Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Actualité

Biarritz : des chrétiens s’impliquent dans l’évangélisation « estivale »

La Semaine Mariale de Biarritz sous la protection de la Vierge du Rocher © DR

La « Semaine Mariale de Biarritz » se déroulera du 11 au 15 août, coordonnée avec la paroisse de Biarritz – église Sainte-Eugénie - et la communauté apostolique Aïn Karem, selon le programme suivant :

Samedi 11 août

- Crypte Sainte-Eugénie à 20h : Ciné-club pour les jeunes « Dieu n’est pas mort ». Le professeur de philosophie Radisson, citant de nombreux grands auteurs, demande à ses étudiants d’attester par écrit que Dieu est mort. L’un d’entre eux, Josh, s’y refuse. Son professeur le met alors au défi de prouver le contraire, à lui et à ses camarades. Un défi qui ne restera pas sans conséquences...

Dimanche 12 août

- Crypte Sainte-Eugénie à 20h : Ciné-club pour les jeunes « L’Enquête Jésus ». Lee Strobel, journaliste d’investigation au « Chicago Tribune » et athée revendiqué, est confronté à la soudaine conversion de son épouse au christianisme. Afin de « sauver » son couple, il se met à enquêter sur la figure du Christ, avec l’ambition de prouver que celui-ci n’est jamais ressuscité...

- église Sainte-Eugénie à 20h30 : Conférence-débat « Les racines chrétiennes du Pays Basque » avec Alexandre de La Cerda, historien du Pays Basque, Mikel Erramouspé, président de l’Institut Culturel Basque et Iban Erguy, séminariste du diocèse de Bayonne. Débat animé par Samuel Pruvot, rédacteur en chef du magazine « Famille Chrétienne ».

Lundi 13 août

- Kiosque Sainte-Eugénie à 19h : Concert du groupe de rock-fusion chrétien OMG

Mardi 14 août

- église Sainte-Eugénie à 21h : Procession aux flambeaux vers la Vierge du Rocher

Mercredi 15 août

- église Sainte-Eugénie à 11h : Messe de l’Assomption avec le chœur basque Oldarra

- 21h à 22h30, veillée de prière du feu d’artifice avec le groupe de rock-fusion chrétien OMG

Une implication dans les missions « de l'intérieur »

L'histoire de la Communauté Apostolique Aïn Karem commence il y a une trentaine d’années à la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre à Paris alors que sous l'impulsion de Mgr Maxime Charles, le recteur de la basilique, des groupes de jeunes s'étaient engagés dans des mouvements d'apostolat explicites dans Paris. L'une des entités, le Buisson-Ardent, exerce son apostolat tous particulièrement aux abords du Sacré-Cœur et de l'église Saint-Louis d'Antin (proche des grands magasins).

Reconnue par l’archevêque de Paris en mai 1997, cette communauté s’est depuis lors engagée

Dans le porte-à-porte et l’apostolat de rue, en été auprès des touristes, sur les plages et les ports, ou à l’occasion d’événements, tel le festival d’Avignon.

Si le nom « Aïn Karem » signifie en hébreu « la source du vignoble », c’est en réalité un petit village de Judée, à quelques kilomètres de Jérusalem, qui a donné son nom à l’association : l’endroit où se serait produit l’épisode de la « Visitation », la rencontre de la Vierge Marie avec sa cousine Élisabeth (Luc 1, 39-46). Parmi les préoccupations de cette communauté, « un spectre hante l'Europe : le spectre de la déchristianisation, d'un monde sans Dieu et peut-être un jour sans homme. Nous avons perçu la faim spirituelle des hommes et des femmes qui nous entourent : nous avons vu qu'il était possible d'y répondre, que la prière, la connaissance de la Révélation n'étaient pas réservées aux Catholiques de naissance. Nous avons senti l'urgence d'une nouvelle Évangélisation pour l'avenir du monde. Sur les champs en friches de la déchristianisation nous voulons aller en mission dans les villes et les campagnes. De maisons en maisons, d'immeubles en immeubles, sur les places, les marchés, les plages, partout où les hommes vivent et souffrent, nous voulons annoncer le règne du Seigneur et que renaissent dans toutes les églises du pays les grandes liturgies où s'amasseront les foules affamées de la parole de Dieu. Pour nous lancer dans ces missions de l'intérieur, nous avons ressenti la limite de nos engagements trop partiels, de nos vies insuffisamment données. C'est pourquoi réunis par un même amour de l'Église, nous puisons dans toutes les richesses de la liturgie et dans la contemplation de l'humanité rayonnante de notre Seigneur Jésus-Christ la source de notre communion à l'Église et entre nous au service de l'Évangélisation ».

Rédaction

 

La Semaine Mariale de Biarritz sous la protection de la Vierge du Rocher

 

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.