Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Danse

Les Estivales à Biarritz : « Marie-Antoinette » par le Ballet Malandain

« Marie-Antoinette » par Thierry Malandain © Olivier Houeix

A l’occasion de la 5ème édition des Estivales, le Ballet Malandain Biarritz donnera « Marie-Antoinette » le vendredi 9 août à 21h à la Gare du Midi de Biarritz. Après « Cendrillon » et « La Belle et la Bête » également créées à l'initiative de l'Opéra Royal de Versailles, Thierry Malandain s’inspire de la vie d’une des plus emblématiques reines de France. A partir de symphonies de Joseph Haydn, le ballet retrace son parcours, de sa première apparition sur la scène de l’Opéra royal jusqu’au final d’une comédie du plaisir dont l’infortunée Autrichienne était devenue « l’étoile du malheur ».
C’est à la lecture de nombreux écrits dont un livre de Stefan Sweig, et en regardant le film de Sofia Coppola consacré à la dernière reine de France, que le chorégraphe Thierry Malandain en a dessiné progressivement le profil pour répondre à une commande de l’Opéra Royal de Versailles.
Il fallait éviter les poncifs d’un réquisitoire. Avec poésie et rigueur, Thierry Malandain a campé tout en demi-teintes le cadre de ce magnifique décor épuré à la lumière des costumes pastel XVIIIème du talentueux Jorge Gallardo. En toile de fond, de grands panneaux, inspirés entre autres de François Boucher, se décomposent en une chorégraphie néo-classique de quatorze tableaux-clés où s’immiscent du clair à l’obscur Claire Lonchampt incarnant avec intensité les états d’âme de la reine, et son partenaire Mickaël Conte, accompagnés en contrepoint d’une Cour de 20 danseurs et danseuses.
Quinzième et avant-dernière enfant de François Ier et de l’archiduchesse d’Autriche, Marie-Antoinette était née en 1755 au palais de la Hofburg à Vienne. Mariée officiellement le 16 mai 1770, Marie-Antoinette épousa le futur dauphin Louis XVI à Versailles. Ils n’avaient que 14 et 15 ans. Son jeune époux lui préférant la chasse à courre, la reine se tourna vers son « monde rêvé » : le hameau qu’elle fit construire à Versailles représenté dans une des scènes du ballet.
A 20 ans, coquette et féminine, Marie-Antoinette mis à la mode la coiffure surnommée à la « pouf », en « pièces montées tout en hauteur » du perruquier Léonard, symbolisée pour des raisons pratiques par des néo-tresses dans le ballet.
Parenthèse dans cet amour déçu : le tableau de la maternité, au son d’un extrait d’« Orphée et Eurydice » de Gluck à la harpe instrument affectionné de la reine qui donna naissance à l’un de ses quatre enfants.
Tout au long de son règne, Marie-Antoinette se passionna pour la peinture, la danse et la musique dont elle deviendra la principale mécène. Protectrice des arts, elle fit venir à Versailles tous les artistes d’Europe, dont Haydn, son compositeur viennois préféré. De l'aube au crépuscule, ses trois symphonies - n°6 avec l’adagio du Matin, n° 7 le Midi, n° 8 le Soir - , se succèdent en écho de la plénitude à La Tempête au son d’une guillotine qui sonne la tombée du rideau.
L’Académie Internationale de Danse de Biarritz
Ces Estivales sont également l’occasion d’un moment de partage, de transmission et de formation destiné à la jeunesse avec la 31ème édition de l’Académie Internationale de Danse de Biarritz, organisée avec le soutien de la Ville de Biarritz, qui accueille plus de 300 stagiaires à Biarritz jusqu’au 9 août, avec plusieurs professeurs de l’Opéra national de Paris (dont la danseuse étoile Carole Arbo), du Conservatoire de Paris professeur, de l’English National Ballet, de celui de Cuba et du Malandain Ballet : ainsi, Dominique Cordemans et Giuseppe Chiavaro animeront des ateliers sur des extraits de spectacles et de corégraphies. Car l’intérêt de cette académie est de proposer des programmes adaptés aux danseurs du niveau élémentaire au niveau professionnel : cours classique, barre à terre, workshops…  Il s’agit pour les plus petits d’acquérir les bases techniques, puis ensuite pour les plus grands de travailler plus spécifiquement de manière très personnalisée des variations du répertoire...
« Marie-Antoinette » par le Ballet Malandain Biarritz vendredi 9 août à 21h à la Gare du Midi de Biarritz – Tarifs de 12€ à 36€ Billetterie : www.malandainballet.com et Office de Tourisme de Biarritz / Tél. 05 59 22 44 66, www.tourisme.biarritz.fr et offices de Tourisme de Bayonne Anglet

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.