Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Livre

Nuit romantique à Hossegor : les Amis du Lac prêtent serment et échangent leurs vœux

Les Amis du Lac © DR

La salle du restaurant « La Tétrade » à Hossegor était trop petite pour accueillir tous les Amis du Lac venus présenter leurs vœux pour l’An Neuf ! Un moment exceptionnel autour d'une quinzaine d'interventions « empreintes à la fois de lucidité sur le temps qui passe, les événements qui nous perturbent et l'émotion, les sentiments, l'amitié dégagés par tous les participants »... L’occasion d’apprécier les interventions très remarquées d’Anne-Marie Lalague qui représentait l’association « Giltzarri » de Saint-Jean-de-Luz avec qui les Amis du lac ont signé une convention pour la création d’un prix d’architecture remis alternativement à Hossegor et à Saint-Jean-de-Luz (cette année, au Casino d’Hossegor le 11 mai prochain) ; et

De la petite fille de l’ancien maire d’Hossegor Alfred Eluère, en écho aux demandes répétées des Amis du Lac pour qu’enfin le nom de ce grand maire soit donné à une avenue, ou à défaut, celui du stade municipal pour ce bâtisseur d’Hossegor et ancien grand champion (international de rugby)… Remarqué la présence de l’artiste-peintre Bernadette Saint-Pé dont les toiles ont été retenues par Air France pour figurer dans les vidéos projetées dans les avions long-courriers ; de l’adjoint Henri Arbeille venu excuser le maire d’Hossegor et fournir des explications sur le problème du lac… Aussitôt terminé le dîner des vœux couronné par un chant improvisé dans la grande tradition gasconne, est arrivé le moment tant attendu de la lecture du fameux serment au bord du lac, suivant un cérémonial bien établi, bougies à la main, conclu par la proclamation d’une seule voix : « Je le jure » !

Et si les 20 ans du salon du livre d’Hossegor n’ont pas été marqués comme il se doit, les Amis du Lac ne se découragent pas pour autant et proposent de célébrer le centenaire d’Hossegor (en 2023) par une grande fête en constituant un comité ouvert à tous les Hossegoriens qui voudront y participer… Et de lancer un appel à la mobilisation et à la concertation afin de réussir cette grande fête du centenaire qui devrait constituer le rendez-vous des professionnels décideurs, intellectuels, artistes, résidents permanents ou en villégiature, avec à la clef des rencontres, colloques, séminaires et conférences animés par des intellectuels, professionnels de l’aménagement et de l’urbanisme, élus, sociologues, responsables d’associations… Il s’agira « d’envisager les perspectives de développement, de mutation, initier, et mettre sur pied un programme pour imaginer, concevoir et réaliser l’Hossegor des années 2050 selon ces trois principes : Que vivent les écoles d’Hossegor (Littérature et Architecture) - Que prospère le style basco landais né à Hossegor - Que soit préservée l’identité historique d’Hossegor. Principes qui rejoignent le Manifeste des Amis du lac publié lors de sa création : Hossegor lieu de mémoire, Hossegor centre de recherche, Hossegor atelier de créations ». Les Amis du lac poursuivront inlassablement cette mission illustrée par le poème de Pierre Jouanou écrit à l’occasion de la soirée des vœux :

Vague à l'âme du lac

Un oiseau ce matin m'a légué une plume,

Je l'ai sitôt trempée dans un bouillon d’écume,

Afin d'en témoigner sans un brin de remord,

De me savoir l'objet d’un actuel désaccord.

Messieurs je vous en prie, soyez donc raisonnables,

Pour qu'entre vous et moi jamais nul grain de sable,

Ne vienne enrailler la si douce harmonie,

Que jadis tant d'artistes ont si souvent décrite.

J'étais là avant vous ça ne l'oubliez guère,

Et vous somme à ce jour d'entretenir vos terres,

Pour qu'encore demain les yeux de vos enfants,

Puissent s'émerveiller de l'aube au couchant,

De l'infinie beauté qu'en ces lieux je distille,

Pour au mieux en flatter l'orgueil de votre ville.

Là même où vos maisons se vendent des millions,

Je m'en viens m'assécher par excès d’alluvions,

Et s'il me faut demain revenir marécage,

Je vous apparaitrai tel un lointain mirage,

D'un lieu béni des Dieux à tout jamais éteint,

Par la cupidité de piètres riverains.

Il vous faudra alors venir sonder vos âmes,

Tirant les conclusions de l'effroyable drame,

D'avoir laissé ainsi sans même réagir,

L'élégance océane à jamais se tarir.

Mon frère l'Océan n'aura point de répit,

A venir constamment partager en mon lit,

La tumultueuse humeur qu’engendrent ses marées,

Tant nous sommes tous deux intimement liés.

Il vous faut pour cela vous remettre à l’ouvrage,

Pour protéger au mieux mes fragiles rivages,

Et de nouveau demain recommencer encore,

Soucieux de préserver la beauté du décor,

C'est le prix à payer pour sceller nos destins,

D'en avoir fait le choix de me vouloir marin.

 

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.