Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Manifestation

Biarritz : clôture de la saison d’opéra avec le « Dialogues des Carmélites »

Le « Dialogues des Carmélites » © DR

La dernière représentation de la saison 2018-2019 du Met Opera de New-York permettra dentendre et de voir le chef-doeuvre de Poulenc composé en 1957, le « Dialogues des Carmélites », opéra en français sous-titré en français (en différé, enregistré le 11 mai à New York). Cette version avec le chef Yannick Nézet-Séguin dans une mise en scène de John Dexter a remporté un franc succès : une expérience musicale, vocale, spirituelle, scénique unique face à la mort.

Ces dialogues sont fondés sur un fait historique survenu pendant la Terreur et dont le détail nous est connu par le récit dune des rares rescapées de cet épisode tragique. Seize religieuses cloîtrées dun couvent de Compiègne furent condamnées à mort en juillet 1794 par le Tribunal révolutionnaire pour motif de « fanatisme et de sédition ». Arrêtées, elles avaient, deux ans auparavant, fait le vœu de donner leur vie pour « apaiser la colère de Dieu et [pour] que cette divine paix que son cher Fils était venu apporter au monde fût rendue à l'Église et à l'État ». Leur mort paisible sur l'échafaud impressionna les foules. Elles ont été béatifiées en 1906.

En 1948, le grand écrivain catholique Georges Bernanos imagina des dialogues pour un film relatant cette histoire. Mais en raison de sa mort survenue peu de temps après, le film ne sera réalisé quen 1960 sous le titre Dialogues des carmélites. Mais avant, le compositeur français Francis Poulenc avait adapté lui-même le texte de Bernanos pour un opéra qui fut créé à la Scala de Milan en 1957 et qui sera donc retransmis de New-York, à la Gare du Midi de Biarritz, ce dimanche 18 mai.

L'action débute en avril 1789. Blanche de la Force, une jeune aristocrate parisienne, annonce à son père son intention d'entrer au Carmel de Compiègne. Devenue novice, Blanche va vivre les derniers jours de la congrégation mise à mal par la Révolution française. La troupe envahit le couvent, mais Blanche réussit à s'échapper. Les ordres religieux sont dissous et les religieuses condamnées à mort. Elles montent à l'échafaud en chantant le Salve Regina. Après bien des hésitations et des doutes, Blanche les rejoint.

Toutes ces personnes se retrouvent prises dans un tourbillon qui va les transformer, bien malgré elles. Le catalyseur : la Révolution. L'opéra constitue une évocation profonde et bouleversante du martyre. Ce sont deux conceptions du monde qui s'opposent, mais cest aussi et surtout un drame personnel vécu par Blanche. Son choix d'entrer au Carmel n'était pas dicté par une foi inébranlable. Si elle choisit au dernier moment de rejoindre ses compagnes, elle a longtemps hésité, assaillie par un doute quasi-récurrent sur sa foi, et, principalement, sur son devenir terrestre. Qui n'a jamais été saisi par cette peur, cette terreur qui sommeille au plus profond de l'être ? Qui suis-je réellement ? C'est aussi, peut-être surtout, une méditation sur la bonne mort et sur la Grâce. La première prieure, Mme de Croissy, meurt dans la peur, après une vie exemplaire. Sœur Constance juge qu'elle s'est « trompée de mort ». Et c'est finalement Blanche, apeurée, qui accepte la mort.

Avec Isabel Leonard (Blanche de La Force) Adrianne Pieczonka (Mme Lidoine) Erin Morley (Constance)

Karen Cargill (Mère Marie) Karita Mattila (Mme de Croissy) David Portillo (Chevalier de la Force) Dwayne Croft (Marquis de la Force).

Samedi 18 mai à 19h Gare du Midi - En différé de New-York (enregistré le 11/05/2019). Tarifs (inchangés par rapport à la précédente saison) Plein 23 - Réduit 7

4 opéras (4 x 18 ) 72 / 6 opéras (6 x 16 ) 96 / 10 opéras (10 x 14 ) 140

Gratuit jusqu’à 18 ans / Réservations Office de tourisme de Biarritz - Gare du Midi -23 Avenue Foch / tél 05 59 22 44 66 ou en ligne www.tourisme.biarritz.fr

(La saison 2018/2019 aura accueilli plus de 7000 spectateurs à la Gare du Midi. Celle nouvelle édition - la 12ème - proposera 10 opéras servis par des mises en scène grandioses, des artistes incontournables de la scène lyrique internationale, avec quatre nouvelles productions : Akhnaten, Wozzeck, Porggy &Bess, Agrippina).

ALC

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.