Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Musique

Iñaki Salvador Sextet à Bayonne

Iñaki Salvador Sextet à Bayonne © DR

Le vendredi 8 février à 20h30, le groupe Iñaki Salvador Sextet se produira au Théâtre de Bayonne pour un concert exceptionnel organisé en partenariat avec l'Institut culturel basque en hommage à Mikel Laboa.

Pianiste, arrangeur, compositeur, improvisateur brillant, Iñaki Salvador a travaillé sans interruption durant vingt-cinq ans aux côtés du chanteur Mikel Laboa tout en poursuivant en parallèle ses activités de musicien à la tête de ses propres formations.

En 2009, le festival Musikarte de Renteria l’avait invité à créer, avec son trio jazz, des arrangements originaux à partir de chansons de Laboa et, en 2016, le festival Loraldia de Bilbao lui commandait le concert Laboa-Jazz, une recréation des musiques de Laboa placées sous l’angle de l’improvisation.

Pour le dixième anniversaire de la disparition de Mikel Laboa, Iñaki Salvador, entouré de musiciens et chanteuses de grand talent, souhaite rendre un nouvel hommage à l’artiste et crée, en sextette cette fois, une fusion de ces deux premières propositions. Au travers de nouveaux arrangements personnels et créatifs qui laissent une large place à l’improvisation, il fait revivre, avec émotion, le répertoire de l’illustre chanteur–poète

Un chanteur emblématique du Pays Basque

Né à Pasaia (Guipúzcoa) le 15 juin 1934, gravant son premier 45-tours à Bayonne en 1964, Mikel Laboa créa au milieu des années soixante le mouvement de jeunes artistes « Ez dok amairu » (le treize n'existe pas). Le sculpteur Jorge Oteiza avait extrait la phrase « ez dok amairu » d'un conte basque dans lequel le forgeron Mattin, ne sachant quoi répondre au diable sur ce chiffre-là, nia l'existence du treize et évita la malédiction prévue par Lucifer. Le mouvement regroupait en son sein de jeunes chanteurs inconnus devenus aujourd'hui les classiques de la chanson basque contemporaine : Mikel Laboa, Lurdes Iriondo, Benito Lertxundi, Xabier Lete, les frères Artze... C'est ainsi que la chanson basque échappa à sa malédiction en ouvrant la voie à plusieurs générations d'artistes.

Dans un article publié dans « Le Monde » au décès (le 1er décembre 2008 à Donostia/Saint-Sébastien) de Laboa, l'écrivain Francis Marmande rappelait « sa vie de poète, sa vie de pédiatre consacrée aux enfants autistes, son exhortation à la vie, l'incantation à la vie que porte chacune de ses chansons, sont connues dans le monde entier. Joan Baez a chanté Mikel Laboa. Bob Dylan a voulu partager la dernière scène de Mikel Laboa. C'était le fameux "Concert pour la paix" sur la plage de Donostia, le 11 juillet 2006. (...) Douce et comme ensauvagée, sylvestre, sa voix monte de ses recherches. Laboa sait parler sans mots. Il profère des sons. Il sort de la langue pour mieux la rejoindre. Très attentif au Roy Hart Theatre (très attentif à tout), il avait creusé sa pratique, ses performances et ses expériences d'improvisation. Souvent il s'évadait, chantait Brel (extraordinaire version bilingue de Ne me quitte pas), Brassens, Ferré, rendait hommage à Billie Holiday comme à Björk. On reprend ses chansons dans les fêtes les plus débridées comme si elles venaient de la nuit des temps ». Et de citer « Txoria Txori » (plus connu sous le nom d’« Hegoak »), la chanson emblématique de Laboa dont les paroles avaient été écrites par un autre grand poète basque contemporain, Joxean Artze.

Iñaki Salvador Sextet, vendredi 8 février à 20h30 au Théâtre de Bayonne, avec Iñaki Salvador (piano, arrangements et direction), Ainara Ortega et María Berasarte (chant), Angel Unzu (guitare), Hasier Oleaga (batterie) et Javier Mayor de La Iglesia (contrebasse). Plein tarif : 25 €, réduit A : 22 €, réduit B & enfant : 18 € - Abonnement : catégorie B.

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.