Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Actualité

JMJ au Panama : les jeunes du diocèse de Bayonne y participent

Les jeunes du diocèse de Bayonne en route vers Panama © DR

Seize jeunes du diocèse de Bayonne sont partis mercredi au Panama – via Bordeaux et Amsterdam - avec le groupe JMJ de la province ecclésiale de Bordeaux. Leur première semaine se déroulera à Las Tablas, dans le diocèse de Chitré, où ils seront accueillis dans des familles et découvriront le pays, sa foi, sa culture et ses habitants lors d'événements sportifs, culturels et spirituels. Ils retrouveront également les skippers de « Panama à la voile » patronnés depuis leur départ en septembre dernier par le Service diocésain de la Pastorale des Jeunes et des Vocations.

L’évêque de Bayonne, Mgr Aillet, les rejoindra à Panama lundi prochain 21 janvier, pour la deuxième semaine qui se passera à Panama City : programme divers, concerts, conférences, temps de prière. Accueil du pape le jeudi, chemin de croix le vendredi, veillée de prière avec le pape le samedi soir et messe de clôture le dimanche 27 avec le pape : « Une belle expérience de rencontre et de temps forts que nous allons vivre ! », nous indique un des participants, le séminariste Iban Erguy.

Ces JMJ se feront dans l'esprit du synode sur les jeunes, la foi et les vocations.

Rappelons qu’il s’agit d’une rencontre internationale de jeunes du monde entier avec le Pape. Elle se déroule dans une ambiance qui allie fête, religion et culture pour témoigner du dynamisme de l’Eglise et de l’actualité du message de Jésus. « C’est beaucoup plus qu’un évènement. Il s’agit d’un temps de renouvèlement spirituel dont les fruits et les bénéfices rejaillissent sur toute la société » (Benoît XVI). Ce moyen extraordinaire d’évangélisation renforce la pastorale des jeunes. Les Journées Mondiales de la Jeunesse ont lieu tous les trois ans et la dernière édition a été célébrée à Cracovie en juillet 2016. Les JMJ avaient été lancées par Saint Jean Paul II pour favoriser une rencontre personnelle de la Jeunesse avec le Christ qui permette de changer des vies. L’objectif était également de se servir d’une génération missionnaire pour promouvoir la paix, l’unité et la fraternité entre les peuples et les nations du monde et pour développer de nouveaux outils d’évangélisation des jeunes.

Le Panama et ses liens avec le Pays Basque

C’est au cours de son 4ème et dernier voyage que Christophe Colomb, avec quatre navires partis de Séville le 13 avril 1502, avait abordé le littoral panaméen. L’expédition comptait avec une forte participation basque : elle était commandée par Juan de Orquiva ou Urquina, originaire de Guetaria, embarqué à bord de la « nao Vizcaína ». Sur ce navire, quinze membres de l'équipage étaient des Biscaïens, dont le capitaine était Juán Perez de Balda (de Tolosa) et le second Martín de Fuenterrabía. Le « navire amira » était le « Santiago » piloté par Pedro Ledesma qui avait effectué les premier et troisième voyages. Il est devenu « pilote royal » en 1513 lors de son installation à Séville. La participation des Basques à cette aventure avait été écrite par Navarrete. Parmi eux figurent les noms du tonnelier Martín de Arrieta, de Domingo Vizcaíno et Domingo de Arana, du charpentier Machín, des marins Pedro de Maya et Martín de Atín, des marins Diego de Portugalete, de Juan de Zamudio, de Miguel de Lariaga, de Bartolomé de Alza, Pascual de Ausuriaga, Antón Chavarrin et Antonio de Arce, le page Cheneto et le trompette Gonzalo de Salazar. L'expédition avait exploré les côtes de l'Amérique centrale en surmontant de grandes difficultés : sur les 140 participants qui avaient quitté l'Espagne, 26 avaient péri, dont six basques en partculier lorsque la caravelle « Vizcaya » avait coulé. Cette expédition revint à Cadix en 1504, quelques jours avant le décès de la reine Isabelle de Castille. D’ailleurs, à la fin du XVIème siècle, une partie importante du commerce entre l’Espagne et le Nouveau-Monde transita par le Panama où la flotte espagnole de l’Océan Pacifique apportait les marchandises des ports du Pacifique et de l’Orient : l’implication des Basques dans ces échanges était importante comme en témoigne en 1596 l’établissement à Panama de Francisco et Miguel de Eraso, propriétaires respectivement de 99 et 85 navires ! Et pendant la guerre civile d’Espagne, des Basques s’y établirent, avec en 1984 l’exil de quelques membres de ETA expulsés de France.

Actuellement, on trouve à Panama-City quelques restaurants basques, tels la Casa Urrutia, la Casa del Marisco ou le Restaurante y Cevicheria Basque au Marché del Marisco

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.