Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Musique

Préludes de Chopin composés à Majorque et « grands » d’Espagne par Marta Zabaleta

La pianiste Marta Zabaleta © DR

Avec le récital au piano de la concertiste internationale Marta Zabaleta, c’est un programme « étincelant » que Bertrand Latour nous réserve dimanche 24 mars à 11h au Bellevue de Biarritz, en attendant la réouverture du Palais.

A commencer par les 24 Préludes opus 28 composés par Chopin en 1838 à Majorque : à l’époque, avec sa maîtresse George Sand (accompagnée de ses deux enfants), il s’était embarqué à Barcelone pour Majorque,où il arrive en novembre pour y demeurer jusqu’en février 1839. Ils disposent d’un peu d’argent car Frédéric Chopin avait touché une avance sur ses « Préludes » commandés par Camille Pleyel. Mais c’était la saison des pluies sur l’île et  Chopin tombe rapidement malade, se met à tousser. Considéré comme poitrinaire, obligé de quitter la villa où ils avaient élu domicile, Chopin et sa maîtresse s’installent alors à la chartreuse de Valdemossa. Mais le climat angoissant de l’ancien couvent agit de façon catastrophique sur son moral : « Ma cellule a la forme d'un grand cercueil », écrira le compositeur, « On peut hurler… toujours le silence ». A peine remis, Chopin se remet toutefois à composer. « Chopin ne peut vaincre l'inquiétude de son imagination », écrira plus tard George dans « Histoire de ma vie ». « Le cloître est pour lui plein de terreur et de fantômes ». Sand affirmera même que plusieurs des Préludes sont nés de ces angoisses : « Il y en a un qui lui vint par une soirée de pluie ». Il s'agirait peut-être du prélude n° 6 appelé « la goutte d'eau »... Chopin y achèvera pourtant la ballade en fa Majeur, deux polonaises, la sonate en si bémol, et il travaillera au troisième scherzo alors que son état de santé ne faisait qu'empirer… Pour en revenir aux préludes, certains, très courts, durent moins d’une minute, mais « ils déploient à chaque fois tout un univers », diront les critiques. Grand admirateur de Bach, Chopin disposait à Majorque pour seule partition celle du « Clavier bien tempéré » qui comporte également des préludes. Mais, « chez Bach, ils préludent à des fugues tandis que Chopin lui, ne prélude à rien, il propose seulement des esquisses, des miniatures »...

Aux Préludes, le programme de Marta Zabaleta joint encore les célébrissimes pièces de la musique espagnole : « Granada » et « Asturias » d’Isaac Albéniz (1860-1909), « La maja y el ruisseñor » et « El pelele » d’Enrique Granados (1867-1916) ainsi que la Danse rituelle du feu extraite de « L'Amour sorcier « de Manuel de Falla (1876-1946).

Marta Zabaleta, piano

Originaire du Pays Basque Sud, Marta Zabaleta obtint sa médaille d’Or au Conservatoire de San Sebastián à l’âge de seize ans. Elle poursuit ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Dominique Merlet puis à l’École Reina Sofia de Madrid avec Dmitri Bashkirov et à l’Académie Marshall de Barcelone avec Alicia de Larrocha. Lauréate de prestigieux concours internationaux (Santander, Concours International Chopin de Darmstadt, Concours International de Piano de Jaén et de Saragosse), elle se produit dans de nombreuses salles de concert, en récital solo, ou en interprétant les plus grands concertos pour piano avec des orchestres prestigieux comme le London Symphony Orchestra, l'English Chamber Orchestra, le Deutsches Symphonieorchester de Berlin, l'Orchestre de la RadioTélévision Nationale d’Espagne etc.., sous la baguette de chefs célèbres, tels Sir Colin Davis, Daniele Gatti, Harry Christophers, S. Comissiona, C. Mandeal, M. Venzago, G. Varga etc...

En tant que chambriste, Marta Zabaleta joue notamment avec le violoncelliste Asier Polo (concert au Carnegie Hall de New York) et a collaboré à l’enregistrement de l’intégrale de l’œuvre pour piano de Joaquín Rodrigo pour le label EMI.

Professeur de piano au Conservatoire Supérieur de Musique de San Sebastián, Marta dirige également l’Académie Marshall de Barcelone, selon la volonté exprimée par Alicia de Larrocha, son prédécesseur.

Chopin, Albeniz, de Falla, Granados par la pianiste Marta Zabaleta, dimanche 24 mars à 11h au Bellevue de Biarritz. Réservations et renseignements au tél. 06 80 04 53 19. Billets : 35 et 45 euros, enfants et étudiants gratuit.

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.