Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Actualité

Biarritz : entre rumeurs et réalités, le sommet du G7 en question

Les « Modules d’Appui à la Gestion de Crise » du Ministère de l’Intérieur sont en piste © Félix Dufour

Alors qu'à Bayonne et ailleurs sur la côte basque, les commerçants s’interrogent : « ouvrir, fermer ou se barricader », alors qu’à l’image de cet ultime réduit qui tenait tête à Rome dans la Gaule d’Astérix, Guéthary résiste en maintenant ses fêtes locales envers et contre la chape sécuritaire du G7, au nord de l’Adour, Hossegor alimente la concurrence avec Biarritz : « La Lettre des Amis du Lac » nous apprend ainsi « qu’après le Surf (les deux villes se disputant les épreuves des futurs championnats, ndlr), voici le commerce… Et aux « 3 jours fous » de Biarritz avec ses 13.000 policiers pour protéger 7 personnes » qui feront de la villégiature basque « une ville déserte et barricadée ! Même des missiles sol-air Crotale sont déployés à Tarnos pour prévenir des menaces aériennes pour le sommet du G7 ! Et jusqu’à Seignosse, c’est le ballet des motards et des véhicules de gendarmerie... Et à une telle « folle organisation » avec son coût tout aussi « fou » (estimé à plus de 36 millions, ndlr.) pouvant générer une chute touristique et commerciale, Hossegor répliquera en organisant ses « 3 jours fous » avec une centaine de commerçants et des milliers de clients dans les rues de la ville pour une fête des affaires » !
Pour sa part, dans ses contributions sur Facebook, l’adjoint à la culture bayonnais Yves Ugalde constate : « Ce G7 rend les gens totalement fous. On entend tout et n'importe quoi en ville. Entre ceux qui se barricadent et ceux, beaucoup moins nombreux, qui ont décidé de voir tout ça au jour le jour, on ne sait plus où donner de la tête. Et chacun d'y aller sur ses thèses concernant des menaces potentielles à l'ordre public. J'entendais ce matin un type manifestement très éclairé au comptoir d'une brasserie du centre-ville annoncer du grabuge. Il le savait de source sûre. Cette fameuse source dont personne ne sait très bien où elle jaillit, mais qui n'en finit pas de couler avant de tels événements. La même qui en autorise d'autres à être affirmatifs sur le porte-avion où va coucher le président des USA, ou encore sur les cuisines de quatre restaurants de Biarritz qui seront investies par des brigades attachées aux chefs d'Etat, par crainte des empoisonnements. Et tout cela court, s'amplifie, déborde, et transforme tous les bars de la Côte Basque en agences de presse éphémères. Et les dépêches tombent à tout instant. Il suffit de tendre l'oreille pour glaner une nouvelle info qui dure ce que durent les roses. Mais, en attendant, cela alimente les débuts et les fins de journée autour des zincs ».
La Doctrine sociale de l'Église pour lutter contre les inégalités
Dans son entrevue publiée par le magazine « Famille Chrétienne », l’évêque de Bayonne « avoue ne pas bien comprendre le choix de Biarritz, par ailleurs en pleine saison touristique, qui a nécessité un déploiement sans précédent d'infrastructures et de forces de sécurité au coût exorbitant. Une telle dépense semble en effet complètement décalée au regard de la crise sociale qui s'est installée dans notre pays et qui a révélé une fracture croissante entre les grandes métropoles et les territoires devenus périphériques. Cela ne contribuera certes pas à calmer la colère des Gilets jaunes ».
Et à propos de la capacité des pays membres du G7 - parmi les plus riches du monde - de « lutter contre les inégalités » comme stipule leur programme à Biarritz, Mgr Aillet remarque : « Il est à craindre que le message soit fortement parasité par un tel étalage de dépenses et que le train de vie mené par les puissants de ce monde pendant trois jours à Biarritz n'envoie pas un signal très probant en ce sens. D'ailleurs de quelles inégalités sociales s'agit-il ? Le principe d'une économie libérale mondialisée, qui anime les membres du G7, a-t-il réduit vraiment les inégalités entre les pays riches et les pays pauvres que des centaines de milliers de personnes sont souvent contraintes de fuir pour d'hypothétiques eldorados ? Sans compter ces évolutions sociétales, comme la PMA-GPA pour tous, soutenues par une idéologie libérale-libertaire mondialisée, et qui, au nom de l'égalité des droits, sont devenues un gigantesque marché extrêmement juteux qui ne sera d'ailleurs accessible qu'aux riches » !
Et de préconiser une diffusion plus large par les catholiques de « la Doctrine sociale de l'Église qui offre une authentique alternative : il y a urgence à promouvoir un nouveau catholicisme social en vue d'un ordre social plus juste et plus conforme à la dignité de toute personne humaine sans exception ». En ajoutant : « Je profiterai en tout cas de ce dimanche pour prier et faire prier le peuple de Dieu pour que le Seigneur donne sagesse et discernement aux grands de ce monde ».

Commentaires

Réagir
  1. A.D. Laurent MARTIN DESMARETZ de MAILLEBOIS
    le 23/08/19 à 09h40

    C'est fou, en effet ! Et tous ces tyrans républicains démontrent de manière criante leur tyrannie qui les isole complètement des peuples qu'ils prétendent représenter. Vive le Roi qui, lui, pouvait se déplacer en diligence à 20 lieues par jour sur tout le territoire pour y rencontrer, justement, les gens du peuple ! Seulement voilà, les républicains l'ont fait arrêter en violation du DROIT, y compris même de leurs propre règles de la Constitution monarchique et parlementaire de 1791 !!! C'est dire la pourriture du régime politique que tous ces dirigeants servent en commun !


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.