Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Histoire

Les Basques de la Garde d’honneur (1813-1814)

Un Garde d’honneur (1813-1814) © DR

Dans l’épopée napoléonienne, il est un sujet qui a été rarement traité par les historiens c’est celui de la Garde d’honneur de 1813. Son récit ne manque pourtant pas d’intérêt.

Après le désastre de la campagne de Russie, Napoléon revint en France au début de l’année 1813 avec la nécessité de reformer une armée dans l’urgence. Parmi les différents corps, la cavalerie, essentielle dans les batailles, souffrait d’un manque de chevaux mais aussi de cavaliers.

Afin de reconstituer la cavalerie légère, une des nombreuses dispositions du décret du 3 avril 1813 fixa l’organisation d’un nouveau corps qui comprenait quatre régiments de Gardes d’honneur soit au total 10 000 hommes. Il s’agissait de volontaires, âgés de 19 à 30 ans, célibataires et sans emploi.

Ces jeunes gens devaient appartenir à l’élite impériale, fils ou neveux de membres de la Légion d’honneur, de l’Ordre de la Réunion, de membres de la noblesse d’Empire, de conseillers départementaux et municipaux pour les grandes villes.

En décidant de mobiliser les fils des classes dirigeantes de l’empire, l’Empereur poursuivait plusieurs buts.

Il s’agissait de reconstituer des régiments de cavalerie dans l’urgence et à moindre frais. Les gardes venaient avec leurs équipements et leurs chevaux, financés théoriquement par eux-mêmes. Ils devaient constituer à court terme un vivier dans lequel seraient puisés les cadres dont manquaient cruellement les armées napoléoniennes.

Il fallait s’assurer, dans une période de revers militaires, dans les départements de l’ancienne France et ceux de la nouvelle France (constitués de territoires en Belgique, Allemagne, Hollande, Suisse et Italie), du soutien et de la loyauté des familles qui assuraient le fonctionnement de l’administration impériale.

Enfin ce volontariat concernait des couches de la population aisées qui pouvaient jusqu’alors éviter la conscription pour leurs enfants en achetant des remplaçants.

Dans chaque département, les Préfets furent dès avril 1813 en charge d’assurer le bon recrutement des volontaires en fonction du quota qui leur était fixé. Les familles des gardes d’honneur étaient classées en neuf catégories (noblesse, bourgeoisie, négociants…), catégories qui devaient être respectées lors de l’admission du candidat.

Pour attirer des volontaires, ceux-ci étaient dotés d’un uniforme de prestige. Une solde intéressante leur était offerte et le passage au grade de sous-lieutenant leur était promis après un an de service.

Malgré ces avantages conséquents, les volontaires ne se bousculèrent pas pour s’inscrire sur les registres des mairies. Conformément aux dispositions du décret, les préfets purent désigner des jeunes gens pris dans les familles les plus considérées, ceci afin d’éviter que les gardes d’honneur ne soient en trop grande nombre des remplaçants issus de familles ne correspondant pas aux critères retenus.

En octobre 1813, les 10 000 gardes d’honneur étaient recrutés, dont 6 800 pour les départements de l’ancienne France et 3 200 pour les départements de la nouvelle France. Dans les départements de l’ancienne France les volontaires représentaient en moyenne les 2/3 des gardes, alors que dans les départements de la nouvelle France la proportion était inverse 2/3 de désignés. Par ailleurs, Ils étaient loin d’appartenir tous à des familles riches ni même faisant partie de l’élite sociale.

Le département des Basses-Pyrénées qui comprenait cinq arrondissements, Bayonne, Orthez, Pau, Oloron et Mauléon, avait un contingent fixé au départ entre 45 et 90 volontaires. Le préfet, Monsieur de Vanssay, éprouva des difficultés à respecter les consignes ministérielles concernant notamment l’origine des familles. Dans une lettre adressée à son ministre en avril 1813, il avançait les éléments suivants, caractéristiques selon lui de la structure sociale du département qui en faisait son originalité : absence de division de la société en classes séparées et parfaitement distinctes comme dans d’autres parties de l’Empire, absence de grandes fortunes territoriales, nombre élevé de petits propriétaires constituant une paysannerie d’un niveau plus élevé que dans le reste de l’Empire et nombre peu élevé de familles fournissant des militaires. Le préfet justifiait ainsi l’extension du recrutement à des jeunes gens dont les parents n’avaient « ni beaucoup de fortune, ni une grande consistance sociale ».

Faute de volontaires en assez grand nombre, Le préfet dut compléter sa liste en recourant à des désignés.

La levée ne suscita pas beaucoup de réclamations dans le département des Basses-Pyrénées, si ce n’est à Bayonne où certaines familles de négociants peu habituées à envoyer leurs fils à l’armée s’inquiétèrent des conséquences de cette mesure sur la bonne marche de leurs affaires.

Le préfet tint bon, tout en se plaignant auprès du ministre qu’un certain nombre de ses homologues n’aient pas respecté, par facilité, les consignes du décret en ayant recours à des volontaires dont les familles ne correspondaient pas à celles définies dans la typologie.

Fin avril 1813 sur les 86 gardes du département des Basses Pyrénées l’arrondissement de Bayonne en comptait 21 et celui de Mauléon 17.

Dans l’arrondissement de Bayonne le nombre de volontaires fut légèrement supérieur à celui des désignés alors que dans l’arrondissement de Mauléon les volontaires représentèrent les 2/3 des gardes. La seule Soule (Mauléon, Barcus et Tardets) qui avait ses « figures militaires » en la personne des capitaines de cavalerie d’Etchandy, notaire de Tardets et ancien aide camp du Général Cluzel, et Etchandy officier de la Garde Impériale, envoya huit gardes, tous volontaires et tous fils de notables.  

Au final, le préfet de Vanssay respecta très correctement les consignes du décret, notamment en ce qui concerne l’origine sociale des gardes. La proportion des volontaires atteignit 52% du contingent des Basses-Pyrénées qui fut affecté à Tours au 3ème Régiment de Gardes d’honneur constitué le 6 juin 1813 sous le commandement d’un général de 33 ans, Philippe de Ségur.

Ce 3ème régiment, composé de 10 escadrons de 2 compagnies regroupait les gardes des divisions militaires de Toulouse, Bordeaux, La Rochelle, Rennes, Périgueux, Tours, mais aussi Florence et Groningen ; soit au total 2 695 hommes dont 256 Italiens et 138 Hollandais

Les 38 Basques rejoignirent Tours en trois détachements, les 15 juin, 6 et 23 juillet. A leur arrivée ils furent répartis en petits groupes dans les différents escadrons.

Le 7 juin 1813, alors que les gardes n’avaient pas eu le temps d’être formés, l’Empereur dressa un plan de marche pour les cinq premiers escadrons de chaque régiment. Du 22 juin 1813 et jusqu’au 30 août, ce sont 1164 hommes du 3ème régiment qui furent engagés dans les combats.

Dès septembre 1813, l’Empereur décida de rattacher une partie des gardes d’honneur à des régiments de la garde impériale. Le 3ème régiment fut intégré aux dragons de la Garde Impériale.

Comme les autres régiments des Gardes d’honneur, le 3ème régiment participa à la campagne de Saxe en octobre 1813. Sans expérience, mais attaché à la cavalerie de la Garde, il s'illustra aux batailles de Lützen, de Leipzig et de Hanau.

Le régiment se distingua encore lors de la campagne de France début 1814, où il s'illustra aux batailles de Montmirail, de Château -Thierry et de Reims.

En ce qui concerne les Gardes d’honneur basques, leur comportement fut divers.

Trois Gardes d’honneur du Pays Basque furent arrêtés en octobre 1813 pour avoir comploté à Tours contre l’Empereur, avec une quinzaine de leurs homologues principalement, vendéens et bretons. Une vingtaine de Gardes furent emprisonnés puis libérés par la suite. Si le caractère sérieux du complot n’a jamais pu être véritablement établi, ce grave incident, outre qu’il faillit coûter la vie à son commandant le Général de Ségur, avait porté gravement préjudice à l’image du régiment

A la bataille de Reims, le caporal François Daguerre, originaire de Tardets, sauva la vie de son commandant, le Général de Ségur, en se portant à son secours lors d’un combat entre cavaliers.

Le régiment fut dissous en juillet 1814. Aucun des Gardes d’honneur du Pays Basque ne fut, semble-t-il, tué au combat ou par suite de maladie. Deux d’entre eux rejoignirent les Gardes du corps du roi sous la Restauration. Les autres retournèrent à la vie civile.

Les quatre régiments des Gardes d’honneur n’ont pas été ménagés par l’histoire. Annoncés comme appartenant à un corps d’élite faisant partie de la Garde impériale, ils n’en avaient - pour un grand nombre - ni les aptitudes ni la formation. Issus d’un recrutement disparate au niveau social, au niveau nationalité, animés de motivations parfois opposées, insuffisamment armés, insuffisamment encadrés, ils ne répondirent pas aux espoirs quelque peu insensés qu’on avait mis en eux. Jalousés et moqués par les soldats aguerris, cantonnés souvent dans des tâches secondaires ou fondus dans des unités combattantes en perdant au passage leur spécificité, les Gardes d’honneur ont également été victimes des circonstances, celles d’appartenir à une armée en retraite.

Si Napoléon lui-même prit soin de ménager les régiments des Gardes d’honneur en évitant de trop les exposer, ceux qui furent engagés dans les batailles ont néanmoins fait preuve de bravoure et purent participer à côté de la Garde impériale à des batailles importantes sous les yeux de l’Empereur. Le personnage principal du roman de Jean de La Varende « Nez de cuir » fut un Garde d’honneur.

Georges Housset a écrit dans le dernier chapitre de son ouvrage « La Garde d’honneur 1813-1814 » paru en 2009 et qui fait aujourd’hui référence : « L’histoire, pas plus que les autorités gouvernementales n’a accordé à cette jeune phalange la place qu’elle méritait (…). L’existence de cette Garde située dans une période de l’Histoire de France dont la particularité est de diviser plutôt que de fédérer ceux qui s’y intéressent n’a suscité que peu d’attrait chez les historiens(…).Aujourd’hui, près de deux siècles après les faits et loin de toute passion, un regard neuf méritait d’être porté sur cette institution, véritable microcosme, qui à elle seule, est un éclairage sur les dernières convulsions de l’Empire ». 

Commentaires

Réagir
  1. A.D. Laurent MARTIN DESMARETZ de MAILLEBOIS
    le 04/05/18 à 01h25

    Vous dites : " Trois Gardes d’honneur du Pays Basque furent arrêtés en octobre 1813 pour avoir comploté à Tours contre l’Empereur, avec une quinzaine de leurs homologues principalement, vendéens et bretons. Une vingtaine de Gardes furent emprisonnés puis libérés par la suite. Si le caractère sérieux du complot n’a jamais pu être véritablement établi, ce grave incident, outre qu’il faillit coûter la vie à son commandant le Général de Ségur, avait porté gravement préjudice à l’image du régiment ". Pour ma part je dirais plutôt que cette rébellion serait plutôt à l'honneur du régiment ! BONAPARTE, l'usurpateur, a toujours compté sur le vivier humain français selon lui supérieur à tous les autres chez ses ennemis en raison de la démographie. La France était encore un mastodonte démographique en Europe. Je reconnais le caractère basque dans ce "complot" réel ou supposé ! En tout cas un grand MERCI pour votre éclairage effectivement sur des faits ignorés en cette période de fin de règne napoléonien. Il est bel et bon que plusieurs basques aient rejoint le ROI LOUIS XVIII, dernière restauration valable.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.