Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Danse

Saint-Pée-sur-Nivelle : ballets entre songes et instinct

« TanzTheater Ekaterinbourg » © DR

Dans le cadre d’un projet de coopération territoriale soutenu par la Communauté d’Agglomération Pays Basque et la Diputación Foral de Gipuzkoa, le Malandain Ballet Biarritz programme un plan de circulation interrégionale des compagnies  EliralE (Pays Basque), Gilshamber (Bretagne), Flowcus (Bretagne), Harris Gkekas (Alsace) et TanzTheater Ekaterinbourg (Russie). Celles-ci proposeront des spectacles en Bretagne à Ploërmel dans le cadre de la Saison culturelle Arth Maël et au Pays Basque à l’Espace Culturel Larreko de Saint-Pée-sur-Nivelle et au Centre culturel Niessen d’Errenteria/Renteria.

C’est au cœur du Pays Basque que se réuniront mardi 12 février la « Compagnie EliralE » de Pantxika Telleria ainsi que la Compagnie « Gilshamber » (Bretagne) dans « Instinct », une création de Gilles Schamber à travers une danse instinctive et spontanée, ainsi que le « TanzTheater Ekaterinbourg » (une ville située au pied des montagnes de l'Oural, en Russie) d’Oleg Petrov dans une réinterprétation du « Spectre de la rose et cetera » de Christine Hassid (chorégraphe de Nouvelle-Aquitaine).

La chorégraphe Christine Hassid, davantage attirée vers des thèmes contemporains laissant libre cours à son imaginaire, a cependant souhaité réinterpréter « le Spectre de la rose » créé par les Ballets Diaguilev d’après une chorégraphie de Michel Fokine en 1911. Orchestrés par Berlioz sur une musique de Carl Maria von Weber s’inspirant du poème de Théophile Gauthier (1), « le Spectre de la rose » fit vibrer les corps de deux étoiles : Vaslav Nijinski dans le rôle du spectre et Tamara Karsavina dans celui de la jeune fille. Celle-ci, endormie à la rentrée de son premier bal, rêve du souvenir d’une rose. La jeune fille revenue du bal porte la rose offerte par son cavalier. En s’endormant dans un fauteuil, la rose tombe de son corsage en exhalant le souvenir de cette soirée exceptionnelle. Un danseur de rêve entre dans la chambre obscure et tournoie autour d'elle, l'enlace dans son enchantement. Soudain, le spectre s'envole par la fenêtre ouverte, après avoir pris congé d'elle avec un dernier salut : c'est la fin du rêve. La chorégraphie de ce célèbre pas de deux a marqué l'histoire de la danse moderne.

Tout conservant un parfum d’intemporel, Christine Hassid - qui avait fondé en 2012 sa compagnie « Christine Hassid Project » - modifie la pièce à plusieurs reprises en inversant les situations. Dans sa dernière version, le parfum d’une rose rappelle le souvenir d’une femme à un homme endormi.

Appréciant sa dernière relecture, le directeur de la Compagnie « Tanz Theater », Oleg Petrov, proposa ainsi à Christine Hassid un nouveau ballet avec cette fois cinq danseurs, dont deux garçons et deux filles qui interprètent le spectre d’un danseur masculin. L’homme rêve et le spectre apparaît sous les traits de quatre spectres.

Dansé pour la première fois à Ekaterinbourg en novembre dernier, cette nouvelle version du « Spectre de la rose » fut appréciée par un public russe pourtant habitué au répertoire classique.

Car, aucune femme n’avait jusqu’alors osé s’attaquer au ballet mythique du « Spectre de la rose » en bousculant ainsi les codes et les interprétations de célèbres chorégraphes masculins tels Maurice Béjart, Angelin Preljocaj, Olivier Dubois, Benjamin Millepied et… une version néoclassique de Thierry Malandain donnée à Biarritz en 2001.

Mardi 12 février à 20h à l’Espace Culturel Larreko de Saint-Pée-sur-Nivelle :

- Compagnie Gilshamber (Bretagne) dans Instinct création de Gilles Schamber

- TanzTheater Ekaterinbourg (Russie) d’Oleg Petrov dans « Le Spectre de la rose et cetera » de Christine Hassid qui donnera également des master-classes et des répétitions ouvertes au public.

En parallèle :
Chaque hiver, à l’occasion de sa saison jeune public, le « Temps des mômes » propose - sous l’égide de Thierry Malandain et de Biarritz Culture - une série de spectacles conçue comme un « Temps d’Aimer » spécial enfants / Biarritz Culture.

- Mardi 12 février à 18 heures, au Colisée, spectacle « Plume » de la compagnie Kokeshi.

- Mercredi 13 février, rendez-vous à 19 heures aux Découvertes, la  salle du Théâtre des Chimères « Des Gestes blancs » (dès 8 ans).

- Samedi 16 février, à 16 heures, sur la scène du Colisée. Elle dansera « Te prends pas la tête », une métaphore sur le fonctionnement de l’esprit porté par un danseur de hip-hop et une comédienne.

(1) Poème "Le Spectre de la rose" de Théophile Gauthier 
"Soulève ta paupière close
Qu'effleure un songe virginal ;
Je suis le spectre d'une rose
Que tu portais hier au bal.
Tu me pris encore emperlée
Des pleurs d'argent de l'arrosoir,
Et parmi la fête étoilée
Tu me promenas tout le soir.

Ô toi qui de ma mort fus cause,
Sans que tu puisses le chasser
Toute la nuit mon spectre rose
A ton chevet viendra danser.
Mais ne crains rien, je ne réclame
Ni messe, ni De Profundis ;
Ce léger parfum est mon âme
Et j'arrive du paradis.

Mon destin fut digne d'envie :
Pour avoir un trépas si beau,
Plus d'un aurait donné sa vie,
Car j'ai ta gorge pour tombeau,
Et sur l'albâtre où je repose
Un poète avec un baiser."

 

 

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.