Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Musique

La musique du Quatuor Arnaga, entre vin et chocolat

Le Quatuor Arnaga et le château de Cabidos © DR

Samedi 15 septembre au château de Cabidos,
Après la pause estivale, la nouvelle saison du Quatuor Arnaga alliera la gastronomie à la musique avec deux concerts qui adoptent la thématique des vins et du chocolat. Si la production chocolatière, emblématique de notre région, provenue des expéditions aux Amériques de nos grands navigateurs et mise à la mode lors des mariages royaux franco-espagnols de Louis XIII et de Louis XIV ne pouvait mieux s’incarner à Cambo où plusieurs générations de la dynastie Fagalde l’illustrèrent – qui plus est aux Thermes de la ville d’eau basque également édifiés par cette famille -, c’est au château de Cabidos, au nord du Béarn et à la limite du comté de Marsan dans les Landes, qu’il sera question de vins.

C’est le samedi 15 septembre à 20h30 au château de Cabidos qu’aura donc lieu ce nouveau concert « Musique et vin » du Quatuor Arnaga : entre chaque pièce musicale, le public dégustera tour à tour un vin blanc du domaine de Cabidos associé au Quatuor Opus 54 n° 2 de Joseph Haydn, un vin rouge du Château Miller la Cerda (bordeaux supérieur « A ») associé au Quatuor n°1 de Tchaikovsky (1er et 2ème mouvements) ainsi qu’un champagne qui accompagnera le Quatuor K421 de Mozart. Alexandre de La Cerda évoquera à ce propos l’histoire de son vignoble et l’admiration de Tchaikovsky (et de Pouchkine) pour le vin de Bordeaux auquel il a consacré un air dans son célèbre opéra « Eugène Onéguine !

Quant au château de Cabidos, il se compose se compose d'un corps de logis du XVIème siècle, autrefois cantonné de tours (il en reste une), agrandi au XVIIIème au nord et à l'est d'un second corps de bâtiment accolé au premier. Le décor intérieur a été refait dans les années 1820-1830 et le jardin, créé dès le XVIIIème, acquiert sa forme définitive après 1827. C’est la famille de Trubessé qui posséda cette baronnie de 1419 jusqu'à 1884, en particulier Jacques à qui revint le titre baronnial en 1554 et qui réalisa d’importants travaux au château dont il ne conserva que deux tourelles et y adjoint un corps de logis plus conforme à la vie d’une noble famille. C’est à lui que l’on doit la création du vin blanc liquoreux sur les terres de Cabidos. Nectar réputé et fort apprécié jusqu’à la table du Seigneur de Gramont et Prince de Bidache, Antoine Ier. Ses vassaux en reconnaissance de sa grande bonté le surnommèrent « lou gentil ». Ses descendants servirent au mieux les intérêts de sa baronnie et de ses vassaux durant des siècles quand advinrent les temps troubles de la révolution et de la terreur de 1793 : le château de Cabidos fut pillé et incendié par une bande révolutionnaire venue de Lescar mais la maîtresse de maison sauva la vie de ses enfants et le reste du domaine en dirigeant les révolutionnaires vers les chais où leur ire se dissipa en buvant toute la production de vin du château ! Après la tourmente, la mère et ses six enfants qui avaient été sans cesse menacés d’être dénoncés comme aristocrates et risquant d’être guillotinés, travaillèrent à relever peu à peu la maison de Trubessé et ses terres, en particulier le jardin… Mais il fallut attendre les années 70 du XXème siècle pour voir progressivement replantées les vignes sur le coteau jouxtant le château. Depuis la première mise en bouteille en 1995, ce sont neuf hectares qui ont été ainsi replantées. C’est le petit manseng qui occupe l’essentiel du vignoble et offre des vins blancs doux ou secs très appréciés des connaisseurs. On élabore aussi de subtils blancs sec à base de cépages sauvignon et chardonnay.

Quant aux vignes du Château Miller La Cerda, idéalement disposées sur un terroir argilo-graveleux très propice au Merlot, elles produisent un « vin de plaisir inscrit » à la carte de nombreux restaurants étoilés Michelin de la côte basque et d’ailleurs, dans un chai entièrement rénové grâce à de nouvelles cuves de vinification et une mise aux normes environnementales. On dégustera à Cabidos le millésime 2014 à la robe soutenue, couleur pourpre avec des reflets rubis - Nez net et intense, avec des notes de bourgeon de cassis frais et des nuances toastées discrètes. Bouche ronde en attaque, portée par des tanins plus musclés en finale et sur des arômes frais de crème de mûre. Et le millésime 2015, gourmand et élégant, douceur fruitée et boisée alliée à la vigueur des jeunes années. La robe est pourpre intense avec des reflets violines. Le nez, aromatique, présente des senteurs de cassis et de prune au chocolat. En bouche, l'attaque est ronde avec de la chaire et de la structure sur des notes de fruits noirs. La finale, gourmande, rappelle des saveurs vanillées et chocolatées de pâtisserie.

Samedi 15 septembre au Château de Cabidos. Prix des places: 18 € et gratuité pour les étudiants et - 18 ans. Les billets seront vendus sur place, une heure avant le début du concert (réservation au tél. 06 31 07 69 04).

Le chocolat à Cambo

Quant au concert-dégustation « Musique et chocolat » donné le jeudi 13 septembre à 18h30 aux Thermes de Cambo (salle de conférence), c’est à la manière des salons viennois du XVIIIème siècle que le Quatuor Arnaga - associé au maître chocolatier kanboar Puyodebat qui fera déguster des chocolats "grands crus" – interprétera des œuvres musicales qui étaient en vogue à cette époque dans les salons de l'Europe entière. Car, si les salons ont été des vecteurs de la diffusion du chocolat, le Pays Basque a été précurseur dans l'art de la fabrication du chocolat dont l'histoire sera évoquée par une spécialiste pendant la dégustation ; puis les papilles laisseront la place à l'ouïe pour savourer la musique des grands maîtres de la musique de chambre.

Jeudi 13 septembre à 18h30 aux Thermes de Cambo, « Musique et chocolat » avec la chocolaterie Puyodebat (même programme qu’à Cabidos).

 

 

 

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.