Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Histoire

Zotalegunak et étrennes du Nouvel-An

Le « Glin Glan » devant la maison Mitxinea à Bera/Vera de (place d’Alzate) © DR

Après Noël, fête éminemment religieuse précédée du jeûne de l'Avent, la célébration du Nouvel-An redoublait de vigueur au Pays Basque et en Gascogne.

Les amusements et les ripailles de l’An Neuf ouvraient la période de la pelère ou « pèleporc » que la malice paysanne proclamait irrévérencieusement la plus grande fête de l'année !

Au catéchisme, un curé landais interrogeait un jour ses petits élèves : « dis-moi, quelle est la plus grande fête de l'année, Noël, Pâques… ? Et un élève, aussi appliqué qu’enthousiaste de répliquer : « C’est la « Sent-Porc », moussu curé » !

Au Pays Basque, au temps où nos grands-parents se souciaient encore des cycles lunaires pour établir leur calendrier agricole de plantation (au dernier quartier de lune), de récolte et même de coupe du bois, on retenait avec attention la « météo » des Zotalegunak, soit les douze premiers jours de l'année qui annonçaient le temps des douze mois de l'année. Dans certaines provinces de France, il s’agissait des six derniers jours de l'année écoulée et des six premiers de l'an nouveau.

Au moyen-âge, en France, l'année commençait le dimanche de Pâques, déjà prétexte à l'échange de cadeaux accompagnés d’enluminures (que l’on pourrait considérer comme l’ancêtre des cartes de vœux répandues à partir du XIXe siècle)… Jusqu’à ce qu’en 1564, Charles IX impose définitivement la date du 1er janvier, suivi peu après de toute l’Europe.

Cette période des étrennes et des cadeaux existait déjà dans la Rome antique où on s’échangeait des « Strenuae » ou étrennes sous forme de rayons de miel, de dattes enveloppées dans des feuilles d’or ou des figues sèches dont on gavait les oies.

Et, notre région n’échappait pas à ces traditions : les fêtes de fin d’année ont toujours constitué une bonne occasion pour faire des cadeaux. C'est ainsi que la veille de Noël, il était de coutume à Sare de faire quelque présent (une paire de poulets par exemple) à ceux dont on voulait reconnaître les bienfaits. Et sur la côte guipuzcoane, les propriétaires désireux de remercier ceux de leurs fermiers qui payaient le loyer en espèces les régalaient pour la Santo Tomas d'un besugo (dorade) auquel se substituait, plus à l'intérieur des terres, une morue séchée !

A ces étrennes « volontaires » ou consenties s’ajoutaient celles - un brin « forcées » -pendant des tournées et des rondes, un peu comme à l’occasion de Sainte Agathe en février ou pendant les mascarades souletines, lors des « prises de barricades » devant les maisons où les « attaquants » trouvaient des tables bien garnies !

Rondes et Piquehoo

La tradition de ces tournées dans les quartiers est encore bien vivante dans le bassin de la Bidassoa. Ainsi, les enfants de Vera parcourent-ils l’après-midi de la Saint-Sylvestre les rues de la localité en chantant le traditionnel « Glin-Glan » qui accompagne la quête devant les maisons : on leur lance, depuis les fenêtres et les balcons, des fruits frais ou secs, des caramels, etc. Le soir, c’est au tour des adultes de faire résonner les rues de leurs couplets parfois malicieux afin de prendre congé de l’année ancienne en saluant la nouvelle…

A Etchalar, les petits partent également en quête d’Urtatxak au chant des couplets de l’« Ela-Ela ». Et dans le joli bourg moyen-âgeux de Lesaka traversé par ses canaux, ce sont tous les groupes choraux et instrumentaux qui participent au « passe-rues ».

Dans nos provinces du Pays Basque Nord, ces coutumes sont également bien enracinées : trois, quatre ou cinq jeunes représentant les Rois Mages et leur suite, dont l’un chevauchait un petit âne et son compagnon portait une lanterne simulant une étoile à cinq rayons, chantaient et quêtaient d’une maison à l’autre.

A Sare, les jeunes quêteurs portaient un pantalon blanc orné de bandes rouges ou bleues et de grelots ainsi qu’une chemise blanche avec des rubans rouges pendant aux avant-bras, un mouchoir de soie rouge bordé de « korskoilak » (grelots) avec houppe rouge au centre. Parfois aussi, ils arboraient la « Carrossa » (une blouse de couleur bleu sombre) avec un mouchoir « basque » autour du cou. Au son des tambours et des accordéons, ils arrivaient donc au seuil d’une maison et, souhaitant la bonne année, s’adressaient à l’etxekanderea : « Elégante maîtresse de maison, nous nous présentons à vous ; si l’argent manque, ces méchants garçons emporteront le lapin ! »

Evidemment, aucune traduction ne peut rendre l’esprit et l’humour de ces ritournelles en basque, à l’image de celle que Pierre Etxegoyen composa au siècle dernier pour un ancien marin, invalide et boîteux appelé « Cadet » de la maison Arrosagaraya :

Agur Kadet mingua

Aspaldi galdua

Erremangua

Zuk ere etxean baduzu

Urte onaren lekua !

(Salut Cadet le boîteux, depuis longtemps estropié, l’invalide, vous aussi avez chez vous assez d’espace pour loger une bonne année…)

Ces rondes étaient également bien présentes dans le pays gascon avoisinant sous l’appellation de « Piquehoo », en particulier à Peyrehorade et dans le pays d’Orthe où elles redoublaient de malice : si les habitants d’une maison « quêtée » étaient jugés un peu « durs à la détente » alors que la maîtresse de maison était proche d’accoucher, on n’hésitait pas à promettre un nouveau-né « tort coum un esclop » (tordu comme un sabot) !

Enjoués et malicieux en diable, les Gascons substituaient à la traditionnelle formule « qu’ep souhaiti une boune e hurouse anade acoumpagnade de hort d’aoutes » (une bonne et heureuse année accompagnée de beaucoup d’autres), cette finale plus intéressée : « acoumpagnade de porcs e d’aouques » (accompagnée de porcs et d’oies) !

 

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.