Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Musique

Art lyrique : les plus belles voix de Navarre au théâtre de Bayonne

Le Chœur lyrique de la fédération des chœurs de Navarre © DR

Après le succès de Fortius (programme de coopération territoriale Espagne-France-Andorre lié à la valorisation des fortifications de Pampelune et Bayonne) qui avait engagé Bayonne dans un nouveau rapprochement avec sa ville jumelée, et le succès il y a deux ans du récital lyrique du ténor navarrais Eduardo Zubikoa, la capitale d’Iparralde s’apprête à renouveler cette rencontre des deux cultures en faisant connaître les compositeurs qui ont illustré notre région – entre autres Pablo Sorozábal – associés aux grands noms de la musique universelle. En l’occurrence Richard Wagner, Georges Bizet ou Giuseppe Verdi dont des extraits d’œuvres célèbres seront interprétés ce dimanche 11 février à 16h au Théâtre de Bayonne, dans le cadre des « Dimanches en musique - saison 2018 ». Et ce ne sont pas moins de soixante-dix chanteurs constituant le Chœur lyrique qui regroupe les meilleurs artistes parmi les 5 000 choristes de la fédération des chœurs de Navarre qui offriront aux mélomanes de notre région ce récital lyrique, « les plus belles pages de l’opéra et de la zarzuela ».

Mais qu’est-ce donc qu’une « zarzuela », se demanderont peut-être certains de nos lecteurs ?

En 1657, au palais royal d’El Pardo à Madrid, le roi Philippe IV, la reine Marianne et leur Cour assistaient à la première représentation du « Laurier d’Apollon », comédie de Pedro Calderón de la Barca sur une musique de Juan de Hidalgo. C’est là qu’on situe l’apparition de la zarzuela, cette sorte d'opérette ou opéra-comique espagnol qui prit le nom d’un terrain de chasse où abondaient les ronces (« zarza » en espagnol), future résidence des rois d’Espagne où seront données de nombreuses festivités ou « zarzuelas ». Elles uniront musique « savante » et chant populaire à la danse et aux passages parlés à la même époque où triomphaient en France certaines œuvres de Molière mêlant théâtre et ballet. Parmi leurs compositeurs, Sebastián Durón, maître de chapelle de la Cour d'Espagne, fut exilé à Bayonne avec la reine Marie-Anne de Neubourg et mourut à Cambo (un colloque universitaire lui avait été consacré l’année dernière à Arnaga).

Mais, c’est aux XIXe et XXe siècle que ce genre connut son âge d’or. A l’image du compositeur alavais Sebastián Iradier y Salberri soufflant à son ami Bizet sa habanera « El Arreglito » qui donnera dans « Carmen » la célèbre aria « L'amour est un oiseau rebelle », les Basques s’illustrèrent nombreux dans la zarzuela. Depuis Guridi, Usandizaga et Sorozabal jusqu’à la célèbre soprano Pepita Embil, surnommée « la reine de la zarzuela » : originaire de Guetaria, la mère de Placido Domingo popularisa le genre lors de ses tournées internationales, tout en participant au chœur « Eresoïnka » formé par le Gouvernement Basque au moment de l’exil.

D’ailleurs, à l'occasion du centenaire de la naissance de Pepita Embil, on rejouera le mercredi 28 février prochain à 20 h au Théâtre Victoria Eugenia de Saint-Sébastien la zarzuela « Sor Navarra » qui avait rencontré un tel succès lors de sa première le 7 décembre 1938 dans ce même Théâtre Victoria Eugenia, qu'il avait fallu répéter en bis les airs principaux ! 

Dimanche 11 février à 16h au Théâtre de Bayonne, « Les plus belles pages de l’opéra et de la zarzuela » par le Chœur lyrique de la fédération des chœurs de Navarre (tarif : 12 €, et 8 € pour les Bayonnais non imposables).

Alexandre de La Cerda

 

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.