Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Histoire

La lignée des Lissar et la pelote

Patrick Lissar © DR

Une lignée de pilotaris issue de Gréciette - Mendionde dont les jeunes générations ont poursuivi les exploits sportifs de leurs père à la pelote basque !

Parmi les premiers de la lignée, les deux frères Jean et Emile, charpentiers de métier et pratiquant la pelote parmi les professionnels de l’époque : nous sommes dans l’avant-guerre et Jean fut champion de France de main nue avec Boudon de Cambo. Les deux frères jouaient ensemble sur les canchas comme rapporté par les témoins de l’époque qui se rassemblaient nombreux sur les frontons pour voir jouer les Lissar.

Le fils de Jean, Pierre, accèdera au rang supérieur et jouera avec son propre cousin Alain, fils de Jean-Baptiste, un autre Lissar avec André, compétiteurs de rang moins assuré.

Jean-Michel, fils d’Emile - récemment disparu - fut à son tour un pilotari qui jouait avec Pierre lors des parties où les Lissar rivalisaient sur la cancha.

Jean, fils de Pierre et petit-fils de Jean Lissar, joue à la pala, tout comme Pantxo, fils de Jean-Michel, et pratique la pelote basque dans le milieu d’Hasparren où la tradition pilotari est ancrée dans les coutumes locales.

Une lignée masculine des de Lissar qui, depuis trois générations, transmet le flambeau au niveau le plus élevé, sans discontinuer, en se partageant entre leur vie professionnelle et la passion de la pelote basque si chère au public local - et extérieur -, de plus en plus amateur de ces pratiques en salle ou sur fronton.

Ne demandez pas les trophées de ces joueurs, on les compte par dizaines dans leurs familles et ils se transmettent de génération en génération comme preuve irréfutable de leur goût décennal pour la pratique de la pelote.

François-Xavier Esponde

(Ndlr : nous publions la photo de Patrick Lissar, médaille d’argent olympique en 1992, sept championnats du monde Seniors assortis de cinq médailles, cinq coupes du monde et autant de médailles d’argent, deux finales aux championnats du monde Espoir, dix titres nationaux et onze finales en baline en trinquet… Cliché à la veille de son dernier match officiel, en finale du championnat de France de baline, dans au Trinquet de la Cavalerie à Paris).

 

 

Commentaires

Réagir
  1. jean lissar
    le 24/08/18 à 02h24

    merci pour ce chouette article qui donnera un peu de baume au cœur à toute la famille de jean michel...


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.