Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Architecture Patrimoine

Biarritz : quel avenir pour la villa Fal ?

La villa Fal à Biarritz © DR

Après l’inauguration en février 2013 des nouveaux locaux du collège qui porte le nom de la villa Fal qui l’abritait jusque-là, le bâtiment d’origine était resté vide et sans emploi : il y a deux ans, le maire de Biarritz Michel Veunac avait bien lancé un appel à projet pour y construire des logements, déménager un site municipal ou donner une orientation culturelle (musée d’art contemporain, résidence d’artistes, école de mode) mais sans résultat probant. Aussi, la ville pourrait-elle se séparer de ce monument du patrimoine biarrot comme il ressort des derniers débats municipaux, avec les habituelles polémiques qui s’ensuivent…

L’occasion de revenir sur l’histoire de cette construction qui précéda la guerre de 14-18. Plus précisément, c’est un membre d’une famille de Basques américains établis au Mexique, Francisco Sergio de Yturbe, qui fit édifier cette maison nommée « Fal » en l’honneur d’un héros d’opéra, Parsifal, car son propriétaire aimait beaucoup le compositeur allemand Wagner et ses opéras.

La villa Fal comporte une façade de style palladien avec un portique surmonté d'un fronton soutenu par des colonnades. C’est même la seule du genre à Biarritz qui compte pourtant une multitude de constructions présentant une grande diversité de styles, on évoque à ce propos une architecture très « éclectique »… Or, cette construction inachevée devait comporter des ailes latérales, comme le précisait la notice historique réalisée par le collège qui s’y installa plus tard.

En attendant, après Yturbe, c’est le baron Chassériau (descendant du général du Premier Empire et du peintre orientaliste) qui en devint propriétaire. Il paraît qu’il avait épousé en troisièmes noces la mère de son prédécesseur Yturbe, laquelle était la fille d’un diplomate russe en poste à Paris. Ce Baron Chassériau fut une des figures marquantes de Biarritz, vêtu de sombre, portant monocle et pantalon de golf. Il reçut dans sa villa Fal son ami de jeunesse, le poète Francis Jammes qui appréciait la qualité de la cuisine et de la cave. C'est au cours d'un de ces repas à Fal que Jammes fit la connaissance de Sacha Guitry. Un descendant de la famille Yturbe, Juan de Beistegui, hérita de cette maison et la vendit à la ville de Biarritz en 1964 pour en faire le lycée qu’on connaît aujourd’hui, logé depuis 2012 dans de nouveaux bâtiments proches de la villa, élément intéressant du patrimoine architectural biarrot – entre le lac Mouriscot et le Lycée Hôtelier - dont la municipalité s’apprête à engager l’avenir !

 

 

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.