Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Actualité

Edouard d’Angleterre : une visite royale au Pays Basque

Le comte de Wessex avec des lauréats du Prix du Duc d'Édimbourg © DR

Le troisième fils de la Reine d’Angleterre et du Duc d'Edimbourg, Son Altesse Royale le Prince Edouard, comte de Wessex, nous fait l’honneur et l’amitié d’une visite au Pays basque du 20 au 22 mai, à l’occasion d’une tournée mondiale destinée à promouvoir et faire mieux connaître le jeu de paume, tournée qui le transportera d’Angleterre aux Etats-Unis, en France et en Australie, les quatre pays dans lesquels on pratique encore cette belle discipline, ancêtre de tous les sports de balle, né en France il y a plus de 800 ans, et qui a trouvé un second souffle dans les nations anglo-saxonnes. Le Prince est en effet un joueur passionné de real tennis, qu’il pratique avec assiduité depuis son enfance en Angleterre ou les « tripots » (c’est ainsi qu’on désigne les bâtiments où l’on joue à la paume), sont abondants, puisqu’il en existe près d’une trentaine. En France, ce jeu qui était autrefois très répandu dans toutes les villes du pays et pratiqué par toutes les couches de la société, a pratiquement disparu. Il n’existe plus que deux tripots authentiques, rue Lauriston à Paris, et celui du Château de Fontainebleau, édifié par le roi Henri IV en 1601.  Celui de Pau-Beaumont a été modifié en trinquet, mais a gardé son architecture d’origine.

Le « tripot » de Bordeaux-Mérignac a été démoli, mais devrait être prochainement reconstruit. 

Le jeu de paume a été très pratiqué au Pays Basque jusqu’au milieu de XIXème siècle, lorsque l’invention de la balle en caoutchouc induisit une vivacité qui en a modifié les règles (jeu indirect) et que l’architecture intérieure des tripots les a modifiés en trinquets (suppression du pan incliné frontal).

Il existe cependant au Pays Basque trois tripots très anciens et très beaux qui ont gardé leur caractère d’origine malgré les modifications pour la pelote basque, et dans lesquels le Prince viendra disputer trois sets : le trinquet Dongaïtz à Urrugne, celui de Saint-André à Bayonne, et La Bastide-Clairence, ce dernier considéré comme le plus vieux tripot du monde encore en activité (1509-1511).

C’est donc dans ces trois lieux historiques que le Prince, accompagné d’une délégation de joueurs anglais, viendra affronter pacifiquement une équipe composée de vaillants paumiers basques et locaux, bien décidés à lui donner du fil à retordre ! Il poursuivra ensuite sa tournée en terre de Béarn où il est attendu au trinquet de Pau-Beaumont – ancien jeu de paume.

Le Prince Edouard est à la tête d’une prestigieuse institution caritative, «The Duke of Edinburg’s Fund » fondée en 1956 par le Prince Philip, Duc d'Edimbourg, présente dans 144 pays et active dans la promotion de la jeunesse à travers un système d’épanouissement éducatif personnalisé. Il profitera de cette tournée internationale pour lever des fonds au profit de cette noble fondation.

Michel d’Arcangues

 

Commentaires

Réagir
  1. Christian Worth
    le 11/05/18 à 10h25

    Je ne savais pas que la reine avait un fils avec le duc de Windsor. Il me semble que son époux est le duc d'Edimbourg. Une petite erreur à corriger rapidement, peut-être. Cordialement.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.