Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Exposition

Bayonne : un bel échantillon des grands maîtres du musée Bonnat-Helleu au Musée Basque !

Olivier Ribeton montre "la baie de Saint-de-Luz" par Bonnat © Anne de MLC

Jusqu'au 3 novembre, la ville de Bayonne propose pour sa saison estivale l’exposition au Musée Basque des  chefs-d’œuvre du musée Bonnat-Helleu, de la Renaissance à l’Impressionnisme.
Le musée Bonnat-Helleu étant fermé pour travaux a sélectionné un échantillon des grands maîtres de la collection magistrale d’environ 7 000 œuvres, parmi les plus remarquables et diversifiées de France, en peintures, sculptures, arts graphiques et objets d’art.
De la Renaissance à l’Impressionnisme, les tableaux de l’exposition dévoilent la qualité du patrimoine artistique du musée. Aux côtés des œuvres maîtresses de Goya, El Greco, Vouet, Tiepolo, Degas, Helleu ou Bonnat, figurent d’autres créations emblématiques de la peinture, dont une série significative de toiles de l’école de Bayonne rappelant que le peintre et collectionneur Bonnat avait enseigné avant de diriger le musée des Beaux-Arts intitulé aujourd’hui musée Bonnat-Helleu.
Parmi les 28 tableaux présentés, l’œuvre-phare de la Renaissance, le portrait présumé du duc de Benavente par Domenikos Theotokopoulos dit « El Greco » (1541-1614), une huile sur toile du tuteur du fils du roi Philippe II, le 8ème duc de Benavente Juan Alonso Pimentel de Herrera y Enríquez (1552-1621), provenant du  legs Léon Bonnat (1922), domine par sa personnalité austère en camaïeux noir et blanc. Etabli en Espagne, « El Greco » était natif de l’île de Crète en Grèce, pays auquel il resta attaché comme en témoigne son style.
Les  portraits de ses personnages aux traits tout en longueur révèlent une austérité qui rappelle ses « icônes » d’origine tout en se mariant au style de l’école espagnole. Un « expressionnisme » dont le peintre Zuloaga - actuellement exposé au musée Bella Artes à Bilbao - s’est inspiré dans ses portraits.
De la collection Petithory (dépôt du musée du Louvre, 1997), l’huile « Hercule terrassant Diomède » (vers 1640-1641) se rapporte à la mythologie antique réalisée par Charles Lebrun (1619-1690) et illustre un des travaux d’Hercule : la capture des juments de Diomède, cruel roi de Thrace nourrissant ses animaux de la chair d’infortunés voyageurs. Ce tableau ornait l’une des cheminées de Richelieu qui occupait l’actuel Palais Royal. C’est aussi Charles Lebrun qui décora l’Île aux Faisans - située à la frontière franco-espagnole sur la Bidassoa - en faisant réaliser de magnifiques tapisseries des Gobelins sur le thème du mariage de Louis XIV avec Marie-Thérèse infante d’Espagne et fille de Philippe IV (1660), événement qui suivit la signature du traité des Pyrénées (1659) alors que Vélasquez parait les murs de ses fresques hispaniques.
Egalement exposées, deux peintures de Paul Helleu (1859-1927) provenant du legs Paulette Howard-Johnston, 2009, travaillées à l’huile, une technique inhabituelle pour le virtuose de la plume.
Le premier portrait, « Madame Helleu lisant sur la plage de Deauville » (1892 ou 1896)(voir visuel), l’artiste figure son épouse adorée Alice qui fut également son modèle préféré.
Du même peintre, une huile « les Voiliers », et au verso, « une Brume » (1902 ?), exécutée sans doute au large du port de Cowes sur l’île de Wight, témoigne de l’attachement du peintre à la mer. L’usage d’une toile sur ses deux faces découle de la conception qu’avait Helleu de sa peinture, qu’il ne souhaitait pas montrer au public et ne destinait pas au commerce.
En écho aux œuvres de Paul Helleu, deux huiles de Léon Bonnat : « Pèlerins au pied de la statue de Saint Pierre » réalisée après le retour du peintre depuis Rome et acquise par l’impératrice Eugénie, ainsi que « La justice éclairant la Vérité et protégeant contre le mensonge et la calomnie » (1901) (voir visuel). Remarquable par sa composition et ses nuances subtiles, Bonnat s’inscrit par sa palette de couleurs dans la tradition des grands peintres, de Véronèse à Delacroix.
A l'affiche de l'exposition figure l'autoportrait à lunettes de Francisco de Goya y Lucientes (1746-1828) daté 1800, un legs Léon Bonnat. Critique et ironique, Goya sera frappé plusieurs mois par la maladie.
Cette exposition « de la Renaissance à l’Impressionnisme » recèle un échantillon de quelques -uns de ses grands maîtres de la collection Bonnat-Helleu témoignage de la richesse du patrimoine bayonnais.
En août, le musée est ouvert tous les jours de 10h à 18h30 et l’entrée est gratuite de 18h30 à 20h30 les jeudis.

Activités enfants et familles au musée Basque !

À l'occasion de l'exposition Chefs d'oeuvre du musée Bonnat-Helleu, De la Renaissance à l'impressionnisme qui se tient jusqu'au 3 novembre 2019 au musée Basque et de l'histoire de Bayonne, les enfants et leurs familles sont invitées à découvrir l'exposition par le biais de visites commentées pour tous, d'activités dans l'exposition, de l'utilisation d'un livret de visites ou encore d'ateliers à réserver durant l'été.

Renseignements : musée Basque et de l'histoire de Bayonne : 05 59 59 08 98

 

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.