Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Exposition

Ebullitions créatrices à Biarritz

Affiche de l'exposition © DR

Le temps de l’exposition « Singuliers plurielles », entre pénombre et spots flashies, les œuvres de quatre artistes David Joly, l’AB, Guy Perraudin, Véronika Pertseva, d’horizons et parcours différents, conversent au moyen de divers supports  à la Crypte Sainte-Eugénie.

- La peinture des arbres mythiques et ancestraux : de retour dans le sud-ouest après de longues années parisiennes, David Joly  établit dans les Landes se plonge dans la mythologie basque en peignant les mythes originels afin de se reconnecter à la terre et à la forêt.

Tout aussi habitée par le thème des arbres, Agnès Berniolles - dite l’AB - met en scène les méandres des bois sur ses toiles. Après un cursus en sciences humaines, l’artiste peintre revient vers son premier amour les Arts Plastiques. En1990, elle étudia aux Beaux-Arts de Bordeaux. Multidirectionnelle comme beaucoup d’artistes contemporains, elle passe de l’abstraction à la figuration libre en exposant des séries diverses dont une série consacrée aux arbres à la Crypte.

- Les sculptures « écologiques » : attaché également au terroir du Pays Basque, le sculpteur biarrot Guy Perraudin  récupère des débris de bois suite à des tempêtes, causes de la déforestation du massif des Arbailles, et de celle d’Iraty par l’industrie minière au siècle dernier, ou, plus récemment, celle de Saint-Martin en 1999.

- Un design architecturé : cheminement plus atypique que celui de Véronika Pertseva ; après avoir étudié la production et la mise en scène dans un atelier d’artistes Hubertus Hess et Meide Büdel en Allemagne, cette plasticienne originaire de Stavropol au Nord du Caucase en Russie (1988), a ,poursuivi sa formation artistique artistique à l'Ecole d'Enseignement Supérieur d'Art de Bordeaux. Progressivement plus engagée dans sa future vocation artistique, elle perfectionne ses connaissances dans le design du textile à Milan. Utilisant des pratiques ancestrales russes, elle essaie de réconcilier le monde du passé traditionnel avec celui du contemporain. Le cœur de son travail se concentre sur le motif aux multiples formes, des recherches qu’elle a pu développer récemment au musée des Arts Décoratifs de Bordeaux. S’inspirant entre autre de la designer Hella Jongerius et de Petra Blaisse dans son travail, Véronika Pertseva, après un stage dans une entreprise familiale bordelaise, a étudié la création textile acoustique. Une démarche créative textile malgré les contraintes que la designer souhaiterait approfondir entre autre dans le domaine de l’architecture.

Au XXIe siècle, la création artistique renaît à travers de nouvelles technologies, de l’écologie,  de la science. Mais qu’en est-t-il de l’Art et de la spiritualité, de notre Foi chrétienne, qui à notre époque nous questionne de plus en plus ? « La peinture est un art, et l’art dans son ensemble n’est pas une création sans but qui s’écoule dans le vide. C’est une puissance dont le but doit être de développer et d’améliorer l’âme humaine », affirmait Wassily Kandinsky.

Jusqu’au 18 décembre exposition « Singularités plurielles » à la Crypte Ste Eugénie à Biarritz Tous les jours de 14h à 19h sauf le mardi. Entrée libre.

Annia de Miller La Cerda

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.