Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Cinéma

La Critique de Jean-Louis Requena

« Working Woman » de Michal Aviad © DR

« Working Woman » - Film israélien de Michal Aviad 93

Israël. Orna (Liron Ben Shlush) est une jeune mère de trois enfants. Elle est pugnace et volontaire. Son mari Ofer (Oshri Cohen) vient douvrir un restaurant branché dans la ville. Les clients dans un premier temps ne sy précipitent pas malgré la qualité de la nourriture. Le couple traverse une crise financière : les banques sont frileuses et ne veulent pas octroyer un prêt à Ofer. De surcroît, les services municipaux de la ville font traîner linstruction de la patente du restaurant. Cest la crise Orna décidée den sortir, décroche un « job » dagent immobilier chez un promoteur Benny (Menashe Noy), spécialisé dans la vente dappartements haut de gamme. Elle connaît Benny : cest son ancien commandant lors de son service militaire (Tsahal, force armée israélienne).

Rapidement, Orna se montre efficace dans son travail : elle obtient dexcellents résultats malgré la difficulté commerciale due à l’état du marché immobilier. A la demande de son patron, Benny, elle change de coiffure (cheveux longs libres), de tenue (jupe) estompant ainsi chignon et pantalon.

Benny est ravi de sa nouvelle recrue, la tutoie rapidement et devient de plus en plus intrusif, simmisçant dans son cercle familial

Orna reste sur ses gardes, vigilante. Elle a besoin impérativement de ce travail rémunérateur, de largent que les commissions de ses ventes lui rapportentLa situation économique du restaurant de son mari reste fragile Benny le saitil cherche à obtenir quelques avantages

Orna est une femme forte, décidée à sortir des mâchoires du piège quelle sent se refermer sur elle : les avances de plus en plus pressantes de Benny, les ennuis financiers dOfer, son mari

Elle doit jouer serré, sans rien céder, tout en restant mutique, ne rien laisser paraîtreY arrivera-t-elle ?

Pour son deuxième long métrage de fiction, Michal Aviad (64 ans), née à Jérusalem, nous livre un film haletant, sans pathos, sur le sujet grave du harcèlement sexuel ordinaire. Son dernier opus a été préparé et tourné avant laffaire Harvey Weinstein (producteur de film américain) et le mouvement #MeToo qui a surgi suite aux révélations sur le comportement compulsif de ce prédateur sexuel. Lhistoire quelle nous narre a lieu dans une banale entreprise de promotion immobilière ou son dirigeant, au demeurant avenant, importune avec lonce de perversité nécessaire, son employée momentanément fragilisée par des soucis domestiques, économiques.

Le déroulé du récit est dune grande justesse : Orna y est décrite comme une femme de son temps, actrice et non spectatrice de son devenir, qui agit pour maintenir son équilibre psychique, celui de sa famille, ballotés tous deux par les agissements sournois de Benny.

La réalisatrice israélienne Michal Aviad a collationné avec ses scénaristes, les anecdotes (!) de harcèlement sexuel que ses amies lui ont confiées. En bonne documentariste, elle a réalisé sa dernière œuvre fictionnelle (la deuxième !) comme un reportage sur ce douloureux et lancinant problème de relation entre femme et homme dans un cadre professionnel.

Une femme sur cinq est victime de harcèlement sexuel au travail (sources : enquêtes IFOP DDD mars 2014 et enquête IFOP VIEHEALTHY f février 2018). Ces faits navrants se déroulent de nos jours, dans nos sociétés dites « avancées ».

Un long métrage (93) à voir pour son traitement cinématographique intéressant (scénario, mise en image, etc.), éloigné des clichés habituels, dautant que le « point de vue » est celui dune réalisatrice de talent.

 

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.