Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Actualité

Eusko Ikaskuntza à St-Jean-de-Luz : un Prix aux compositeurs-musiciens-interprètes

Eusko Ikaskuntza à St-Jean-de-Luz © Eusko Ikaskuntza

Le samedi 30 mars s’est tenue dans la salle du conseil des élus de Saint-Jean-de-Luz l’Assemblée Générale de la Société d’Études basques Eusko Ikaskuntza, en présence du maire de Saint-Jean-de-Luz, Jean-François Irigoyen, de l’adjoint à la Culture Pello Etcheverry Etchevers et de l’adjointe Gaxuxa Elhorga-Dargains, conseillère municipale déléguée au Patrimoine, à la Culture et à la Langue basque.

Eguzki Urteaga, président de l’association Eusko Ikaskuntza Iparralde, a tout d’abord rappelé l’objectif actuel de la Société d’Études Basques-Eusko Ikaskuntza qui est de rassembler toutes les personnes et les associations qui aiment le Pays Basque et désirent, par leurs travaux de recherches et d’animations scientifiques, renforcer son identité et approfondir sa culture. La Société d’Études Basques-Eusko Ikaskuntza s’appliquera donc à diffuser les connaissances, rechercher et étudier les aspects culturels, sociaux, économiques et politiques d’hier et d’aujourd’hui qui sont la base fondamentale de l’identité du Pays Basque. C’est dans cet esprit qu’Eusko Ikaskuntza a signé une convention avec la Ville de Saint-Jean-de-Luz en vue de participer à l’organisation et à la réalisation de manifestations scientifiques et culturelles liées aux thèmes d’intervention de l’association, définis d’un commun accord, selon les axes suivants : un cycle de colloques, séminaires et conférences dans lequel Eusko Ikaskuntza impliquera ses membres et ses réseaux - La présentation de films et de vidéos documentaires - L’organisation de spectacles de danse et de musique - L’attribution de Prix à des compositeurs-musiciens-interprètes.

D’autres actions de collaboration pourront être envisagées le cas échéant. Ces actions porteront prioritairement sur les thèmes de la mer, le patrimoine, la danse, la musique et la diaspora. Le maire Jean-Francois Irigoyen a également rappelé l’intérêt de la collaboration entre Eusko Ikaskuntza et la Mairie.

L’assemblée générale a alors débuté avec l’adoption du PV de l’assemblée générale 2017 qui a été adopté à l’unanimité.  Argitxu Etchandy, secrétaire du conseil d’administration, a ensuite résumé le bilan d’activité de l’année écoulée : en cette année 2018 où Eusko Ikaskuntza Iparralde fêtait ses 25 ans d’existence, l’objectif était donc d’organiser au moins 25 évènements en cette année anniversaire. Objectif dépassé, car l’association a organisé 24 conférences, un congrès, trois forums, deux remises de prix et de bourses et une journée d'études, parmi lesquels 19 événements se sont déroulés au Musée Basque et de l’histoire de Bayonne, non seulement pour sa proximité du bureau d’Eusko Ikaskuntza, mais aussi grâce à la convention mise en place et le travail en partenariat mené avec le Musée. Ces actions se sont concrétisées par 14 conférences, dont 4 en langue basque, 5 diffusions de documentaires dont 4 en Euskara, et 3 avec l’intervention des réalisateurs.

De plus, pour fêter cet anniversaire, une matinée a été organisée au Musée ainsi qu’un déjeuner (80 personnes ont assisté à la conférence et 40 personnes au repas).

La matinée a débuté par une conférence rétrospective d’Eusko Ikaskuntza Iparralde et un hommage au président Jean-Michel Larrasquet, à la faveur d’une vidéo et de chansons, en présence du chanteur souletin Jean-Michel Bedaxagar,

Par ailleurs, le XVIIIe Congrès des Études Basques s’est tenu le 5 octobre 2018 à Bayonne, rassemblant un grand nombre de participants. Yves Ugalde, adjoint à la Culture de la Ville de Bayonne, Iñaki Dorronsoro, président d’Eusko Ikaskuntza et Eguzki Urteaga, président de l’antenne Pays Basque Nord, ont inauguré vendredi à Bayonne, le XVIIIe Congrès d'Études basques organisé par Eusko Ikaskuntza selon la devise Geroa Elkar-Ekin / El futuro que nos (re)une / Notre futur ensemble. Le congrès s’ouvert avec la conférence de Jean-Pierre Claveranne - fondateur de l'Institut pour la Formation et la Recherche sur les Organismes sociaux et de Santé (ifrOSS)-, qui a évoqué les problématiques liées au Territoire à l’épreuve de la globalisation et des mutations du monde, la notion de territoire comme un lieu privilégié pour relever les défis actuels et progresser vers un monde de solidarité envers tous et les générations futures.

Dans l'après-midi, les conclusions du projet "Imaginer l'avenir : la société que nous voulons, la société que nous aurons" ont été présentées. C’est le résultat du travail mené par Eusko Ikaskuntza au cours des dernières années. Lors de cette présentation, des orientations ont été définies, des scénarios ont été élaborés et des propositions ont été faites autour de trois dynamiques stratégiques : population, territoire et savoir.

Le congrès s’est achevé par une table ronde sur les défis tels que le vieillissement, la connaissance et la territorialité, animée par Iban Lizarralde et à laquelle ont participé Juliette Bergouignan, Michel Berhokoirigoin, Javier Bustinduy et Ane Echeverria Ezponda. Le congrès a rassemblé plus de 170 personnes, comptant parmi elles 40 élèves du Lycée Bernat Etxepare.

Les Prix de la Ville de Bayonne 

Chaque année, Eusko Ikaskuntza, Société d’Études basques et la Ville de Bayonne remettent trois prix afin de récompenser les travaux de recherche et de création relatifs au Pays Basque, aux territoires d’Iparralde et de Bayonne, toutes disciplines confondues. Le Prix d’Honneur, auquel a été ajouté cette année le nom de Jean-Michel Larrasquet, président d’Eusko Ikaskuntza Iparralde disparu en mars 2018, a pour vocation de récompenser le parcours exemplaire d’une personnalité ou d’un groupe de personnes ayant contribué à la connaissance et la défense de la langue et/ou de la culture basque tout au long de sa vie. Le Prix Culture Basque est décerné à des travaux du type thèse doctorale, publication ou ouvrage scientifique inédit, relatifs au Pays Basque. Quant au Prix de création Vidéo-documentaire, il vise à encourager les vidéastes amateurs en valorisant un documentaire portant sur le Pays Basque, sa langue ou sa culture. Cette année, Eusko Ikaskuntza et la Ville de Bayonne ont choisi de récompenser des travaux qui se complètent et s’inscrivent dans une belle continuité : le Prix dHonneur Jean-Michel Larrasquet a été attribué à Kepa Akixo, alias Zigor, artiste sculpteur, peintre et photographe. Le Prix Culture Basque a récompensé la thèse de la sociologue Virginie Brillant « La Perspective transfrontalière de l’emploi dans l’Eurorégion Aquitaine-Euskadi ». Enfin, le Prix de création Vidéo-documentaire a été attribué à Imanol Eppherre, Eider Ballina Mondragon et Anne Baskaran pour le documentaire « Mai da Bai (eta ezetzik ez dago) ».

Eusko Ikaskuntza associe le Musée Basque et de l’histoire de Bayonne au prix, en organisant en 2019, dans ses murs et en marge d’autres lieux culturels, des conférences et des projections afin d’assurer la diffusion des travaux des lauréats auprès du public.

La cérémonie s’est déroulée le 14 décembre à 19h. Le président de l’association Eguzki Urteaga a ouvert la cérémonie, Yves Ugalde l’adjoint à la culture de la Mairie de Bayonne a souligné l’importance du travail d’Eusko Ikaskuntza et a salué la qualité de toutes les actions menées par la Société d’Études basques.

 Anne-Marie Galé, vice-présidente chargée de la Communication a présenté et remis le Prix d’honneur Jean-Michel Larrasquet au sculpteur, poète et photographe Zigor (Kepa Akixo) en lui remettant deux poteries Goicoechea.

Argitxu Etchandy secrétaire du Conseil d’Administration d’Eusko Ikaskuntza Iparralde a présenté le travail de Virginie Brillant et a remis le Prix Culture Basque aux parents de cette dernière qui sont venus la représenter.

Enfin Argitxu Camus Etchecopar vice-présidente chargée de la langue basque et des études supérieurs, a présenté le film primé pour le Prix de création Vidéo-documentaire, Mai da Bai, et a remis sa distinction à Anne Baskaran, représentant l’ensemble de l’équipe de réalisation.

Un apéritif a été offert dans le grand salon de la Mairie. Une quarantaine de personnes s’est ensuite retrouvée pour déguster un buffet élaboré par Idoki au local d’Eusko Ikaskuntza.

Par ailleurs, grâce à la convention mise en place avec la Ville de Biarritz, l’association, a organisé à Biarritz plusieurs évènements. Deux diffusions de documentaires : Estitxu, en présence du réalisateur Franck Dolosor et de la nièce d’Estitxu, la chanteuse Nahia Robles, et Neskatoak en présence du réalisateur Jon Abril.

Une série de Forums a été mis en place en partenariat avec le service à la langue basque de Biarritz et l’association Mintza lasai : Ikastetxetik plazara. Ce premier forum a eu lieu à Biarritz, le 21 juin en présence d’Eguzki Urteaga et Paola Kasares. Deux autres se sont déroulés, en novembre à Bidarray, en mars 2019 à ???

Enfin, comme chaque année, en partenariat avec la Ville de Biarritz, la Société d’Études basques a attribué des bourses à plusieurs étudiants, le 1er septembre à la Médiathèque de Biarritz.

Eusko Ikaskuntza a mis également en place une Journée d’études à Barcus en décembre. Sur le thème Les outils de développement des zones rurales. L’après-midi, une table ronde animée par Pantxika Maitia, Michel Etchebest, Sylvie Durruty, Bernard Uthurry, Mathieu Pourrillou, Jean-Jacques Etcheberry, les associations Aiba et Azia, a été organisée. Enfin, Jean-Claude Larronde, trésorier de l’association, a présenté le bilan financier.  Le bilan d’activités et le bilan financier ont été adoptés à l’unanimité. À l’issue de l’Assemblée Générale, un apéritif a été offert par la Mairie et un repas s’est déroulé au trinquet Maitena.

 

 

 

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.