Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Exposition

La lumière blanche de Joaquim Sorolla

L'épouse du peintre et ses 2 filles sur la plage du Miramar à Biarritz en 1906 © DR

Le peintre espagnol Joaquím  Sorolla (1863–1923)  est connu pour ses scènes de genre alliant réalisme et lyrisme et maîtrise de la couleur blanche comme celle où l'artiste irradie d'un voile au vent son épouse, vêtue et gantée de blanc, avec raffinement, sur la plage du Miramar à Biarritz (1906).

Chef incontesté de l'école moderne espagnole, Joaquim Sorolla devient vite très connu. En 1893-4, il voyagea  à Paris où il développa le style appelé "luminisme" qui détermina son œuvre. Il y exposait au Salon des artistes français, où il fut admis régulièrement. A l'air libre, maîtrisant et utilisant la lumière pour des scènes quotidiennes et des paysages du bord de la méditerranée ou de l’Océan, il flaschait ainsi cet univers. Et souvent, pour mieux capter la lumière, il s’installait sur une plate-forme au milieu de l’eau afin d'en observer les reflets.

« Joaquin Sorolla passa souvent ses étés en Pays Basque, notamment à Biarritz, qu’il choisit comme lieu de villégiature en 1906, et à Saint Sébastien, où il séjourna en 1911, 1912, 1914, 1917 et 1918. Des peintures évoquant ces vacances estivales font partie de l’exposition phare de la National Gallery de Londres de ce printemps, Sorolla: Spanish Master of Light, jusqu’au 7 juillet 2019. Composée de 58 tableaux allant des portraits intimistes des membres de sa famille aux représentations de grande envergure des coutumes et des habits traditionnels des régions d’Espagne, cette exposition a été organisée en collaboration avec le Musée Sorolla de Madrid. Ici, assise sur les hauteurs au-dessus de la plage de Miramar à Biarritz, l’épouse de Sorolla, Clotilde (1864-1929) s’apprête à prendre une photo avec un caméra Kodak utlra-moderne pour l’époque. Derrière elle à gauche, ses deux filles, Maria (1890-1956) et Elena (1895-1975), admirent la vue », termine Nicholas Bray, en séjour à Londres.

Londres,  National Gallery, exposition Joaquim Sorolla

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.