Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Actualité

Le 1er octobre Emmanuel Macron et Pedro Sanchez célèbreront la fin de l'ETA

Le Président français Emmanuel Macron et le Chef du Gouvernement espagnol Pedro Sanchez © DR

Samedi 1er octobre prochain, le Président français Emmanuel Macron et le Chef du Gouvernement espagnol Pedro Sanchez vont se rencontrer, (à Saint-Sébastien, selon toute probabilité, bien que l’hypothèse madrilène était également envisagée à l’heure où nous « bouclons », ndlr.) afin de marquer « la coopération des polices française et espagnole pour mettre un terme aux violences de l’ETA ».

Chose faite depuis la dissolution déclarée du mouvement séparatiste basque il y a cinq mois.

Une rencontre à forte intensité symbolique – s’il s’agit de Saint-Sébastien - pour saluer un changement d’époque entre les deux pays et dans une région où depuis la déclaration, faite à Genève, de l’éradication du mouvement terroriste, les esprits partagent l’enthousiasme de la cordiale « convivencia » espagnole de la paix retrouvée.

Du côté français, on savait l’évolution en cours par le rapprochement des prisonniers dans les prisons françaises du côté de la Nouvelle-Aquitaine, du côté espagnol des mesures similaires avaient été accordées pour libérer les détenus les plus exposés dans leur santé.

Désormais, les représentants des deux pays franchissent un pas majeur pour célébrer la mémoire des victimes de la violence dans tous les camps, et promouvoir la paix bienfaisante dans les relations entre les populations du sud de l’Europe.

Le choix de la maison de la Paix et des Droits de l’Homme située à Saint Sébastien semble être retenu en Euskadi, du côté madrilène la proposition n’a pas été rendue publique. Cette maison fut, à l’époque du franquisme, la résidence d’été du caudillo qui aimait se reposer avec les siens à Saint-Sébastien pendant ses vacances.

Les Ministères des deux pays concernés par la rencontre préparent le programme de ce rendez-vous inédit et prometteur. Les sources diplomatiques n'ont pas encore confirmé la présence du président français dans cet acte, bien qu'elles prévoient une représentation au plus haut niveau.

Il se dit encore qu’un rassemblement est envisagé avec les associations des victimes de la violence lors de cette rencontre, et qu’un monument en cours de réalisation serait érigé à Vitoria, siège du gouvernement basque, à l’intention des morts de cette sombre guerre du passé.

Selon les informations disponibles à ce jour, l’érection de ce monument serait prévue pour juin 2019 à l’initiative du gouvernement basque.

Après un temps de prudence et d’hésitation, les autorités des deux pays ont décidé de soutenir les efforts apportés par de nombreuses associations et l’Eglise locale en faveur d’un retour à la vie normale dans une région pétrifiée pendant des décennies par la crainte de revoir les affres d’un sombre passé.

Chacun espère et attend la suite du projet désormais rendu public auprès des réseaux d’informations à la veille de cette prochaine rencontre du 1er octobre prochain.

François-Xavier Esponde (Pax Christi Bayonne)

 

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.