Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Livre Patrimoine

Euskal atalburuak - Les linteaux basques

Les linteaux basques de Michel Duvert et Kepa Etchandy © DR

C‘est la carte d’identité de la maison basque, qui situe l’ancrage de la demeure et de ses habitants dans la communauté villageoise en révélant – le plus souvent en une formule concise et datée – le nom des maîtres de l’etxe qui l’ont construite ou relevée, leurs occupations et divers autres renseignements : « Euskal atalburuak - Les linteaux basques », le dernier livre de Michel Duvert avec les merveilleuses photographies de Kepa Etchandy, qui vient de paraître chez Elkar, constitue une très belle illustration de ce « détail » essentiel de notre patrimoine.

Enseignant-chercheur en biologie animale à l'université Victor Segalen Bordeaux 2, Michel Duvert a toujours remarquablement mis à profit sa formation scientifique pour se consacrer à sa passion d’ethnologue abreuvée à bonne source auprès de l'anthropologue Jose Miguel Barandiaran (dont il a poursuivi l’œuvre en collaborant à l'Atlas ethnographique du Pays basque) et de l'historien Eugène Goyheneche (il avait d’ailleurs publié le résultat de ses conversations « à bâtons rompus » avec le savant uztaritztar). On ne compte plus ses livres et ses articles sur l'habitat, les pratiques funéraires et la symbolique basques - publiés entre autres dans le Bulletin du Musée Basque qu’il a dirigé de main de maître – ainsi que sur la spiritualité liée à l’abbaye de Belloc et la traduction en basque de la Bible du Père Marcel Etchehandy au sein de l'association « Biblia Elkartea ». Toutes activités qui lui avaient valu en 2006 le « Prix d’Honneur Eusko Ikaskuntza-Ville de Bayonne ». Citons encore parmi ses publications sur la vie en montagne basque, « Charpentiers basques et maisons vasconnes » ainsi que des monographies consacrées à Arcangues et à Villefranque.

Quant à Kepa Etchandy dont on découvrira les belles illustrations qui ornent cet album, sa famille est originaire de Moncayolle en Soule. Ce passionné de photo qui avait créé à Bayonne en 1979 sa propre entreprise « Ibaifoto » - à l’origine un « labo-photo » très performant - se trouve maintenant en possession d’une extraordinaire banque d’images riche de 80.000 clichés sur toutes les facettes du Pays Basque qu’il fournit régulièrement à l’édition et à la presse magazine. On peut en mesurer la qualité à l’aune des reportages parus dans le « Festin » et d’autres revues, ou bien les expositions qu’il a alimentées sur « l’héritage des Amerikanoak ».

Espaces sacrés immergés dans le surnaturel

A demi-cachée derrière les noyers et les châtaigniers tutélaires, la ferme aux murs blancs, couverte d’un lourd toit de tuile canal gris-rose : l'etxe.

Cette institution, « la plus stable du Pays Basque » d’après la remarque de l’historien Eugène Goyheneche, demeure enracinée dans la terre des ancêtres et, « espace sacré immergé dans le surnaturel », a été magnifiée par les poètes : à « l'endroit chéri et sans pareil que la maison où je suis né / rouge, blanche sur une petite hauteur / souriant au soleil / oh maison de mes pères... » d'Iratzeder, Elissamburu répond à Sare : « Vous voyez le matin / lorsque paraît le jour / sur une colline / une petite maison à la façade blanche / au milieu de quatre chênes / un chien devant la porte / une fontaine sur le côté / c'est là que je vis en paix » et dans un coin d'Ascain « où se cache ma maison / modeste, au tournant de la route / Dans son grand château, dit-on, le roi vit heureux / Que je me plais, moi, dans ma maison... » Véritables communautés où chaque maître de maison est réellement souverain chez soi comme le démontrent les mœurs politiques anciennes de cette terre et où, seul, il pouvait participer aux assemblées où se discutaient les affaires de la commune. Souvent, on ne connaissait d’ailleurs le maître que par le nom de sa maison, tellement forte était l’identification d’une famille et de son chef à l’etxe tutélaire qui ne souffrait pas de partage entre héritiers ! Quant aux cadets, à part s’engager dans les ordres religieux, l’administration ou émigrer aux Amériques, il leur restait la possibilité de créer une exploitation sur des terres en friche et y construire une nouvelle maison…

Loin d’être « pré-défini », ce que l’on a appelé « le » style de « la » maison basque s’est formé en réalité, au cours des temps, à partir des modes de vie de ses occupants, de leur système de production agricole et pastoral. Il fut conditionné par la disponibilité des matériaux sur place et du savoir-faire des artisans locaux.

La structure en bois, dominante à l’origine, fut progressivement remplacée par des assises en pierre ; les portes, entourées d’un appareillage en pierre grise de Bidache ou rouge-violette du côté de Saint-Jean-Pied-de-Port, étaient souvent surmontée d’un linteau ouvragé qui pouvait monter, en Basse-Navarre, jusqu’à la fenêtre de l’étage. On y inscrivait l’année de la construction (ou du relèvement) de la maison et le nom de ses « auteurs ». Parfois aussi des injonctions, comme sur un linteau dans la rue principale de la bastide d'Aïnhoa :

         « Ceste Maison Appelée Gorritia.
A esté Racheptée. Par Marie de Gorriti Mère
De feu Jean Dolhagarray. Des sommes Par Luy
Envoyées des Indes Laquelle Maison
Ne Se
Pourra Vandre Ny - Engaiger. Fait en Lan 1662 ».

Si les trois provinces historiques en territoire français - Soule, Basse-Navarre et Labourd - ont toujours conservé une architecture différenciée, c’est la ferme labourdine des XVIIe et XVIIIe siècles avec sa façade ornée de pans de bois apparents couleur « sang de bœuf » contrastant sur la chaux blanche et son toit à deux pentes (rendu asymétrique par l’adjonction successive de nouveaux espaces) qui a constitué « la » référence dont s’inspirent, jusqu’à nos jours, les tenants du style « néo-régionaliste ».

« Euskal atalburuak - Les linteaux basques » de Michel Duvert et Kepa Etchandy, textes en basque et en français, Elkar éditeur : 19 €

Alexandre de La Cerda

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.