Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Exposition

L’esprit d’une « promenade Vernet » au Musée Basque et d’Histoire

« Vue du port de Bayonne, prise à mi-côte sur le glacis de la citadelle » (1760) par Joseph Vernet © DR

Le Musée National de la Marine de Paris étant fermé pour une longue période de restauration jusqu’en 2021, le Musée Basque et d’Histoire de Bayonne a saisi cette occasion pour  emprunter le célèbre tableau de Joseph Vernet « le port de Bayonne, prise à mi-côte sur le glacis de la citadelle » (1760).

Ainsi, durant 18 mois, l’œuvre (165 cm de hauteur sur 263 cm de largeur) du talentueux peintre s’ancrera au Musée de Bayonne et d’Histoire afin que le public puisse la contempler.

Originaire d’Avignon, Claude Joseph Vernet (1714-1789) formé adolescent par son père décorateur, poursuit sa formation à Rome où il s’établit une dizaine d’années 1734-1743).

A son retour en France, il connut un vif succès. Le peintre fut alors chargé par le roi Louis XV d’exécuter vingt-quatre tableaux des ports de France (1753-1765), des chroniques illustrées de la vie portuaire du royaume.

Répondant à cette commande qui demandait une grande précision topographique, le peintre n’en réalisa finalement que quatorze, dont celle de la vue côté de la citadelle du port bayonnais.

N’ayant pas la possibilité d’embrasser la totalité du panorama, le peintre proposa deux vues de Bayonne :

- la première, prise à mi-côte sur le glacis de la Citadelle datant de 1760, est actuellement exposée au musée Basque et d’Histoire

- la seconde, prise de l'allée des Boufflers, près de la porte de Mousserole fut réalisée un an plus tard, en 1761.

Ces deux tableaux font partie des collections du Musée National de la Marine de Paris.

Rappelons encore que lors de sa venue à Bayonne pour peindre les deux vues de la ville dans le cadre de sa série des « Ports de France », Vernet commanda à la demande de l'évêque Mgr d'Arche, six tableaux à quatre de ses amis : Nicolas-Bernard Lépicier, Jean Bardin, Breuet et Jean-Philippe Caresme dont on continue d’admirer « La naissance de la Vierge ».  Le  tableau de la « Cène », anonyme daté de 1763 qui a été restauré il y a quelques années, fait partie de ces peintures attribuées à l’Ecole française du XVIIIe siècle qui ont embelli l’édifice à partir de1760…

Pour en revenir aux vues du Port de Bayonne, ces deux œuvres - documents historiques d’une grande précision - se distinguent également par leur valeur artistique de grande qualité.

Peintre des marines très à la mode, son œuvre abondante s’inspira principalement de la mer aux effets du soleil couchant qu’il emprunta à Poussin et Lorrain.

Une atmosphère mystérieuse qui rappelle que certaines versions de « Vingt mille lieues sous les mers », le Nautilus de Jules Verne fut décoré en partie avec les marines de Vernet.

Diderot, qui s’était mis en scène dans certains de ses paysages (en dehors de la commande royale), avait intitulé poétiquement son récit « la promenade Vernet ».

A partir de la fin novembre, le tableau « Vue de Bayonne, prise à mi-côte sur glacis de la Citadelle » (1760) par Joseph Vernet est exposé au 1er étage dans la salle de la navigation du Musée Basque et d’Histoire, 37 quai des Corsaires à Bayonne jusqu’en mai 2019.

Ouvert de du mardi au dimanche de 10h30 à 18h30. Fermé les lundis et jours fériés.

 

Ania de Miller La Cerda

 

Commentaires

Réagir
  1. A.D. Laurent MARTIN DESMARETZ de MAILLEBOIS
    le 24/11/17 à 01h55

    Grand MERCI pour ces précisions éminemment culturelles. Je ne savais pas, bien que j'ai lu plusieurs fois les deux tomes de ce livre passionnant de JULES VERNE, qu'il était illustré par des œuvres de VERNET que je connais très peu. Tout en étendant ainsi grâce à vous mes connaissances en peinture déjà très importantes, mais on ne peut tout savoir, j'ai calculé le "ratio" de ce tableau : 263/165 = 1,593939... Il n'est donc pas au "Nombre d'Or" de 1.61803398875. Il n'est pas non plus au fameux 16/9 = 1,77777... Personnellement je suis grand admirateur de REMBRANDT dont je possède en copie de qualité : " La Jeune fille à la fenêtre". J'adore le "Clair obscur" et cette marine : "La Tempête sur la mer de Galilée" m'impressionne fort. D'une manière générale j'aime beaucoup les marines. Donc, l'école hollandaise me paraît toute justifiée par l'histoire. Voilà sans doute pourquoi je suis passé sur VERNET sans vraiment le voir. MERCI de votre rappel. Et si je le puis, j'irai le voir.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.