

| Han Izena

De riches et intenses soirées du cinéma russe à Bordeaux

La femme était le thème principal du 9ème Festival du film russe de Bordeaux. Plus de deux cents œuvres de jeunes cinéastes russes ont participé à la manifestation cette année. 

Mariette Laborde, conseillère municipale déléguée représentant le maire de Bordeaux et le consul (h) de Russie Alexandre de La Cerda avaient inauguré cette IXème édition des "Soirées du cinéma russe de Bordeaux" merveilleusement orchestrées par sa directrice Daria Tsoukanova ! Au cours de son intervention, Alexandre de La Cerda a d'abord rappelé les débuts du cinéma en Russie, inspirés par les frères Lumière : « c'est en 1896 que furent projetés les premiers films (des œuvres des frères Lumière) en Russie, à Moscou et Saint-Pétersbourg. La même année, en mai, le premier film tourné (par les envoyés des Lumière) est un documentaire puisqu'il s'agit du couronnement de Nicolas II au Kremlin. De nombreuses salles de cinéma sont alors ouvertes, où l'on peut voir de petits films, actualités, films amateurs, farces ou grivoiseries. On ne date que de 1908 le premier court-métrage russe : Stenka Razine de Vladimir Romachkov, qui rencontre immédiatement un très grand succès. Le cinéma connaît un boom économique, énormément de films sont produits, ce qui fit dire à Tolstoï en 1908 : « Vous verrez que cette petite machine qui tourne en faisant clic-clac révolutionnera notre vie ».

Le représentant de la Fédération de Russie a ensuite remis de la part du festival un bouquet de fleurs à Larissa Gouzeïeva, la talentueuse actrice du très beau film "Romance cruelle" (1984), dans lequel elle donne la réplique à Nikita Mikhalkov, l'emblématique acteur/réalisateur du cinéma russe. Ce chef-d'oeuvre du VIIIème art a été projeté avant la clôture du festival au Mégarama.

Condensée en quatre jours, la programmation fut très intense et riche, mais selon le seul critère : la qualité des films projetés.
- Neuf films dans la rubrique « Nouveau cinéma russe », dont nombreux avaient reçu des prix internationaux, y compris au festival de Cannes.
- Quatre remarquables films de notre « Patrimoine » de l’époque soviétique
- 24 films du Concours "In Ciné Veritas" – des documentaires, des films d’animation et des vidéo-clips.
- Des événements spéciaux : une master classe très prisée de Alena Koukoushkina de la Wordshop Academy, une interview avec Sergueï Dvotsevoy, une présentation d’un livre de Irina Yassakova, députée de la région de Vologda…
- Et comme point d'orgue, un concert de Dimitri Illarionov, virtuose de la guitare classique, lauréat d'une vingtaine de compétitions internationales et directeur ou fondateur de plusieurs festivals de guitare classique qui a offert un magnifique concert pour la clôture du Festival à la Cité du Vin à Bordeaux.

Sans oublier une délégation cinématographique russe inspirée (dont l’invitée d’honneur Larissa Gouzeïeva venue parler de son rôle emblématique dans « Romance Cruelle » était accompagnée, entre autres, d'Elena Tsukanova, directrice de la Maison du cinéma de l'Union des cinéastes de Russie) ainsi qu'un jury franco-russe soudé et déterminé à trouver le grand-gagnant du concours "In Ciné Veritas" bien que tous les participants aient présenté des œuvres toutes aussi réussies les unes que les autres.

Mariette Laborde qui représentait également le Maire de Bordeaux Nicolas Florian pour la cérémonie de clôture n'avait pas manqué de souligner « la magnifique réussite, les incroyables rencontres pratiquement passées inaperçues à Bordeaux dont celle du réalisateur Sergueï Vladimirovitch Dvortsevoï - j'ai eu le grand privilège de dîner à ses côtés et d'échanger grâce à ma charmante jeune traductrice - primé à travers la planète tout d'abord pour des courts et moyens métrages documentaires, puis pour son premier long métrage de fiction, tourné en 2006, "Tulpan". Son film "Ayka" avait fait partie de la sélection officielle 2018 au Festival de Cannes ».

Si la dégustation du millésime 2015 du château Miller La Cerda avait été particulièrement appréciée des invités lors du verre amical qui suivit l'inauguration du Festival au Mégarama de Bordeaux, les gagnants des concours, quant à eux, ont reçu des coffrets Art Russe Saint Emilion Grand Cru à l'occasion de la cérémonie de remise des prix qui eut lieu à la célèbre Cité du Vin. La gagnante du Grand Prix, Anna Ozar, réalisatrice du long métrage “Coquillage”, s'est vu offrir la possibilité de tourner l'un de ses prochains films au Château La Grâce Dieu des Prieurs. Les gagnants des différentes catégories: “Point de bifurcation”, réalisateur Léonide Gardach, et “Une chanson pour cor français”, réalisatrice Irina Kiréïéva (“Long métrage”); “Garçons”, réalisatrice Kristina Aléxandrova (“Documentaire”); «Vanité des vanités», réalisateurs Alekseï Tourkous et Alekseï Chelmanov (“Film d'animation”); «Sucre» - Macha Maria, réalisatrice Polina Koudriavtseva (“Vidéoclip”); "Au nom de ...", réalisateurs Oleg Rogatchev et Marina Kudriashova. Prix ​​spéciaux: “Point de bifurcation”, réalisateaur Léonide Gardach (“Meilleur scénario”); Marta Timoféïéva (“Coquillage”, réalisatrice Anna Ozar (“Meilleure actrice”)); “La Mélodie des bois”, réalisateur Ivan Chpoulnikov (“Pour la gentillesse et la chaleur”), “Le 023 Moscou - Paris”, réalisateur Miloslav Vibornnikh (“Pour le développement de l’intrigue”), “Penser positivement”, réalisatrice Irina Khodjouch (“Meilleur film original”). L’Artiste émérite de la Russie, Larisa Guzéïéva, qui a présenté le film “Romance cruelle" dans le programme “Rétrospective”, a reçu le diplôme "Pour contribution à la profession”.

Tel une grande maison, le festival est habité et géré par une équipe toute aussi éclectique que son programme, qui a en commun l’amour du cinéma russe et l’enthousiasme à le faire découvrir aux spectateurs français. Contre vents et marées politiques, financiers et administratifs, rendez-vous a été donné par sa directrice Daria Tsoukanova et son président Jean-Louis Labeyrie pour la Xème édition, l'année prochaine à Bordeaux !

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| Connexion | Inscription