Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Actualité

Maider Arosteguy, présidente de la Conférence Atlantique Transpyrénéenne

Maider Arosteguy, présidente de la Conférence Atlantique Transpyrénéenne © DR

De profession conseil en management et organisation des entreprises en France et en Europe, élue conseillère départementales des Pyrénées Atlantiques et conseillère municipale de Biarritz, Maider Arosteguy est chargée des questions et projets transfrontaliers au sein du Conseil Départemental basco-béarnais. La petite-fille de Félix Arostéguy et la sœur de Pierre qui gère la célèbre Maison Arostéguy vient d’être élue présidente de la Conférence Atlantique Transpyrénées (CAT), et d’avoir comme vice-présidente, Ana Ollo, représentante du Gouvernement de Navarre .

Aux côtés du Préfet de Pau, des présidents de l’Agglomération Pays Basque, du Département, et des représentants des gouvernements basque, de la Navarre, de la Diputacion Foral de Guipuzcoa et de la Région Nouvelle Aquitaine, ne nouvelle convention décennale a été signée et des plans d’action lancés pour 2019/2020 : « Une belle mission à l’échelle d’un large territoire », reconnaît Maider Arosteguy.

Une instance transfrontalière pluri-partenariale

En 2007, les acteurs publics de part et d'autre de la Bidassoa avaient décidé de renforcer la politique de coopération transfrontalière de proximité, souhaitant mieux coordonner des compétences réparties entre différentes administrations. Ainsi, le Gouvernement Basque, la Diputation Forale de Gipuzkoa d’une part, le Conseil Régional d’Aquitaine, le Conseil Départemental des Pyrénées-Atlantiques, d’autre part, avec la participation de la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques et du Conseil des Elus du Pays Basque, avaient créé par convention du 1er mars 2007 une instance pluri-partenariale d'information, de concertation et de coordination, intitulée « Conférence Euro-régionale », devenue par la suite « Conférence Atlantique Transpyrénées ».

Il s’agit du seul organisme de coopération associant à la fois les différents niveaux de collectivités au nord et au sud de la frontière, et l’Etat français à travers la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques. Par cette collaboration, les acteurs publics engagés souhaitaient mieux connaître les cadres juridiques, et leurs procédures respectives, améliorer leurs conditions d’intervention sur la zone frontalière, et ainsi mieux répondre aux préoccupations des citoyens des deux côtés de la frontière.

Ainsi, de 2007 à 2017, de nombreux sujets ont été traités, dans des domaines variés, comme par exemple :

- La coopération hospitalière et le transport de personnes accidentées ;

- L’analyse des conditions juridiques pour le dragage de la Baie de Txingudi ;

- Une convention de coopération entre Pôle emploi et Lanbide pour un meilleur accompagnement des demandeurs d’emploi.

Toutefois, si les habitants frontaliers ont pu bénéficier de ces avancées, des problématiques transfrontalières perdurent et nécessitent de poursuivre la collaboration entre nos institutions.

En outre, des évolutions institutionnelles et politiques doivent nécessairement être prises en compte dans la composition de la Conférence Atlantique Transpyrénées, en intégrant les nouveaux signataires que sont la Communauté d’Agglomération Pays Basque, et le Gouvernement de Navarre. C’est pourquoi, les membres signataires, et la Préfecture, se sont  de nouveau engagés récemment à constituer un espace de dialogue et d’analyse autour des problématiques transfrontalières, et à agir pour lever les obstacles transfrontaliers ainsi repérés.

2019-2029 : une nouvelle convention, de nouvelles actions

Réunies au sein d’une association loi 1901, les institutions participant à la Conférence Atlantique Transpyrénées se fixent pour objectifs :

 

- de promouvoir une coopération transfrontalière partenariale, portant sur des sujets de proximité, afin de faciliter la résolution des problèmes quotidiens des citoyens de la zone frontalière ;

- d’œuvrer aux échanges et à la coopération entre services publics, afin que les réponses apportées aux usagers soient cohérentes et coordonnées.

- de constituer un espace de dialogue et de coordination en matière de projets transfrontaliers,.

- et enfin de faciliter la concertation autour de la mise en œuvre des lois nationales, transposant des directives européennes dans l'espace frontalier.

Concrètement, la Conférence Atlantique Transpyrénées a établi son plan d’actions 2019-2020 organisé autour de 5 axes :

- Connaissance du territoire transfrontalier ;

- Action éducative ;

- Action économique et sociale ;

- Aménagement, environnement, mobilité ;

- Coordination des services de secours.

Ainsi, parmi les enjeux de cette nouvelle période, la Conférence Atlantique Transpyrénées a initié un travail de mise en commun des données qui a porté en 2018 sur la démographie afin d’établir une cartographie commune, et de passer à une vision transfrontalière du territoire. Une connaissance approfondie du territoire partagé devrait à l’avenir constituer un bon outil d’aide à la décision des politiques publiques transfrontalière.

L’encadrement des interventions frontalières des secours

Le 20 février 2017 les Ministères de l’Intérieur espagnol et français signaient un arrangement administratif relatif à l’assistance et aux secours en zone frontalière. Il stipule que les préfets des départements peuvent désormais conclure des arrangements d’exécution locaux, pour la collaboration des services de secours frontaliers sur l’ensemble de la frontière.

Ces protocoles devront à la fois traduire une coordination accrue des différents services amenés à intervenir en cas d'accidents sur la zone frontière, et formaliser des procédures communes d'information, et d'intervention.

Avec cette action, la Conférence Atlantique Transpyrénées entend donc mettre en œuvre concrètement cet accord et formaliser à moyen et long terme, l’engagement commun des moyens des services de secours français et espagnols sur la zone frontalière.

A travers ces actions, l’esprit de la Conférence Atlantique est d’identifier dans un premier temps les obstacles à la coopération, puis, en s’appuyant sur les compétences des différentes administrations, de résoudre les problématiques repérées. Avec l’ensemble des collectivités présentes ainsi que les services de l’Etat, la Conférence Atlantique Transpyrénées peut aussi porter ces sujets au niveau national, et donner ainsi de la visibilité à notre frontière commune.

Commentaires

Réagir
  1. Pierre Bouchet
    le 16/02/19 à 10h57

    Bon courage Maider. Voilà un beau défi à relever, au service des populations frontalières bordant l'Océan. Un autre thème pourrait s'ajouter: le traitement des déchets, pour qu'ils ne se déversent pas dans l'océan. Bien amicalement. Pierre Bouchet (connu aux AFC).


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.