Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Actualité

Paris : des collégiens du Pays Basque visitent les institutions

Les collégiens luziens au Sénat © DR

Entre une séance où il est intervenu sur le franchissement des Pyrénées occidentales (en particulier les poids lourds qui passent aujourd'hui essentiellement par Biriatou alors que d’autres alternatives existent : les autoroutes de la mer, le ferroutage mais aussi une RN134 sécurisée et calibrée Somport-Oloron-Pau initiant un axe plus central) et la réunion de la commission culture pour l’audition d’Olivier Schramek, président du CSA, afin d’évoquer la loi sur les « FakeNews » (on ferait bien, avant d’accuser d’autres pays, de s’interroger sur ses propres occasions de « désinformer »), le sénateur biarrot Max Brisson a pris le temps de recevoir des collégiens basques en visite au « palais Médicis ».

« Moment vivifiant au Sénat. J’accueille les CM2 de l’école Urquijo de Saint-Jean-de-Luz avec leur directeur Franck Ethève, l’abbé Lionel Landart, leur professeur Aurelie Boutevin et plusieurs enseignants de l’école. Une avalanche de questions de la part de ces citoyens en herbe. La fabrique de la loi est au cœur du projet pédagogique de l’année. Navette, amendement, bicamérisme, projet de loi, scrutin public, n’ont plus de secret pour les élèves d’Urquijo. Bravo à Franck Ethève, Aurélie Boutevin et à toute l’équipe pédagogique ».

Au cours d’une visite à l'Assemblée Nationale, les collégiens de l'école Donibane Saint Famille d'Urquijo ont également été reçus par le député kanboar Vincent Bru avec qui s’est établie une belle « qualité de la relation » : ayant appris, dans le cadre de l'opération Parlement des Enfants, à mieux connaître les institutions, ils ont également rédigé une proposition de loi sur la protection de la biodiversité.

Sans oublier l’Hôtel Matignon : « nous avons appris l’histoire de ce haut lieu du pouvoir exécutif. Nous avons été accueillis dans la salle des Conseils où nous nous sommes tous assis sur les sièges des Ministres. La maîtresse s’est installée sans le savoir à la place d’Edouard Philippe face à la tapisserie des Gobelins ». Les écoliers luziens ont découvert les autres salles de réception avant de pouvoir parcourir le jardin à la française et à l’anglaise : « nous avons vu tous les arbres que chaque Premier Ministre fait planter lors de sa nomination. Edouard Philippe est le premier à avoir fait planter un arbre fruitier : un pommier en lien avec la Normandie ». La Messe dans le chœur de la cathédrale Notre Dame de Paris qu’ils ont visitée avec l’abbé avec Lionel Landart a constitué également un moment fort et inoubliable de leur séjour parisien, ainsi que le « pique-nique au jardin des plantes, ancien jardin du Roi Louis XIII »…

Le groupe scolaire « Ecole Sainte Famille Donibane – Urquijo » propose une filière bilingue français / basque avec deux parcours différents, de la petite section au CM2. L'établissement accueille chaque enfant avec ses particularités, afin « qu’il évolue au mieux au milieu des autres. C'est son épanouissement qui est visé à travers les apprentissages, spirituels, scolaires, culturels, sportifs et de vie en groupe. Avec pour objectif qu’il donne le meilleur de lui-même afin de grandir dans toutes les dimensions ». En particulier, une belle ouverture culturelle permet aux collégiens de vivre des projets artistiques et culturels tout au long de l’année scolaire.

ALC

Commentaires

Réagir
  1. A.D. Laurent MARTIN DESMARETZ de MAILLEBOIS
    le 22/06/18 à 10h54

    A l'occasion de la réception évoquée ici au Sénat, je me rappelle d'un dîner auquel j'ai participé dans le "Salon BONAPARTE". J'ai eu l'occasion de discuter avec le Directeur de la DGAC (Direction générale de l'Aviation Civile"). Je lui ai parlé de la méthode réglementaire aux USA pour le survol des aéroports par des avions en transits divers qui me paraît toujours 30 ans après, bien meilleure là-bas qu'ici pour l'avoir pratiquée des deux côtés de l'atlantique en tant que Pilote privé d'affaires. Il fut fort intéressé mais apparemment notre discussion n'a rien changé à la pratique en France de méthodes extrêmement dangereuses et débiles dans leurs conceptions. Ce que d'ailleurs il a reconnu à ma table alors ! Ce "Salon BONAPARTE" était à l'image de tous les salons officiels des institutions, tableaux, dorures, documents renvoyant à l'histoire de Bonaparte encadrés... Bien agréable et j'en ai retenu malgré tout une atmosphère presqu'intime en contradiction apparente avec le cadre officiel. Il est exact que l'on se sent bien au Sénat. Et ses jardins sont devenus célèbres avec le poème de Maurice GENEVOIX devenu Secrétaire Perpétuel de l'Académie française : " Les Vieux Messieurs du Luxembourg ". J'ai correspondu avec Maurice GENEVOIX et quelques autres Académiciens comme Jacqueline de ROMILLY. A ce sujet je me demande si ces collégiens ont eu l'occasion de visiter les autres Institutions autres que parlementaires comme, justement, l'INSTITUT des cinq Académies, quai CONTI ? C'eut été, à mon sens, bien plus utile culturellement pour eux que les sièges gouvernementaux du régime à cet âge ?


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.