Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Musique

Un chef-d’œuvre de Haydn sur le nouveau CD du Quatuor Arnaga

Quatuor Arnaga © DR

Le Quatuor Arnaga annonce la sortie de son nouveau CD : « Les Sept Dernières Paroles du Christ en Croix » de Joseph Haydn. Les textes sont écrits et dits par Mgr André Dupleix. La lectrice est Nicole Watbled. Les illustrations de la pochette de Van Dyck et Rembrandt proviennent du Musée Bonnat-Helleu de Bayonne. La prise de son est de Stephan Krieger (Studio Amanita à Anglet). La maison de disques est Hofa (Allemagne).

L'œuvre de Haydn, commande originelle de l'église Santa Cueva de Cadix consistant en « sept sonates avec une introduction et un tremblement de terre à la fin » destinées à ponctuer son office du Vendredi saint, le compositeur l'écrira d'abord pour grand orchestre, avant de proposer, l'année même de sa création, en 1787, la version pour quatuor à cordes qui sera jouée par le Quatuor Arnaga.

Il y a quelques annnées, lorsqu’en mélomane avéré, il écoutait émerveillé son interprétation, Benoît XVI n’avait-il pas présenté cette œuvre comme un exemple « parmi les plus sublimes de comment l'art peut épouser la foi » ?

Le pape avait alors souligné que l'auteur s'inspirait de l'Evangile. « Sur la dure Croix, Dieu a prononcé à travers le Christ le mot d'amour le plus beau et le plus vrai, qui est Jésus qui se donne pleinement et de façon définitive. C'est lui la dernière parole de Dieu, non pas au sens chronologique mais qualitatif », avait expliqué Benoît XVI qui avait déjà salué en maintes occasions « la beauté de la musique, langage spirituel et donc universel, véhicule plus que jamais adapté à la compréhension et à l'union entre les personnes et les peuples », en constatant : « La musique fait partie de toutes les cultures et, pourrait-on dire, accompagne toute expérience humaine, de la douleur au plaisir, de la haine à l'amour, de la tristesse à la joie, de la mort à la vie » !

Il était difficile de trouver meilleure introduction à ces « Sept paroles du Christ en croix » de Haydn que celle de ce pape mélomane qui n’hésitait pas à s’asseoir lui-même devant un clavier de piano… Et le quatuor Arnaga ne pouvait trouver meilleur « récitant » en la personne de

Mgr André Dupleix qui, après être passé par le Grand Séminaire de Bayonne jusqu'en 1968, y enseigna entre 1973 et 1981 à l'issue de ses études à l'Université grégorienne de Rome (il fut également vicaire à St-Léon au quartier Marracq après avoir été ordonné prêtre par Mgr Vincent, évêque de Bayonne dont il dirigea le Centre de culture religieuse).

Prêtre artiste et homme de l'Esprit

En conclusion d'un très riche parcours ecclésiastique et culturel, André Dupleix a enseigné à l'Institut Supérieur de Théologie des arts de l'Institut Catholique de Paris ainsi qu'à l'Antenne de Théologie des Pays de l'Adour. Auteur de nombreux ouvrages de théologie et de spiritualité – en particulier, une thèse remarquée sur le sacerdoce selon saint Jean Chrysostome -, Mgr Dupleix est également diplômé de fin d’Études d’Orgue au conservatoire de Bayonne où il a créé des « Chants liturgiques » avec le Carmel avant d'écrire le texte de la cantate « Béatitudes » pour l'Orchestre National de Chambre toulousain, puis de mettre en œuvre la « Via Crucis » de Liszt : « Vous êtes un prêtre artiste, un compositeur, un organiste, un poète et un homme pour le théâtre du Souffle, un homme de l'Esprit », lui avait dit, il y a quelques années, l'ancien directeur de l’École du Louvre et Conservateur général du Patrimoine Dominique Ponnau en lui remettant la croix d'officier des Arts et Lettres. En témoignent son action, lorsqu'il dirigea l'Institut catholique de Toulouse, en faveur d'un « pôle culture et art » autour de l'Institut d'Art religieux et de l'Institut de Musique sacrée, sans négliger les écoles professionnelles, dont celle de journalisme... A ces œuvres ainsi qu'aux concerts et aux récitals qu'il n'a cessé de donner, en particulier à son époque « toulousaine », il faut ajouter des recueils de poésie « dont il émane un rythme musical », dira encore le doyen Guy Lazorthes lors de l'installation de Mgr Dupleix en tant que mainteneur de l'Académie des Jeux floraux. C'était en 2000, année où le signataire de ces lignes recevait ses « Lettres de Maîtrise » à l'occasion de son entrée dans le plus ancien cénacle littéraire d'Europe !

Quant au quatuor Arnaga, formé d'enseignants du Conservatoire et membres de l'Orchestre Régional Bayonne Côte Basque, il se produit depuis une douzaine d'années de part et d'autre de la Bidassoa avec le grand répertoire du quatuor à cordes, du XVIIIe siècle à nos jours, non sans y inclure les œuvres de compositeurs basques tels Arriaga, Isasi, Usandizaga ou Sorozábal. Les musiciens du quatuor sont également à l'origine d’initiatives inédites au sein d’écoles maternelles et même de la prison de Bayonne, en vertu de la remarque d'André Dupleix lors de son entrée à  l'Académie des Jeux floraux : « La musique nous plonge au cœur même des palpitations du monde. Elle y révèle jusqu'en ses tensions extrêmes la permanence d'une beauté et d'une authentique grandeur. Dans sa symbolique profonde, elle évoque les rythmes fondateurs (…) Elle est le battement du cœur mystique de l'humanité et devient, si nous le voulons, un facteur de rassemblement et de communion ».

Le nouveau CD du Quatuor Arnaga est en vente à la Librairie de la rue en pente, rue Poissonnerie à Bayonne. On peut également le recevoir en contactant à l’adresse mail seube.olivier@wanadoo.fr ou en appelant

Olivier Seube au tél. 06 80 43 67 06.

Le prix du CD est de : 15 € (Prix de port pour la France métropolitaine : 2 €.

 

Alexandre de La Cerda

 

 

 

 

 

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.