0
Patrimoine
De Biarritz à Madrid, l’héritage de l’impératrice Eugénie au palais de Liria
De Biarritz à Madrid, l’héritage de l’impératrice Eugénie au palais de Liria
© Fondation duc d'Albe - l’Impératrice Eugénie par Winterhalter -

| Anne de Miller La Cerda

De Biarritz à Madrid, l’héritage de l’impératrice Eugénie au palais de Liria

zPatrimoine1 Franz Winterhalter Impératrice Eugénie Palacio de Liria.jpg
zPatrimoine1 Franz Winterhalter Impératrice Eugénie Palacio de Liria.jpg © DR - Salon impérial avec le portrait de l'impératrice Eugénie
zPatrimoine1 Franz Winterhalter Impératrice Eugénie Palacio de Liria.jpg
zPatrimoine1 Franz Winterhalter Prince Impérial.jpg
zPatrimoine1 Franz Winterhalter Prince Impérial.jpg © DR - Portrait du prince impérial par Winterhalter
zPatrimoine1 Franz Winterhalter Prince Impérial.jpg

A Madrid, le palais privé de Liria, résidence des XVIII/XIXème siècle du Duc d’Albe, Carlos Fitz-James Stuart, s’est récemment ouvert au public. Parmi les nombreux souvenirs de la famille d’Albe, ceux de l’épouse de Napoléon III, Eugénie de Montijo (19ème comtesse espagnole de Teba - 1826-1920) qui séjourna au Palais de Liria chez sa sœur aînéePaca (María Francisca de Sales de Montijo), épouse du duc d’Albe (1825-1860). Les deux sœurs, filles d’un « afrancesado » (partisan du « roi » Joseph Bonaparte) avaient été éduquées dans le culte de Napoléon. L’espace d’une visite bien orchestrée au son de la célèbre barcarolle d’Offenbach en fond sonore, le salon Empire rappelle la magnificence de l’époque de Napoléon III.
Les ducs d’Albe et de Berwick 
C’est à partir du 13ème duc d'Albe, que la succession échoit à son neveu Carl Miguel Fitz -James Stuart, duc de Berwick et descendant de Marie Stewart ,établis en Espagne depuis le XVIIIème siècle en Espagne. C'est donc le 3ème duc de Berwick, Don Jacobo Filtz-James Stuart y Colon, qui fit construire à Madrid le palais rectangulaire néoclassique de Liria entre 1767 et 1785, d'après les plans des architectes Louis Gilbert et, principalement, de Ventura Rodríguez (1717-1785). Le sol de l’entrée porte les armoiries entrecroisées des deux lignées des ducs de Berwick et d’Albe.
Ainsi, après la disparition de son époux Napoléon III en 1873 – suivie de celle de son fils en 1879 -, l’impératrice des Français vint se réfugier chez sa sœur au palais de Liria où elle s’occupa de l’éducation de ses neveux et petit-neveux. Son préféré, le duc Jacobo (1878-1953) héritera  des œuvres mises en valeur dans un salon de style Second Empire enrichi de tapisseries des Gobelins et de verdures d’Aubusson. Parmi  les objets de cette époque, de chaque côté du portrait de l'impératrice deux grands vases de Sèvres signés Regnier et Froment-Delormel (photo à gauche) furent offerts par Eugénie au duc Jacobo à l’occasion de son mariage. 
Ornant prestigieusement le salon tout comme à la villa Eugénie (transformée depuis en Hôtel du Palais) à Biarritz, peint par Franz Xaver Winterhalter(1805-1873), le portrait de l’Impératrice Eugénie porte les armes de l’Empire et l’inscription en latin « Gallorum imperatrix »,auxquelles s’ajoutent celles, espagnoles, de la maison de Teba. Du même talentueux artiste si apprécié par l’impératrice, un autre portrait figure le Prince Impérial enfant posant avec son fusil sur la terrasse de Saint-Cloud. Sans oublier celui de l’empereur, lui-même !
Ainsi la vie de l’impératrice Eugénie s’acheva en 1920 au palais de Liria à Madrid. Cependant, suivant ses derniers souhaits, sa sépulture fut rapatriée en Angleterre où elle fut inhumée aux côtés de son époux l’empereur Naploléon III et de son fils le Prince Impérial, dans la crypte impériale de la chapelle Saint-Michel de Farnborough. 
Seize ans après le décès de l’impératrice en Espagne, le palais de Liria fut victime d’un incendie dévastateur pendant la guerre civile espagnole. Malgré les nombreuses pertes causées par ce malheur où seules les façades du palais furent maintenues, la plus grande partie de la collection (les œuvres des grands maîtres de la peinture, comme Goya, Vélasquez, Murillo, Zurbaran, El Greco, Ribera, Rubens, Titien, Palma le Vieux, Breughel de Velours, Madrazo et Winterhalter) fut sauvée et protégée en différents lieux de Madrid, comme l’Ambassade de Grande-Bretagne, le Musée du Prado… Sa reconstruction fut entreprise par le 17ème Duc d’Albe,  Jacobo Fitz-James Stuart y Falcó, travaux achevés par le couple des 18ème Duc et Duchesse d’Alba, Luis Martínez de Irujo et Cayetana Fitz-James Stuart. L’architecte Manuel Cabanyes fut chargé de redessiner le nouveau Palais de Liria en reprenant les plans de Lutyens.
Aujourd’hui le 19ème Duc d’Albe, Carlos Fitz-James Stuart y Martínez de Irujo, préside la Fondation Casa de Alba, aidé de ses deux fils, Fernando, Duc de Huéscar, et Carlos, comte d’Osorno, qui perpétuent le renom d’une des plus importantes familles d’Europe.
Si vous comptez visiter le Palais de Liria lors de votre séjour à Madrid, assurez-vous d’acheter vos billets à l’avance sur Internet : 
https://www.palaciodeliria.com/billets 
Palais de Liria, c/ Princesa, 20 - 28008 Madrid(tél. +34 91 230 22 00).  info@palaciodeliria.com

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription