Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Actualité

Des inquiétudes spirituelles au cœur de l’été

Tradition maritime basque pour la fête de N.-D. du Mont-Carmel le 16 juillet © DR

Dans le programme de la « Semaine Mariale de Biarritz » qui se déroulera du 11 au 15 août à Biarritz, l’église Sainte-Eugénie accueillera le dimanche 12 août à 20h30 une conférence-débat sur « les racines chrétiennes du Pays Basque » avec notre rédacteur Alexandre de La Cerda, historien du Pays Basque, Mikel Erramouspé, président de l’Institut Culturel Basque et Iban Erguy, séminariste du diocèse de Bayonne. Débat animé par Samuel Pruvot, rédacteur en chef du magazine « Famille Chrétienne ». L’analyse de l’auteur du « Petit Prince » écrite à la veille de sa disparition en mer un 30 juillet, à la fin de la dernière guerre mondiale, nous semblent revêtir une acuité supplémentaire, de nos jours, propre à nourrir nos débats de dimanche prochain, au sein de la table ronde comme pendant l’échange qui s’établira avec le public.

Agnostique, Saint-Exupéry s’exprimait avec une lucidité exceptionnelle sur la condition de l’homme moderne dans sa lettre écrite au général X à la veille de sa mort : « Il n'y a qu'un problème, un seul de par le monde. Rendre aux hommes une signification spirituelle, des inquiétudes spirituelles, faire pleuvoir sur eux quelque chose qui ressemble à un chant grégorien. Si j'avais la foi, il est bien certain que je ne supporterais plus que Solesmes » (…) Tous les craquements des trente dernières années n’ont que deux sources : les impasses du système économique du XIXème siècle et le désespoir spirituel (…) Dans cette époque de divorce, on divorce avec la même facilité d’avec les choses. Les frigidaires sont interchangeables. Et la maison aussi si elle n’est qu’un assemblage. Et la femme. Et la religion. Et le parti. On ne peut même pas être infidèle : à quoi serait-on infidèle ? Loin d’où et infidèle à quoi ? Désert de l’homme (…) Il n’y a pas trois cents ans, on pouvait écrire "La Princesse de Clèves" ou s’enfermer dans un couvent pour la vie à cause d’un amour perdu, tant était brûlant l’amour. Aujourd’hui bien sûr les gens se suicident, mais la souffrance de ceux-là est de l’ordre d’une rage de dents intolérable. Ce n’a point à faire avec l’amour ». Des préoccupations ressenties il y a près de trois-quarts de siècle et qui ont guidé depuis des siècles, jusqu'à notre époque, l'action d'un certain nombre de religieux, afin de préserver la culture, la musique, et surtout la langue basque, qui ne serait qu'un lointain souvenir sans leurs efforts. Il suffirait de citer les « Gloses Emiliennes » du monastère de San Millan de la Cogolla avec leurs notes d'évangélisation en basque datant de plus d'un millénaire, premier texte écrit connu en basque, le « Linguae Vasconum Primitiae » de Bernard Dechepare, recteur de Saint-Michel sous la Renaissance, et tous les religieux qui ont maintenu la langue malgré les persécutions de la révolution française prolongées par les tristement célèbres « hussards noirs de la république »... Et à notre époque, les noms de l'abbé Barandiaran (anthropologue mondialement connu), du chanoine Lafitte (grammairien), et de combien d'autres. Pour la musique, Anchieta, un des pères de la polyphonie religieuse et profane européenne à la fin du XVe siècle et au début du XVIe, figure principale des débuts de l'art musical de la Renaissance, la chapelle d'Aranzazu au XVIIIe avec ses talentueux musiciens, et le Père Donostia à notre époque, compositeur ami de Ravel, qui a recueilli et sauvé tant de vieux chants...

Programme de la « Semaine Mariale de Biarritz »

Samedi 11 août

- Crypte Sainte-Eugénie à 20h : Ciné-club pour les jeunes « Dieu n’est pas mort ». Le professeur de philosophie Radisson, citant de nombreux grands auteurs, demande à ses étudiants d’attester par écrit que Dieu est mort. L’un d’entre eux, Josh, s’y refuse. Son professeur le met alors au défi de prouver le contraire, à lui et à ses camarades. Un défi qui ne restera pas sans conséquences...

Dimanche 12 août

- Crypte Sainte-Eugénie à 20h : Ciné-club pour les jeunes « L’Enquête Jésus ». Lee Strobel, journaliste d’investigation au « Chicago Tribune » et athée revendiqué, est confronté à la soudaine conversion de son épouse au christianisme. Afin de « sauver » son couple, il se met à enquêter sur la figure du Christ, avec l’ambition de prouver que celui-ci n’est jamais ressuscité...

- église Sainte-Eugénie à 20h30 : Conférence-débat « Les racines chrétiennes du Pays Basque » avec Alexandre de La Cerda, historien du Pays Basque, Mikel Erramouspé, président de l’Institut Culturel Basque et Iban Erguy, séminariste du diocèse de Bayonne. Débat animé par Samuel Pruvot, rédacteur en chef du magazine « Famille Chrétienne ».

Lundi 13 août

- Kiosque Sainte-Eugénie à 19h : Concert du groupe de rock-fusion chrétien OMG

Mardi 14 août

- église Sainte-Eugénie à 21h : Procession aux flambeaux vers la Vierge du Rocher

Mercredi 15 août

- église Sainte-Eugénie à 11h : Messe de l’Assomption avec le chœur basque Oldarra

- 21h à 22h30, veillée de prière du feu d’artifice avec le groupe de rock-fusion chrétien OMG

 

Commentaires

Réagir
  1. Pierre Bouchet
    le 10/08/18 à 11h49

    Bravo pour ce programme. Je vais le faire connaître à mes enfants et petits-enfants présents en ce moment. Ainsi qu'à des amis qui sont aussi réunis en famille en cet été.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.