Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Nos disparus

In Memoriam : Paul Christian Narran

Frascuello signe un autographe à Paul Christian Narran © DR

Les anciens auditeurs de Radio Adour Navarre n’ont certes pas oublié les compte-rendus taurins « enflammés » de son émission « Toros, toreros y vaquillas » et les chroniques non moins enthousiastes sur l’actualité landaise diffusées dans cette langue « chantante » aux riches et colorées tonalités gasconnes sur l’antenne de la première station indépendante du Pays Basque et des contrées de l’Adour qui émettait d’outre-Bidassoa… Après Radio Adour, il fut un des piliers de « Radio Landes », future « France Bleu Gascogne ».

Pierre Vidal dans « Corrida Si » en trace un portrait émouvant : « Il aimait passionnément les Landes avant toute chose et plus particulièrement la corrida comme la course landaise. C’était aussi un passionné de rugby. Il fut un journaliste aimé des gens qui ne se poussait pas du col et faisait vivre ce qu’ils voyaient avec passion et tendresse. Il ne se laissait pas impressionner et n’avait pas peur de déranger ce qu’il considérait, à juste titre, comme la mission d’un journaliste.
J’ai travaillé à ses côtés assez longtemps pour témoigner de son engagement au côté des plus humbles. Il fut un défenseur acharné des toreros français à une époque où ça n’était pas évident et Nimeño II lui a témoigné son amitié à de multiples occasions. Il ne voulait pas non plus opposer course landaise et corrida. Il détestait enfin le pouvoir taurin dans sa brutalité, celui qui faisait ou défaisait les carrières. Il se plaçait ainsi toujours des côtés des jeunes toreros, de ceux qui luttaient pour se faire un nom.
C’était un homme généreux capable de coups d’éclats qui parfois se retournaient contre-lui. Il a apporté beaucoup au service public et, lui particulièrement, avec l’ensemble de l’équipe de ce que l’on appelait Radio Landes à l’époque, il a donné un style, un ton unique à cette station. Une station qui a consacré d’emblée une place importante à la tauromachie. Comme la reconnaissance est absente du milieu taurin comme elle l’est du milieu journaliste, il fut oublié par la suite ».

Ses obsèques religieuses ont été célébrées mercredi dernier en l’église de Castandet dans les Landes. R.I.P.

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.