Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Patrimoine

Le colloque Vauban dans les Pyrénées Occidentales

La citadelle de Bayonne vue de haut © DR

Il y a 385 ans, le 1er mai 1633, naissait Vauban, architecte et ministre militaire de Louis XIV.

Sébastien Le Prestre, marquis de Vauban est ingénieur, architecte militaire, urbaniste, ingénieur hydraulicien, essayiste, expert en poliorcétique, ministre. Il donne au Royaume de France « une ceinture de fer », un glacis qui le rend inviolé durant tout le règne de Louis XIV et jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, à l'exception de la citadelle de Lille qui est prise une fois. En effet la puissance de l'artillerie, rend les citadelles moins efficaces. Douze ouvrages de Vauban, regroupés au sein du Réseau des sites majeurs de Vauban ont été classés au Patrimoine mondial de l'UNESCO le 8 juillet 2008. Vauban sera nommé maréchal de France par le souverain.

Dans le cadre de son 31éme Congrès intitulé « Vauban en Pyrénées Occidentales », l’Association Nationale Vauban tiendra son colloque dans la matinée du vendredi 11 mai prochain de 8h45 à 13h à l’Orangerie d’Arnaga à Cambo avec plusieurs interventions sur les fortifications et les Ingénieurs Militaires :

- "La fin du royaume transpyrénéen de Navarre jusqu'à la construction de la place-forte de Navarrenx" par Alvaro Adot, professeur d'histoire à Pampelune, membre du laboratoire ITEM (Univ. Pau/Pays de l'Adour) et chercheur à la Casa Velazquez.

- "Les fortifications de Bayonne et la citadelle Vauban" par Olivier Ribeton, conservateur en chef du Musée Basque, et Germaine Auzemery-Clouteau, animatrice architecture & patrimoine de Bayonne ville d'Art et d'histoire.

- "Les ingénieurs militaires pré-Vauban en Europe" par Hugues Paucot, docteur en sciences chimiques de l'Université de Bruxelles, ingénieur-conseil (UPPA) et vice-président du Cercle historique de l'Arribère.

- "Histoire du fort de Portalet et travaux de restauration" par Bernard Choy, maire d'Aydius (relations transfrontalières Communauté de communes du Haut-Béarn).

L’après-midi sera consacrée à la découverte de Saint-Jean-Pied-de-Port, ses murailles et sa citadelle. Et le samedi, à Navarrenx, Oloron et le fort du Portalet pour les meilleurs marcheurs.

Auparavant, les congressistes auront visité (jeudi) Pampelune et Fontarabie.

Vauban dans notre région

Rappelons qu’en vue de consolider ses récentes conquêtes et de renforcer la frontière espagnole, Louis XIV avait donné l'ordre à Vauban de se rendre à Bayonne où l’ingénieur militaire qui était également un valeureux soldat arriva dans les premiers mois de 1680, accompagné de l’ingénieur général des fortifications de la Guyenne, de Ferry.

Sa venue dans les Pyrénées entraîne une réorganisation du système de défense de la frontière espagnole dont Bayonne devient le pivot, appuyée par les citadelles de Navarrenx et Saint-Jean-Pied-de-Port. Il supervise la construction et l'amélioration des remparts et de ses portes. Il construit ou consolide également les bâtiments du Château Vieux. Le mur d'enceinte de la ville est ainsi réparé, le vieux donjon intérieur (Floripès) est rasé. Et surtout, Vauban crée sur la rive droite de l'Adour une citadelle dont Ferry dirigera les travaux.

Appuyant son système sur deux points d'appui, Navarrenx et Saint-Jean Pied de Port, Vauban construit cette Citadelle de Bayonne comme place de dépôt. Conçue comme un carré de 240 toises de côté (240 toises font environ 480 mètres) la Citadelle est bastionnée. Elle s'organise pour devenir une forteresse inexpugnable.

Les travaux ne durèrent pas longtemps : les trois corps de casernes sont déjà achevés en 1685. Elles sont prévues pour 1200 hommes. Des logements pour les officiers et le chapelain sont prévus. Des magasins à poudre, un petit arsenal pour l’artillerie et une chapelle compléteront l’ouvrage dont la dépense sera évaluée à 500.000 Frs.

Une porte fut ouverte dans le front nord pour l’arrivée des secours et une seconde, dans le front sud, mit la citadelle en communication avec le faubourg Saint-Esprit. Un parapet descendant vers l’Adour protégea cette sortie et une porte ménagée dans ce parapet au bord de l’Adour fournit une sortie vers la campagne.

Les nombreuses courtines et demi-lunes, obstacles parapets et glacis témoignent encore de nos jours du génie militaire de Vauban.

Alexandre de La Cerda

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.