Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Tradition

Le 3 décembre, fête de saint François-Xavier et de l’euskara

Les reliques de saint François Xavier à Goa © DR

Transporté à terre, sur le rivage de l’île de San-Choan, aux portes de la Chine, François de Xabier - qui deviendra saint François-Xavier - sera emporté en quelques jours par une fièvre maligne. Avant de rendre son âme à Dieu, l’apôtre navarrais avait retrouvé pour d’ultimes prières la langue basque de son enfance. L’odyssée inachevée de « l’âme de feu qui vole d’un point des Pyrénées jusqu’aux Indes et au lointain Japon, telle une comète fulgurante qui se perdrait dans les flots de la mer de Chine » selon la belle formule de l’écrivain François Duhourcau continue d’attirer des foules innombrables dans la cathédrale de Goa, en Inde, le 3 décembre, pour vénérer les reliques de saint François Xavier le jour de sa fête.

L’exposition des reliques de saint François Xavier (« Goencho Saïb », en konkani, c’est-à-dire « le monsieur », voire « le seigneur de Goa ») a lieu tous les dix ans et attire pendant un mois et demi des millions de pèlerins (la dernière a eu lieu en 2014, donc la prochaine sera prévue en 2024).

Il est aussi le « saint patron » de la langue basque, rappelle François Xavier Esponde, « en raison de la légende rapportée par son secrétaire et compagnon de route chinois qui l’entendit dire en basque une prière à l’adresse de ses parents à l’heure du trépas (on en fera même le patron de la Mongolie et du Tourisme, ce qui n’est pas sans intérêt pour notre région ouverte de plus en plus à l’universalité ». Et de préciser : « Son patronage nous a engendré une pléiade de générations de jeunes coopérants jésuites tout d’abord mais également de Mep, missions étrangères de Paris qui honorent sa mémoire comme un ami de l’Asie et de l’Inde ! L’occasion d’une expérience sur le terrain pour ces élèves de grandes écoles parisiennes et d’Europe, dont certains rejoindront la Compagnie de Jésus » !

Ainsi, comme chaque année depuis 1949, le 3 décembre est placé sous le signe de l’euskara lors de la journée internationale qui lui est dédiée et il y a deux ans, la Ville de Bayonne avait signé une convention avec l’Académie de la langue basque Euskaltzaindia.

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.