Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Actualité

Biarritz : la saison est lancée au Palais !

Jean-Louis Leimbacher entouré de Michel Jauslin, Michel Morauw et Jean-Pierre Mercadier © Félix Dufour

Elle était belle, la soirée autour de la piscine de l’Hôtel du Palais avec ses cabañas (construite naguère par l’ancien maire Guy Petit), magnifiquement illuminée par un soleil couchant jouant à cache-cache avec les nuages : un tableau impressionniste comme seule la côte basque sait en produire ! La Ville inaugurait la première tranche des travaux de rénovation de  l’ancienne Résidence Impériale dont la gestion hôtelière devrait bientôt être confiée au groupe Hyatt. En dehors de toute politique, on ne peut que féliciter la municipalité Veunac de préserver ce joyau de Biarritz qui anime le tourisme de toute la côte basque grâce à son pouvoir d’attraction international… Le personnel de l’hôtel, chapeauté, souhaitait la bienvenue aux nombreux invités dans une charmante tenue blanche, une théorie de jolies naiades porteuses de torches ont exécuté des ballets aquatiques dans la piscine et, après le discours du maire entouré des autorités (secrétaire d’Etat, parlementaires, préfet, sous-préfet, etc.), la soirée était lancée autour des deux pôles incontournables du Pays Basque : les chants du groupe Oldarra et l’exquise production gastronomique de Pierre Oteiza avec ses charcuteries de l’appellation Kintoa, complétée par un buffet d’huîtres et les petits fours du Palais. Les conversations pouvaient s’engager : à la veille de reprendre la direction de l'Hôtel Lutetia à Paris – dont la longue fermeture pour travaux lui avait permis d’assurer l’intérim entre Jean-Louis Leimbacher et le dirigeant qui sera nommé à la prochaine reprise du Palais par un groupe qui sera sans doute Hyatt, l’accord devant être signé avant la fin de l’été -, Jean-Luc Cousty était à deux doigts de regretter Biarritz. Quant à Jean-Louis Leimbacher, il répétait à l’envi combien on était redevable aux Russes qui avaient répondu en nombre à sa prospection du marché moscovite pour pallier la raréfaction des touristes américains, ce qui lui avait permis de « tenir le coup » économiquement. Et de se souvenir de ceux qui avaient joué, avec lui, le rôle de « pionniers » dans cette entreprise : « Alexandre de La Cerda, Léonide Sloutzky (président du comité des Affaires-Etrangères au parlement russe), le directeur de l’agence Evolution-Voyage Alexandre Belchikov, etc. ». Alexandre de La Cerda nommé Consul de Russie à Biarritz se souvenait, pour sa part, d’avoir procuré des voitures anciennes à Victor Tchernomyrdine lors de ses longs séjours en famille au Palais, l’ancien premier ministre russe (à l’époque ambassadeur en Ukraine) en possédant une belle collection dans son pays.  

Mais c’était surtout l’avenir de l’établissement-phare de la côte basque – et de toute la Côte Atlantique, dont c’est le seul « palace » - qui monopolisait l’intérêt. D’autant plus que Jean-Louis Leimbacher s’est beaucoup entretenu avec les dirigeants de Hyatt qui assistaient à la soirée : le président du groupe, Michel Jauslin, et son vice-président, Michel Morauw, également directeur général France, auxquels s'était joint Jean-Pierre Mercadier, autre dirigeant du groupe. En fait, c’est depuis mars 2016 que Michel Jauslin supervise l’ensemble des hôtels Hyatt en France après avoir dirigé le Park Hyatt Paris Vendôme - un des palaces les plus en vue de la capitale - et acquis expérience, compétence et expertise depuis 1977 dans des pays aussi divers que la Côte d’Ivoire, Hong Kong, les Philippines, la Suisse, l’Inde, Israël, la Belgique, la Corée et la France. Michel Jauslin est également à l’initiative du Hyatt Student Prize, récompense à l’échelle mondiale pour les meilleurs étudiants en hôtellerie et leaders de demain.

Quant au belge Michel Morauw, c’est depuis peu le nouveau patron de Hyatt pour la France, responsable de l’exécution de la stratégie opérationnelle d’Hyatt et de la croissance stratégique des marques du groupe, dans le cadre des plans d’expansion mondiale de la société. Avec 8 hôtels haut de gamme, la France représente le plus grand portefeuille hôtelier d’Hyatt en Europe avec, entre autres, le Hyatt Regency Paris Etoile, le Hyatt Regency Paris Charles de Gaulle, le Hyatt Regency Nice Palais de la Méditerranée, le Park Hyatt Paris Vendôme, le Hyatt Paris Madeleine, le Hyatt Centric La Rosière, l’Hôtel Martinez à Cannes, l’Hôtel du Louvre à Paris, et, sans doute bientôt, l’Hôtel du Palais à Biarritz.

La rénovation de la piscine avec ses cabañas et du bassin pour les enfants ainsi que les plantations des nouveaux jardins inaugurées au cours de cette soirée débouchera après l’été sur une deuxième tranche de travaux qui nécessitera une fermeture du palace d’octobre jusqu’en juin 2019, avec une réouverture pour la saison estivale qui devrait être « couronnée » par la tenue du G7. Un autre sujet qui passionnait les invités, en particulier le général Pinatel et Alexandre Rozanov, deux physiciens atomistes – le premier, dans le domaine militaire, et le second au CERN à Genève : les dates choisies, à la fin de l’été, alors que les « aoûtiens » étaient encore présents, ne manqueront pas de faire du Palais et de ses environs un « véritable camp retranché » ! Laurent Fargeot, directeur des services de la sous-préfecture bayonnaise prêtait une oreille attentive au débat, ainsi qu’Alexandre de La Cerda, qui se souvenait avoir assisté au Sommet franco-africain des Chefs d’Etat à Biarritz en 1994… Mais, tempérait immédiatement le général Pinatel, les conditions étaient bien différentes à l’époque, alors que plane désormais la menace islamiste ! A deux pas de là, conversant avec l’épouse du consul de Russie, Anne, l’épouse du général et élue de Biarritz, regrettait que la municipalité ne s’intéressât pas davantage à ce pays, grand pourvoyeur touristique de notre région. La nuit avait imperceptiblement gagné la belle piscine illuminée au son de la musique et des animations orchestrées par Jimmy Faure, et les invités en partance recevaient quelques sympathiques souvenirs, dont un « mug » orné de l’image de l’ancienne Résidence Impériale…

Han Zena

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.