Logo BasKulture

la lettre du Pays-Basque

Exposition

A Saint-Pée-Sur-Nivelle : le vivant merveilleux avec Hortense Häussling-Fourneau

Nu dans la forêt © DR

Cliquez sur le premier visuel pour voir les autres !

Jusqu'au 10 août à Saint-Pée-Sur-Nivelle 
A l'occasion de son exposition "Le vivant merveilleux" Hortense Häussling-Fourneau exposera ses peintures à l'huile. Capter l’énergie sans déformer la nature, sans copie naturaliste, c’est le message que transmet l’artiste, une ode à la vie.

Les ondes positives des tableaux d’Hortense Häussling-Fourneau cultivent un art thérapeutique. Au fur et à mesure que son portrait se dévoile, apparaissent les facettes nuancées d’une oeuvre chargée de vitalité.
Dans sa maison-atelier aux tonalités jaunes perchée parmi les montagnes bordant Saint-Pée-sur-Nivelle, cette artiste d’origine basque et à la nature décontractée n’a pas cessé de peindre depuis son plus jeune âge. 
En 1966 parallèlement à son autre passion, la danse, Hortense Häussling-Fourneau poursuivit des études supérieures à l’école des Arts Décoratifs  et se perfectionna auprès de son beau-frère Juan-Luis Cousiño, peintre-sculpteur qui lui enseigna les bases de l’Art à Paris où elle est née et où elle a passé son enfance entrecoupée de séjours estivaux au Pays Basque. Pendant ses études, elle rencontra son futur mari Joseph Häussling, recteur d’université et professeur de philosophie à Wuppertal et Witten-Herdecke en Allemagne, où elle vécut la première partie de sa vie et exposa ses toiles. 

Son pays d’origine, l’artiste-peintre ne l’a redécouvert que tardivement en s’installant définitivement à Saint-Pée il y a 14 ans. Parmi ses ancêtres établis en Pays Basque, son grand-père Ernest Fourneau était né à Biarritz. Sa carrière professionnelle avait commencé par un premier stage à la pharmacie de Charles Moureu son ami à Biarritz. Il devint par la suite un grand chercheur en pharmacie à l’Institut Pasteur, découvrit les sulfamides (précédant les antibiotiques) qui permirent, entre autres, de sauver d’innombrables blessés pendant la dernière guerre mondiale.

L'action thérapeutique de l'art
Cette vocation curative, Hortense Fourneau-Haussling la reprit à son compte pour la développer à partir de l’art-thérapie acquise à la suite d’une formation. « Je crois en l'action profondément thérapeutique de l'art  pour la société, dans la mesure où, au-delà des vicissitudes du moment, il exprime l'ordre caché inhérent à toute Création. Dans le monde d'aujourd'hui, il me semble spécialement important d'en montrer les aspects vivants positifs et stables, je crois en un Art exprimant les valeurs éternelles », explique l’artiste qui avait animé pendant un an un salon sur ce thème réunissant des célébrités telle Fanny Ardant, lors de ses séjours parisiens.
Cet élan vital présent dans la nature, la créatrice le saisit dans son environnent au travers des paysages, telle la forêt mythique de Brocéliande ou « le pas de l’Ange » à la lumière regénérante au-delà du vert chlorophyllien. Capter l’énergie sans déformer la nature, sans copie naturaliste, c’est le message que transmet l’artiste. Une concentration de formes abstraites sur des lignes de forces réalisées à l’huile ou au crayon noir.

 « Pour moi il n’y a pas d'art possible sans amour de la vie et de toutes ses manifestations, donc de la Nature et de l'Homme ; par ce que ce n'est qu'à travers le vivant que l'on peut découvrir l'ordre caché, la beauté, le divin » rajoute Hortense.
L’expression d’un visage - un art du portrait dans lequel Hortense Fourneau-Haussling excelle - telle la représentation du marquis Guy d’Arcangues marbré à la mine de plomb par l’artiste seulement huit jours avant son décès. Il émane de ce portrait le regard lumineux du chrétien qui, chez le « Silésien » (titre de son autobiographie publiée chez Grasset), s'éclaire d'un sourire compatissant. 

Au delà de l’apparence d’un portrait, c’est l’âme de la personne que l’artiste aspire à transcrire. « Tout portrait qu'on peint avec âme est un portrait non du modèle, mais de l'artiste », écrivait Oscar Wilde.


Jusqu'au 10 août, Exposition « Le vivant merveilleux » d'Hortense Hausslin-Fourneau expose ses peintures au centre culturel de Larreo à Saint-Pée-sur-Nivelle, Place Xan Ithourria, 64310 Saint-Pée-sur-Nivelle tous les jours de 14 h 30 à 19 heures - Téléphone : 05 59 54 10 19


 

 

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.