Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Musique

De Bayonne à Oslo : « les riches heures » de l'Ensemble Orchestral de Biarritz

L'Ensemble Orchestral de Biarritz dirigé par Yves Bouillier © DR

C'est  à la cathédrale de Bayonne le 14 septembre à 19h30, avec un concert intitulé « Dvorak, de l'âme slave au Nouveau Monde », que l'Ensemble Orchestral de Biarritz débutera cette nouvelle saison musicale.

Yves Bouillier et son orchestre composé de 70 musiciens amateurs confirmés de la région, vont mettre ici en lumière le lyrisme chaud et subtil, l'expressivité aux accents slaves et le folklore coloré de la musique populaire de Dvorak en interprétant les 2ème et 8ème danses slaves composées en 1878.

« Dvorak qui fait partie de mes compositeurs favoris compose toujours une musique qui respire le bonheur de vivre. Ces danses imprégnées d'une floraison de mélodies populaires nous font ressentir ici toute la passion que Dvorak avait pour sa Bohême natale », précise le talentueux violoncelliste et chef d’orchestre.

Le public pourra ensuite se régaler en redécouvrant la célébrissime « Symphonie du Nouveau Monde » écrite lorsque le compositeur était directeur du conservatoire de New York. Dans une lettre au secrétaire de la société philharmonique de Londres datée de 1894, Dvorak écrivait : « J’ai appelé sa symphonie « du Nouveau Monde », parce que c’est la toute première œuvre que j’ai écrit en Amérique. Selon moi, je pense que l’influence de ce pays (c’est-à-dire les chansons folkloriques nègres, indienne, irlandaise, etc.) y est sensible, et que cette œuvre et toutes les autres écrits en Amérique diffèrent grandement de mes autres œuvres aussi bien en termes de couleurs que de caractères ». La popularité de la Symphonie du Nouveau Monde est due à la grande qualité des mélodies qui circulent au sein des mouvements et reviennent en nombre dans le dernier. En particulier le deuxième mouvement est très nostalgique avec son beau thème au cor anglais... Pour autant, c’est bien l’image de la Bohême qui se dessine en filigrane de la partition. Nostalgique de son pays natal, le compositeur évoque ses fêtes populaires, ses paysages. Et la force de l’œuvre réside probablement dans l'alliance entre ces accents slaves et la mise en musique d'émotions éprouvées aux Etats-Unis.

« C 'est une réelle émotion pour tous les musiciens de l'Ensemble orchestral de Biarritz de pouvoir jouer cette œuvre lumineuse et vibrante ; symphonie que tous ont pu écouter lorsqu'ils étaient plus jeunes et qu'ils rêvaient de pouvoir jouer un jour », ajoute encore Yves Bouillier.

Ce premier concert de l'EOB annonce une saison musicale bien riche car l'orchestre se porte magnifiquement bien ; beaucoup de musiciens amateurs rejoignent la formation orchestrale créée  en 2016 : « notre aventure continue plus que jamais et toujours sous les signes de la passion, du partage et du plaisir »

On retrouvera encore l'Ensemble Orchestral de Biarritz le 1er décembre à Tarnos (salle Maurice Thorez) dans le cadre de la saison culturelle de Tarnos, en compagnie de la comédienne Claire Borotra pour un concert festif avec le conte musical « Pierre et le Loup » de Prokofiev et la « Symphonie des jouets » de Léopold Mozart, le père de Wolfgang : « Nous avons un attachement particulier avec la ville de Tarnos dont le maire Jean-Marc Lespade ,et le directeur de l'école de musique, Arnaud Labastie, soutiennent tout particulièrement  notre projet », précise Yves Bouillier. Ce concert sera redonné le 18 janvier à Saint-Pierre-d'Irube avec Michel Pouvreau du Théâtre du Versant, comme récitant).

Puis, viendra le traditionnel concert de fin d'année à Biarritz qui sera donné cette année le dimanche 22 décembre à la Gare du Midi : il s 'agira d'un ciné-concert autour du film de Charlie Chaplin « Les lumières de la Ville », un projet porté par la ville de Biarritz pour être intégré aux évènements de l’opération « Biarritz Lumières ».

Egalement l’année prochaine, le 10 mai à la Gare du Midi, c'est autour d'un concert « Biarritz - Oslo à l'unisson » présenté par Eve Ruggieri que l'on retrouvera notre orchestre biarrot, à l’occasion d’un jumelage avec l'Orchestre Symphonique d 'Oslo, une formation composée de musiciens amateurs et professionnels : « l'idée de ce concert est de permettre une rencontre musicale et humaine entre deux formations du même profil ; formations orchestrales permettant à des musiciens amateurs de pouvoir jouer ensemble et faire vibrer leur instrument. Ce sera également l'occasion de valoriser les patrimoines musicaux  français et norvégien, puisque chaque orchestre interprétera des pièces de son propre pays avant de se réunir pour jouer ensemble (130 musiciens sur scène) deux pièces populaires : l'une norvégienne et l'autre basque ».

Et Yves Bouillier de « rendre hommage à l'association Ensemble Orchestral de Biarritz pour l'efficacité et l'investissement qui est mis pour préparer logistiquement et administrativement ces projets ; j'ai la chance de pouvoir m'appuyer sur une formidable équipe qui en plus de leur métier et de leur engagement musical au sein de l'orchestre, donnent de leur temps pour faire fonctionner cet orchestre :  un immense merci à Maddi Irigoyen (violon-solo) présidente, Coralie Thibaut (violon) secrétaire, Emmanuelle Garcia (alto) trésorière, Alain Jurkowski (contrebasse) régisseur principal, Maire-Sophie Leturcq (violoncelle) photographe, chargée du site et création des visuels, Fabrina Mini (violon) administratrice chargée des recherche partenaires, et Claudine Morel administratrice chargée des commande partitions ».

Samedi 14 septembre à à 19h30, cathédrale de Bayonne, concert « Dvorak, de l'âme slave au Nouveau Monde » par l'Ensemble Orchestral de Biarritz dirigé par Yves Bouillier. Entrée 10€ (5€ -18 ans). Réservations Office de Tourisme tél. 05 59 46 09 00 (+1€ de réservation)

 

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.