Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Musique

Orègue : un beau concert de musique sacrée devant un beau retable

L'ensemble vocal "Octavus" © DR

L’Ensemble Vocal Octavus, dirigé par Monique Damerol-Croutzet, donnera un « Concert pour le Temps Pascal » à l’église Saint-Jean-Baptiste d’Orégue dont le retable a été plusieurs fois nommé comme l’un des plus beaux des églises du Pays Basque.

Après une entrée en matière avec cinq œuvres autour de Van Berghem, Rameau, Weber, Tchaikowsky (solo d’Isabelle Lopez), et Haendel (solo de Daniel Boulin), le chœur et les quatre solistes, Isabelle Castillon, Isabelle Lopez, Philippe Guichenducq et Bernard Cortijo interpréterons quatre pièces du Stabat Mater de Gioacchino Rossini dont le « Pro Peccatis » en solo par Bernard Cortijo et « Inflammatus et Accensus » par Isabelle Lopez.

Avec Didon et Enée d’Henry Purcell, Isabelle Castillon enchainera avec l’émouvant « When I am laid », suivi par le chœur avec « With Drooping Wings »

Solistes et chœur reprendront trois pièces de la Messa di Gloria de Giacomo Puccini, dont l’émouvant « Crucifixus » par Philippe Guichenducq.

Pour compléter cette page de musique pour le Temps Pascal, Monique Damerol-Croutzet a très logiquement retenu « La Passion selon Saint Jean de Jean Sébastien Bach avec quatre extraits, pour terminer sur le Choral final repris par les solistes et le chœur.

Des interprètes de talent

Formée au conservatoire de Bayonne, puis au cours de Marguerite Long et enfin au CNSM de Paris, Monique Damerol-Croutzet étudie l’esthétique, l’analyse et l’harmonie sous la direction de Roland Manuel, Alain Weber, René Challan et Jean Rollin. Elle mène une carrière d’enseignante en musique, en région parisienne, tout en se formant à la direction de chœur lors de stages avec Jacques Grimbert, Stéphane Caillat et Philippe Caillard. Elle collabore avec le conservatoire de musique de Versailles lors des examens de fin de cycle. Pendant 20 ans, elle dirige avec grand succès le chœur Ermend Bonnal de Tarnos. Toujours à la recherche de belles harmonies, depuis 2013 elle dirige Octavus pour interpréter des oeuvres originales et exigeantes.

La soprane Isabelle Castillon a fait ses études musicales (formation musicale, contrebasse et chant) au conservatoire de Bayonne et a obtenu un premier prix en chant en 2001 dans la classe de Jacques Schwarz. Elle est diplômée de musicologie (Université Michel Montaigne de Bordeaux) et est  professeur certifiée d’éducation musicale. Elle a fait partie du Choeur Cantate à Bordeaux sous la direction de Michel Laplénie.

Quant à Philippe Guichenducq, issu d’une famille aux voix belles et puissantes, Laetitia Casabianca lui prodigue des cours de technique vocale pour mieux maîtriser la sienne, et en profite pour le faire chanter dans le Chœur du conservatoire. Elle lui enseigne également la direction de chœur. C’est tout naturellement, voici une quinzaine d’années, qu’il monte l’Otxote Ahoz, qu’il dirige et y chante en même temps. Il obtient en 2001 le 1er prix au Tremplin des Polyphonies de Laas. Il dirige également le Chœur Bizi Kantuz de Bardos avec lequel il n’hésite pas à monter des grandes œuvres (Requiem de Mozart, La Messe de Clovis de Gounod, Carmina Burana de Carl Orff, La Messa da Requiem de Verdi).

Les basses seront Bernard Cortijo et Daniel Boulin qui chantent depuis plus de trente ans parmi les meilleurs ensembles de la Côte Basque.

L’ensemble vocal sera accompagné par la talentueuse pianiste Marie José Steffan, professeur au conservatoire de Bayonne et soliste de l’Orchestre Bayonne Côte Basque ; elle forme avec Damaris Alsunard le duo «Océan» piano à quatre mains et accompagne diverses formations, dont le Chœur de chambre de Lourdes.

Une église avec son retable classé

Entourée du traditionnel cimetière où l’on note la présence de plusieurs stèles discoïdales, la construction de la nef et du sanctuaire de l'église Saint-Jean-Baptiste d’Orègue doit dater du XVIe siècle tandis que le vestibule remonte au XVIIe siècle (la date de 1670 est inscrite au-dessus de la porte sud ouvrant sur la nef). Le porche et le clocher sont du XIXe siècle. Mais le plus intéressant se trouve dans la nef sous voute peinte dont trois côtés portent des tribunes en bois sur deux niveaux : l’ensemble de l’autel-majeur (autel-retable-tableau) daté du premier quart du XVIIIème siècle, particulièrement remarquable et d’une très belle harmonie. Il est l’œuvre de Jean Dartiguecave (auquel la commande des trois retables de l’église fut passée en 1710) ; les dorures et les peintures en furent confiées, quatre ans plus tard, à son frère Bernard ; le tableau représentant le Baptême du Christ au maître-autel (ainsi que ceux des retables latéraux : saint Dominique recevant le Rosaire des mains de la Vierge, à gauche, et sainte Catherine d’Alexandrie, à droite), sont de l’artiste local Jean Héguy. On remarque entre les somptueuses colonnes torses, les belles statues de saint Pierre, à gauche, de saint Paul, à droite et de saint Jean-Baptiste au-dessus, qui ornent le retable de l’autel-majeur (classé aux Monuments Historiques).

Samedi 26 mai à 20h30 à l’église Saint Jean Baptiste d’Orègue. Entrée gratuite, libre participation proposée.

ALC

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.