Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Cinéma

Actualité du 7e Art : le Basque Iñarritu présidera Cannes, un livre et un festival

Alejandro Gonzalez Iñarritu et « Cinéma basque : trois générations de cinéastes » © DR

C’est le Mexicain d’origine basque Alejandro Gonzalez Iñarritu, 55 ans, réalisateur multi-oscarisé pour des films comme "The Revenant" ou "Birdman", qui présidera le jury du 72e Festival de Cannes du 14 au 25 mai prochain. Le réalisateur, qui s'était vu décerner le Prix de la mise en scène en 2006 à Cannes pour "Babel", a déclaré à propos de sa désignation comme président du jury à Cannes : « le cinéma coule dans les veines de la planète et ce Festival en est le cœur » !

Sur ses origines basques, Iñarritu est fier de rappeler que son arrière-grand-père venait de Saint-Sébastien, mais la propre odyssée  du réalisateur dépasse la fiction... Né en 1963 à Mexico, il quittera à l’âge de dix-sept ans la maison familiale au Mexique pour embarquer sur un cargo à destination de l’Europe où il vécut plein d’aventures, expérience dont il reconnaîtra qu’elle l’a beaucoup aidé dans sa carrière de réalisateur.

Revenu au Mexique, il devient à l’âge de vingt ans animateur sur WFM, une radio de rock mexicaine qu’il dirigera pendant cinq ans, avant de se consacrer au cinéma. Auteur d’un court-métrage sur le 11-Septembre (l’attentat contre le World Trade Center en 2001) aux côtés de Claude Lelouche, Sean Penn, Ken Loach, Amos Gitaï et Youssef Chahine, c’est avec le scénariste Guillermo Arriaga, son compatriote basque-mexicain qu’il connaîtra le succès avec la trilogie « Amours chiennes » (2000), « 21 Grammes » (2003) et « Babel » (2006) : ce dernier film lui vaudra le prix de la mise en scène à Cannes mais il précipitera sa brouille et la la fin de sa collaboration avec Arriaga.

Alejandro González Iñarritu a également réalisé de nombreuses publicités, en particulier lors de la Coupe du monde 2010 avec les footballeurs Didier Drogba, Cristiano Ronaldo, Franck Ribéry, Fabio Cannavaro et Wayne Rooney. Il remporte le Grand Prix du Festival international de la publicité de Cannes, tourne un court-métrage avec le danseur-chorégraphe Benjamin Millepied et le western « The Revenant » permet à Leonardo DiCaprio de recevoir le premier Oscar du meilleur acteur de sa carrière...

« Cinéma basque : trois générations de cinéastes »

C’est le titre de cet ouvrage collectif qui propose une réflexion sur le cinéma basque à travers la trajectoire de trois générations de cinéastes, un livre de référence publié chez Arteaz avec le soutien de l'Institut culturel basque, de l'Institut Etxepare et de la Cinémathèque Basque dont le directeur, Joxean Fernández, a mené la rédaction. Aux dix-neuf articles inspirés du congrès organisé par la Cinémathèque Basque en juillet 2014 dans le cadre des cours d’été de l'Université du Pays Basque s’ajoute la transcription des cinq table-rondes pour offrir une réflexion sur le cinéma basque, son essence, la place du basque et de l’identité basque dans les récits, mais aussi sur l’industrie cinématographique en Pays Basque et l'importance du programme Kimuak. Le dialogue entre ces trois générations de cinéastes met en lumière les défis et les évolutions qu'a connus le cinéma basque depuis l’époque de la transition jusqu'à aujourd'hui (en français, 400  pages, 25 euros).

Pour Cin’espaces, On s’déplace ?

Du 8 au 10 mars à Biarritz, les participants pourront voir les films, participer aux conférences, admirer les expositions, écouter les contes, bouger dans la ville, se perfectionner à vélo, pour faire le point sur les moyens et habitudes de déplacements, d’hier à aujourd’hui…e t demain ?

Une programmation proposée par le CAUE 64 en partenariat avec le cinéma d’arts et d’essai Le Royal et la médiathèque de Biarritz. Vendredi 8 mars à 14h30 à la Médiathèque de Biarritz, projection du film Les pédaleurs de Jérémie Gentais & Matthieu Leclerc suivie à 16h30 d'une rencontre avec l'auteur, de la remise des prix du concours-photo et de la présentation de l’exposition Bougeons-nous c’est vital ! A 20h30, Ciné-débat au cinéma Le Royal : « Why we cycle » de Gertjan Hulster, suivi d’un débat animée par Hans Kremers. Le lendemain samedi, ateliers, parcours-vélo, jeux et conférence (à partir de 10h) précéderont la projection, dimanche 10 mars à 16h au cinéma Le Royal, du film d’animation Le voyage en ballon d'Anna Bengtsson.

 

 

 

 

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.